Le HCR débute un pont aérien pour aider les déplacés à l'ouest du Myanmar

Points de presse, 23 novembre 2012

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 23 novembre 2012 au Palais des Nations à Genève.

Un premier avion-cargo dans le cadre d'un pont aérien pour acheminer des tentes du HCR aux victimes des récentes violences dans l'Etat de Rakhine au Myanmar a quitté Dubaï ce matin et devrait arriver sous peu au Myanmar. Ce pont aérien fait suite à un appel lancé cette semaine par le HCR et des agences partenaires pour des fonds supplémentaires afin de couvrir les besoins humanitaires dans les zones touchées.

L'avion qui a décollé de Dubaï aujourd'hui est le premier des deux vols prévus ce week-end. A Dubaï se trouve un entrepôt de matériel d'aide d'urgence du HCR. Au total, les 3 500 tentes familiales ont pour but d'abriter 17 500 personnes déplacées internes.

Depuis l'éruption des troubles en juin dernier, le HCR a déjà distribué plus de 500 tentes à partir de ses stocks dans le pays ainsi que 700 tentes données par l'Agence coréenne pour la coopération internationale. Toutefois, les besoins en abri sont immenses depuis le regain de violence de la fin octobre, qui a porté le nombre de personnes déplacées dans l'État de Rakhine à plus de 115 000.

Les camps existants sont surpeuplés. Les familles d'accueil luttent pour subvenir elles-mêmes à leurs besoins. Certaines personnes vivent dans les ruines de leur maison incendiée, tandis que d'autres dorment sur des bateaux ou ont trouvé refuge sur des îlots. La population déplacée a besoin d'urgence d'un lieu sûr où trouver abri.

Dans le cadre de la réponse interagence dans l'État de Rakhine, le HCR est l'agence chef de file pour les abris d'urgence, les articles de secours non alimentaires, la coordination et la gestion des camps ainsi que la protection. Le HCR recherche 24,35 millions de dollars pour répondre à ces besoins jusqu'en juin prochain.

Les besoins en abri varient selon les endroits dans l'État de Rakhine. Au nord, dans le canton de Maungdaw, le HCR et ses partenaires travaillent à la reconstruction de maisons pour aider au retour des personnes affectées par les troubles de juin dernier. Dans et autour de Sittwe, la capitale de l'Etat, la priorité est de fournir des abris temporaires aux personnes déplacées qui ne peuvent pas encore rentrer chez elles dans un contexte de persistance des tensions intercommunautaires. Les autorités, en collaboration avec le HCR et le Programme alimentaire mondial, ont construit des maisons longues pour plus de 4 000 familles.

À ce jour, le HCR a distribué des articles de secours à plus de 50 000 personnes déplacées, et notamment des bâches en plastique, des couvertures, des moustiquaires, des jerrycans et des ustensiles de cuisine, ainsi que des articles pour les familles comme des vêtements et des produits d'hygiène. Quelque 25 000 kits supplémentaires de biens de première nécessité et 25 000 assortiments d'articles pour les familles sont nécessaires.

Les autorités du Myanmar sont responsables de la gestion de 24 camps de déplacés autour de Sittwe. Le HCR fournit un appui en coordonnant des services comme la distribution de l'eau, l'assainissement et la santé dans le respect des normes humanitaires fondamentales et des principes de protection. Le HCR travaille également à assurer une répartition équitable de l'aide humanitaire dans les camps et la garantie d'une sécurité de base pour les résidents du camp. Parallèlement, le HCR assure la formation des fonctionnaires gouvernementaux pour la gestion des camps, la mise en place de mécanismes pour engager des personnes déplacées, la cartographie des tendances sur les déplacements de populations et la surveillance des problèmes en matière de protection dans les camps surpeuplés.

Alors que nous nous efforçons de fournir d'urgence une aide humanitaire, les besoins de la population touchée en matière de protection demeurent une priorité pour nous. Depuis les troubles de juin, nous avons vu l'accroissement des restrictions sur les mouvements, qui affectent les moyens d'existence et la sécurité alimentaire. L'accès aux services essentiels est également difficile. S'ils ne sont pas réglés, ces problèmes pourraient générer de nouveaux déplacements de populations.

La solution à long terme réside dans la promotion de la réconciliation communautaire et dans la nécessité d'aborder les causes profondes des tensions intercommunautaires dans l'État de Rakhine, à savoir l'absence de citoyenneté qui affecte une part importante de la population de l'État de Rakhine. Le HCR est prêt à appuyer les autorités et à fournir une expertise sur les questions relatives aux lois sur la citoyenneté.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Myanmar : Les besoins persistent dans des zones reculées

Avec huit vols cargo et un convoi terrestre depuis la Thaïlande, l'UNHCR a déjà acheminé vers le Myanmar, en date du 6 juini, 430 tonnes de matériel d'abri et d'articles de première nécessité pour aider environ 130 000 victimes du cyclone Nargis. L'aide inclut des bâches et des rouleaux de plastique, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Elle est rapidement distribuée une fois sur place.

Aux alentours de Yangon - une région qui a également été touchée par le cyclone - et dans le delta d'Irrawaddy, des familles ont construit des abris de fortune avec des toits de feuilles de palmier. Ils ont cependant désespérément besoin de bâches en plastique pour se protéger des pluies de mousson.

Myanmar : Les besoins persistent dans des zones reculées

L'aide d'urgence de l'UNHCR parvient aux victimes du cyclone au Myanmar

Avec huit vols cargo et un convoi terrestre depuis la Thaïlande, l'UNHCR a déjà acheminé vers le Myanmar, en date du 6 juin, 430 tonnes de matériel d'abri et d'articles de première nécessité pour aider environ 130 000 victimes du cyclone Nargis. L'aide inclut des bâches et des rouleaux de plastique, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Elle est rapidement distribuée une fois sur place.

Aux alentours de Yangon - une région qui a également été touchée par le cyclone - et dans le delta d'Irrawaddy, des familles ont construit des abris de fortune avec des toits de feuilles de palmier. Ils ont cependant désespérément besoin de bâches en plastique pour se protéger des pluies de mousson.

Légendes.

L'aide d'urgence de l'UNHCR parvient aux victimes du cyclone au Myanmar

Cyclone dévastateur au Myanmar

Les 2 et 3 mai 2008, le cyclone Nargis a dévasté le Myanmar, causant la mort de milliers de personnes et en laissant plus d'un million d'autres sans abri. En réponse immédiate à la catastrophe, le bureau de l'UNHCR à Yangon a acheté et distribué l'équivalent de 50 000 dollars de bâche en plastique et de nourriture en conserve aux rescapés.

Depuis, avec un premier convoi d'aide humanitaire par camion, l'UNHCR a fait parvenir 22 tonnes de tentes et de bâche en plastique en provenance des stocks de l'agence dans le nord-ouest de la Thaïlande. Par ailleurs, plus de 100 tonnes de toile goudronnée, de couvertures, d'ustensiles de cuisine et de moustiquaires sont acheminées par avion depuis l'entrepôt régional de l'UNHCR à Dubaï.

L'UNHCR n'intervient pas habituellement en cas de catastrophe naturelle, mais l'agence a agi en raison de l'ampleur de la dévastation, du besoin urgent des victimes et de la proximité de ses entrepôts d'aide d'urgence, qui sont situés non loin du Myanmar.

Cyclone dévastateur au Myanmar

Inde : Jeune et seulePlay video

Inde : Jeune et seule

Ni Ang, âgée de 16 ans, parcourt le marché de nuit à Delhi pour trouver de la nourriture pour elle et ses trois frères et soeurs. Ces enfants non accompagnés luttent pour leur survie en Inde après avoir fui leur village au Myanmar.