Avenir incertain pour une victime congolaise de viols répétés

La parole aux réfugiés, 7 décembre 2012

© HCR/F.Noy
Mathilde dans sa tente du camp de réfugiés de Kigémé, en compagnie de ses trois enfants.

Kigémé, 7 décembre (HCR) Les statistiques sur les déplacements de population massifs dans l'est de la RDC font perdre de vue les souffrances individuelles, notamment celles de femmes qui, comme Mathilde, ont subi des viols répétés. Du 25 novembre au 10 décembre, à l'occasion des Seize journées pour l'élimination de la violence envers les femmes, le HCR entend mettre l'accent sur les atteintes aux droits fondamentaux des femmes déracinées, et notamment sur les exactions perpétrées contre elles en République démocratique du Congo (RDC).

Mathilde ce nom est fictif pour des raisons de sécurité vit actuellement avec ses trois enfants dans le camp de réfugiés de Kigémé, dans la Province du sud au Rwanda. Elle a été abandonnée de son mari après s'être réfugiée au Rwanda en mai dernier pour échapper aux combats opposant dans le Nord-Kivu (RDC) les troupes gouvernementales aux rebelles du mouvement M23.

Auparavant, elle avait été violée par des miliciens. Ce n'était pas la première fois que cette jeune femme de 24 ans subissait cette forme de violence dans sa province natale : le viol, qui est aussi une arme de guerre, y est en certains endroits un crime quotidien.

La santé de Mathilde en a été altérée au point qu'elle ne peut désormais plus avoir de relations sexuelles ce qui, selon elle, a mené son mari à la quitter. Dans cette région du monde, les femmes violées sont marquées d'un véritable stigmate. Dans le camp, Mathilde se sent d'autant plus coupée du monde qu'elle est entourée de gens d'une ethnie différente de la sienne.

Ne connaissant pas le kinyarwanda, la langue parlée dans cette région, elle est entièrement dépendante du HCR et d'autres organisations humanitaires pour survivre. Elle reçoit notamment de la nourriture, les soins médicaux indispensables et une aide psychologique.

Au moins, elle se trouve actuellement en sécurité au Rwanda. Cependant, le HCR continue de recevoir de la RDC d'affreux compte-rendus de violences sexuelles, en rapport avec les affrontements armés, comme l'affaire du viol de 72 femmes à Minova, dans le Sud-Kivu. Mathilde a raconté ses épreuves à Céline Schmitt, fonctionnaire du HCR en charge des relations avec les donateurs.

Mathilde raconte son histoire :

J'ai fui Bihambwe [Nord-Kivu] en mai 2012. Ma mère avait été tuée en 1993 à cause de son origine ethnique. À cette époque, je n'étais qu'une enfant et mon père, qui n'était pas de la même ethnie que ma mère, m'a envoyé chez un ami à Goma [capitale du Nord-Kivu] pour que j'aille à l'école.

Alors que j'étais en école primaire, je suis allée voir mon père pendant les vacances d'été. Un jour, alors que je marchais dans les champs avec deux amies, nous avons vu des hommes armés appartenant à l'un des groupes de rebelles. Ils ont attrapé des filles et se sont mis à les violer. J'ai essayé de m'enfuir, mais ils ont tiré et j'ai été touchée aux jambes, aux bras et au ventre. Je me suis alors écroulée, et deux hommes m'ont violée dans cet état.

J'ai été soignée à l'hôpital de Masisi, et, plus tard, je suis rentrée à Goma. Décidée à me marier, j'ai rencontré un homme, lui-même orphelin. Je l'ai épousé. Je ne lui avais pas dit que j'avais été violée. Mon premier enfant a aujourd'hui quatre ans, et les deux autres, deux ans et un an.

Furieux que j'aie épousé quelqu'un d'une autre ethnie, mes frères ont déclaré qu'ils le tueraient. Mon mari et moi nous sommes donc enfuis à Kaniro [région de Masisi, dans le Nord-Kivu], où nous avons fini par nous sentir en sécurité. Pourtant, l'un de mes frères, accompagné de copains miliciens Mai Mai, a fini par nous retrouver.

Ensemble, ils ont ligoté mon mari sur une chaise, l'ont bâillonné et j'ai alors été violée devant lui et mes enfants. Après quoi les attaquants ont ordonné à mon mari de repartir pour le Rwanda. J'ai été emmenée par les miliciens et violée par eux tous les jours durant une semaine. Finalement j'ai réussi à m'enfuir et à gagner Bihambo, où j'ai retrouvé mon mari et l'ai supplié de me pardonner d'avoir été violée. Ce qu'il a fait.

Juste après que les combats ont éclaté avec le M23 [à Masisi, en avril], nous nous sommes réfugiés au Rwanda. Au camp de transit de Nkamira, j'ai expliqué au personnel du HCR ce qui m'était arrivé. J'avais honte et aussi, je me sentais malade. Nous avons été transportés à Kigémé, j'avais de terribles douleurs au ventre.

Les docteurs m'ont dit que j'avais une infection. C'était très douloureux. J'ai pris des médicaments, mais je ne pouvais pas faire l'amour et mon mari m'a quittée. C'est la première fois que je viens au Rwanda et je ne connais pas le kinyarwanda : je n'arrive pas à m'en sortir, je suis incapable de travailler aux champs.

Je ne peux pas retourner en RDC avec les enfants. Si je le fais, ils seront tués? Mes enfants ne mangent pas la farine de maïs que nous recevons. Ma fille aînée, Patricia [deux ans], a des problèmes : elle a le ventre enflé et elle a quelque chose aux yeux? Et je n'ai pas assez d'habits pour eux.

Au camp, il y a des psychologues qui m'aident. Le HCR nous a distribué une tente, des nattes, des couvertures et des ustensiles de cuisine, mais ça ne suffit pas. Je sais que je n'ai pas grand-chose à espérer de l'avenir. Pour mes enfants, c'est différent ils sont encore si jeunes.

Quand je me réveille le matin, je range la maison, j'habille les petits, je prépare le repas, je fais la lessive. Puis, la journée finie, j'ai beaucoup de mal à dormir à cause de mes problèmes. Je ne sais pas si mon mari reviendra.

S'il revient, je lui ferai bon accueil car c'est mon mari. Après notre venue ici, mon frère l'a appelé sur son téléphone cellulaire et a menacé de le tuer. C'est peut-être pour ça qu'il est parti.

Propos recueillis par Céline Schmitt au camp de Kigémé

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Femmes

Les femmes et les jeunes filles sont tout spécialement vulnérables aux abus dans des situations de déplacement massif.

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Manuel du HCR pour la protection des femmes et des filles

Ce guide décrit certains des défis en matière de protection auxquels sont confrontées les femmes et les filles relevant de la compétence du HCR et esquisse diverses stratégies devant être adoptées avec les partenaires pour relever ces défis. Première édition, publiée en janvier 2008.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.