Cours de rattrapage pour des enfants réfugiés congolais au Rwanda

Articles d'actualité, 12 novembre 2012

© HCR/F.Noy
Des enfants réfugiés écoutent attentivement leur enseignant durant un cours à l'école de Kigémé.

KIGÉMÉ, Rwanda, 12 novembre (HCR) Des centaines de jeunes réfugiés congolais bénéficient de cours de remise à niveau avant d'intégrer le système éducatif rwandais en janvier prochain. Pour certains d'entre eux, cela se révèle être une thérapie les aidant à affronter le traumatisme du déplacement.

Les classes d'orientation ont commencé dans la ville de Kigémé au sud du Rwanda le mois dernier et vont durer jusqu'à la fin de l'année. Organisés par l'agence adventiste de développement et de secours (ADRA) dans le but de préparer les enfants aux programmes rwandais du primaire et du secondaire, ils rencontrent un grand succès.

A ce jour, près de 2 800 élèves sont inscrits à ces cours et on en attend encore davantage. « De plus en plus d'enfants arrivent pour assister à ce cycle de rattrapage », explique Damascene Muvandimwe, animateur pédagogique de l'ADRA au camp de réfugiés proche de Kigémé. « Ils ont droit à l'éducation », ajoute-t-il, faisant écho au principe promu par le HCR qui soutient l'action de l'ADRA à Kigémé.

Avant juin, il n'y avait aucun réfugié dans cette région vallonnée du Rwanda. Mais le camp a dû être ouvert pour faire face à l'afflux de milliers de civils congolais ayant fui les combats qui ont éclaté en avril dernier de l'autre côté de la frontière, dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo. Plus de 60% des 14 000 réfugiés ont moins de 18 ans.

Les faire retourner à l'école le plus tôt possible a toujours été une priorité pour le HCR et ses partenaires, non seulement pour leur faire acquérir des connaissances mais aussi pour les faire venir en classe, ce qui les éloigne des personnes de mauvaise influence.

Les cours de rattrapage permettent aussi à l'ADRA et à ses enseignants d'identifier les enfants souffrant de traumatisme, de les aider à le surmonter et à se faire de nouveaux amis. Parfois, leur traumastisme est profond et inquiétant, indique Agathe Ragira, Conseillère psychosociale de l'ADRA.

« Un jour, j'ai demandé aux élèves de dessiner pour moi. Un enfant a fait un beau dessin avec du soleil, de l'herbe et des vaches mais les vaches étaient sans tête », raconte-t-elle à ses visiteurs du HCR. « Quand je lui ai demandé pourquoi les vaches n'avaient pas de tête, il répondit que les milices la leur avaient coupée. »

Ragira indique qu'elle a formé les enseignants à identifier les enfants qui souffrent encore de traumatisme ainsi que ceux qui ont subi des sévices physiques ou sexuels. Elle encourage les enfants à faire part de leur vécu. « S'ils le souhaitent, ils peuvent ensuite me rencontrer en privé. De nombreux enfants le font et nous organisons des dialogues et nous leur assurons un suivi psychologique. »

L'ADRA a recruté environ 60 enseignants pour ces classes mais l'organisation compte en engager 30 autres pour faire face aux demandes supplémentaires. Même des adultes ont demandé s'ils pouvaient s'inscrire.

Les cours sont assurés en anglais et en kinyarwanda par des enseignants recrutés localement ou issus de la population réfugiée dans les camps de Kiziba, de Nyabiheke et de Gihembe qui accueillent plus de 50 000 Congolais ayant rejoint le Rwanda depuis les années 1990.

Léon a un don pour les langues. Il enseigne l'anglais et le kinyarwanda. Le jeune homme de 22 ans était instituteur au Nord-Kivu mais il a dû fuir en mai dernier pour échapper au recrutement forcé par l'un ou l'autre des groupes armés rivaux qui terrorisent plusieurs zones de la province. Sa famille est restée de l'autre côté de la frontière.

L'une des élèves de Léon en cours de langue, Yvonne, a fui son village du territoire de Masisi au Nord-Kivu quand il a été attaqué. Elle raconte que cela lui a pris trois jours pour marcher jusqu'à la frontière. Le HCR a organisé son transport vers le camp de transit de Nkamira au Rwanda où elle a pu retrouver un frère.

Elle pense que Léon, qui a seulement quatre ans de plus qu'Yvonne, avait de bonnes raisons d'être inquiet. « Dans la ville de Mushake au Nord-Kivu, des hommes armés ont enchaîné des garçons [pour un recrutement forcé]. « Mon frère a fui dans les champs », raconte la jeune femme lorsqu'elle l'a vu pour la dernière fois durant l'attaque.

Yvonne explique qu'elle s'est vraiment réjouie lorsqu'elle a réalisé qu'elle pourrait continuer à étudier après son transfert au camp de Kigémé. « J'aime aller à l'école. Si tu vas à l'école, la vie sera plus facile pour toi », dit-elle en ajoutant de façon poignante : « je ne sais pas quand je vais quitter le Rwanda ». Mais étudier lui a donné de l'espoir pour l'avenir.

Un autre élève de 16 ans, Patrick Mwiseneza, est dans le camp avec sa mère et son père après avoir quitté la ville de Kilolirwe mi-juin. « Je crois que l'anglais, c'est difficile mais que, petit à petit, je vais l'apprendre », dit l'adolescent qui était habitué au français et au kiswahili. Il dit qu'il voudrait rentrer chez lui, mais en même temps, « je veux être un bon élève et devenir professeur ou quelqu'un d'important dans la gestion responsable de mon pays. »

Damascene Muvandimwe de l'ADRA est impressionné par l'enthousiasme montré par tant de jeunes pour l'apprentissage, malgré de sombres perspectives et le cycle des souffrances qu'ils ont subi. « Avant le début de ces cours de rattrapage, la route près de l'école était toujours pleine d'enfants qui jouaient. Maintenant, vous pouvez constater qu'ils sont tous en classe. »

Céline Schmitt au camp de réfugiés de Kigémé, Rwanda.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.