Graves abus des droits humains ; des milliers de personnes fuient le Sud-Kivu

Articles d'actualité, 7 décembre 2012

© HCR/M.Sibiloni
Une femme âgée marche dans un camp de déplacés à l'est de la RDC. Les femmes sont extrêmement vulnérables durant les différentes vagues de conflit dans la région.

GOMA, République démocratique du Congo, 7 décembre (HCR) L'attention s'est récemment portée sur la lutte de pouvoir entre les troupes gouvernementales et les forces rebelles M23 dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo, ainsi que sur le déplacement massif de populations et les souffrances engendrées. Mais de terribles exactions se déroulent dans la province du Sud-Kivu. Les besoins en matière de protection y sont immenses.

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), plus de 47 000 déplacés internes sont arrivés dans et autour des villes de Minova, dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu, et de Bweremana à la frontière entre le Sud- et le Nord-Kivu, ces deux dernières semaines. Le HCR et ses partenaires ont reçu des informations sur de tragiques incidents de protection dans la région, y compris des viols.

Les troupes gouvernementales, les rebelles M23 et d'autres groupes armés ont tous été accusés d'abus des droits humains au Sud-Kivu, y compris les rebelles FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) et les groupes de milices Mai Mai. Le HCR estime que ces abus sont inacceptables et appelle à nouveau tous les groupes armés impliqués dans le conflit à s'abstenir de menacer et de commettre des abus sur la population civile ; à prendre des mesures pour prévenir les violations des droits humains ; à enquêter sur les cas d'exactions qui surviennent et à punir les personnes reconnues coupables de sévices.

« Nous condamnons tout particulièrement les personnes qui tirent profit de la situation précaire dans l'est de la RDC pour commettre de graves violations des droits humains, et notamment des viols. Cependant, nous sommes encouragés par le fait que les autorités ont arrêté sept soldats accusés de pillages », a indiqué le porte-parole du HCR.

Une mission interagence, y compris le HCR, s'est rendue dans la région de Minova à la fin de la semaine dernière et a constaté des preuves troublantes d'exactions en lien avec le conflit, comme des viols, des pillages et la présence d'hommes armés dans des installations spontanées de déplacés internes ainsi que des écoles.

L'équipe a entendu les témoignages d'au moins 72 femmes qui ont été violées dans et autour de Minova. Toutes ont reçu des soins médicaux, et 52 femmes parmi les victimes ont reçu des kits de traitement post-exposition propres à prévenir l'infection par le VIH. Ce traitement doit être administré dans les 72 heures après un viol.

Ces exactions à Minova viennent s'ajouter à 76 cas de viol au moins qui ont été signalés par des partenaires locaux du HCR depuis le Nord-Kivu durant les combats de novembre. Quelque 40 autres cas ont été rapportés dans la région de Minova en novembre par une ONG partenaire du HCR qui assure une aide psychosociale. Un psychologue et quatre assistants psychosociaux se sont rendus à Minova ces derniers jours pour aider des victimes de violence sexuelle et sexiste, tandis que six centres d'hébergement ont été mis en place pour assurer un soutien supplémentaire.

La mission inter-agence a également entendu parler de plusieurs cas de pillages, y compris des articles de secours distribués aux personnes déplacées à l'intérieur de Minova.

Bien que les personnes nouvellement arrivées aient porté davantage de pression sur les ressources rares, notamment l'eau et le bois dans les zones de refuge, l'équipe interagence a constaté que jusqu'à présent, il n'y avait aucun signe de tension majeure entre les communautés d'accueil et les personnes déplacées. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté. L'insécurité a également empêché les habitants d'accéder aux champs pour les cultures, ce qui a affecté leur capacité à générer des revenus.

La mission inter-agence a également identifié 39 cas d'enfants séparés de leurs parents, mais tous vivaient avec des proches. Il y avait également 22 mineurs non accompagnés (neuf filles et 13 garçons, dont huit ont été réunis avec leur famille). Un enfant de quatre ans a été trouvé en train de jouer avec une grenade près de Nyamassassa. La mission a également entendu des témoignages sur des recrutements d'enfants dans la région des Hauts Plateaux, dans le territoire de Kalehe.

Parallèlement, au Nord-Kivu, la situation est en voie de stabilisation, alors que les troupes gouvernementales, la police et les fonctionnaires reviennent réaffirmer leur autorité à Goma, à Sake et dans d'autres villes. Mais le mouvement M23, après son retrait de Goma, reste à proximité.

Le HCR a issu des recommandations au gouvernement et aux troupes des Nations Unies pour le maintien de la paix sur l'amélioration de la sécurité pour les personnes vivant au camp de Mugunga III, qui a été attaqué et pillé le week-end dernier. Des démarches sont en cours pour assurer la sécurité de toutes les personnes déplacées, y compris dans les 31 camps formels à travers le Nord-Kivu. « Avec nos partenaires, nous n'avons actuellement accès qu'à 15 camps. Nous voulons aussi assurer que la sécurité est rétablie dans les zones de retour avant d'aider les gens à rentrer chez eux », a indiqué le porte-parole du HCR.

Fin octobre, OCHA avait fait état de quelque 841 000 personnes déplacées au Nord-Kivu. Environ 129 000 personnes ont été déplacées suite à la récente instabilité. Quelque 105 000 personnes déplacées vivent dans les 31 camps sous la responsabilité du Groupe de travail sur la coordination et la gestion des camps, y compris 30 000 personnes au camp de Mugunga III. Les autres déplacés vivent dans des sites spontanés ou au sein de communautés d'accueil. Au Sud-Kivu, selon OCHA, quelque 878 000 personnes étaient déplacées à la fin octobre. La plupart vivent dans des communautés d'accueil.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Femmes

Les femmes et les jeunes filles sont tout spécialement vulnérables aux abus dans des situations de déplacement massif.

Manuel du HCR pour la protection des femmes et des filles

Ce guide décrit certains des défis en matière de protection auxquels sont confrontées les femmes et les filles relevant de la compétence du HCR et esquisse diverses stratégies devant être adoptées avec les partenaires pour relever ces défis. Première édition, publiée en janvier 2008.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.