• Taille du texte Taille normale du texte | Augmentez la taille du texte de 10% | Augmentez la taille du texte de 20% | Augmentez la taille du texte de 30%

Ancien réfugié somalien, il remercie l'Australie pour sa nouvelle vie

Articles d'actualité, 24 août 2012

© HCR/A.Dini
Dini est ici devant les joueurs de l'équipe qu'il a formée en Australie. Il est reconnaissant de sa nouvelle vie après avoir été réinstallé en Australie, depuis un camp de réfugiés au Kenya.

GENEVE, 24 août (HCR) Ahmed Dini avait seulement trois ans quand sa mère l'a porté depuis la Somalie en proie à la violence vers la sécurité d'un camp de réfugiés au Kenya. Plusieurs années de vie visiblement sans espoir les y attendaient.

La situation a bien changé. Quand le rêve de Dini de revoir sa patrie deviendra réalité, il sera porteur d'un passeport australien. Il parle l'anglais avec un accent australien. Il est la preuve d'une réinsertion réussie.

« Nous ne pouvions pas choisir le pays de notre réinstallation. Mais, grâce à Dieu, celui qui a décidé que nous irions en Australie est probablement une bonne personne », a expliqué Dini, lors des consultations tripartites annuelles sur la réinstallation à Genève auxquelles il participait dans le cadre de la délégation australienne.

« Si j'avais la chance de pouvoir choisir aujourd'hui où j'aurais voulu aller, je dirais évidemment l'Australie. »

Trois ans après la naissance de Dini en 1987 à Mogadiscio, son pays a été broyé par la guerre civile. Ses plus anciens souvenirs sont le bruit des coups de feu et regarder les miliciens passer sur la route. Son père, qui possédait des pharmacies, et sa mère ont pris la décision de fuir vers le Kenya voisin.

« Je pense à ma mère. Cela a été l'une des décisions les plus difficiles de sa vie de partir », a déclaré Dini, que sa Maman a porté pendant plus de 100 kilomètres vers la frontière. « Ses souvenirs de bonheur étaient à Mogadiscio. Néanmoins, je pense que quand vous êtes parent, vos enfants passent en premier et elle ne pensait qu'à la sécurité de ses enfants. »

La famille a passé un an au camp de réfugiés de Liboï, avant d'être transférée plus à l'intérieur du pays, hors de la région frontalière, vers Dadaab, le camp de réfugiés le plus vaste au monde. Les camps de réfugiés fournissent une protection contre les menaces qui transforment les civils en réfugiés, mais ils peuvent aussi devenir des lieux où ses habitants perdent espoir.

« Quand nous étions dans le camp de réfugiés au Kenya, tous les matins je regardais le visage de ma mère, il n'était que tristesse et chagrin. Vous pouviez dire qu'elle avait hâte de rentrer à la maison en Somalie et qu'elle n'aimait vraiment pas ce que sa vie était devenue. » Pendant cinq ans, ils ont attendu la nouvelle d'une réinstallation.

« Nous sommes allés à Nairobi pour passer des examens médicaux et ensuite nous avons encore attendu huit mois avant d'arriver en Australie. Il y avait des familles qui ont attendu aussi longtemps pour apprendre que leur demande était finalement rejetée », a expliqué Dini. « Il y avait des moments où nous pensions honnêtement que nous n'y arriverions jamais. »

« On nous a finalement rappelés à Nairobi et nous avons pris l'avion pour l'Australie. C'est l'une des premières fois que j'ai ma mère vraiment sourire. Elle savait qu'elle allait commencer une nouvelle vie. Elle savait que ses enfants pourraient désormais obtenir une éducation et avoir une vie différente de la sienne. »

Après son arrivée en Australie en 1996, Dini a surmonté les défis de l'apprentissage de la langue, il est allé à l'école et il s'est adapté à sa nouvelle communauté.

« C'est assez difficile quand vous ne comprenez pas la langue. Gamin, tu fais porter la responsabilité à tes parents en pensant qu'ils vont tout corriger, mais eux-mêmes ne connaissent pas la langue. Venant d'une société qui n'a ni institution ni structure et passer à une autre fondée sur les institutions et les structures entraîne des changements de taille dans votre vie. »

Ne pas pratiquer un sport lui a manqué en tant qu'adolescent, mais il a rattrapé son retard en créant une équipe de football appelé United FC qui inspirera les générations futures, espère-t-il.

« United FC compte quelques-uns parmi les meilleurs joueurs africains en Australie. Depuis deux ans, nous venons jouer en Espagne », a déclaré Dini, qui dirige cette équipe. Il est également Président de l'Association somalienne de football australien.

Dini est reconnaissant de la chance qu'il a reçue. Il est soucieux de transmettre des conseils aux réfugiés et aux pays qui pourraient les accueillir dans le cadre de la réinstallation. Pour les réfugiés, le message est de travailler dur et de profiter de l'occasion pour recommencer une nouvelle vie. Pour les gouvernements, le message est de donner aux réfugiés la chance que l'Australie lui a donnée.

« Ces gens sont des êtres humains et ils ont besoin de nouvelles opportunités. Une fois qu'ils deviennent des citoyens à part entière, ils aimeront leur nouveau pays encore plus que leur pays d'origine. Ils vous apportent une nouvelle culture et un nouveau mode de vie », a-t-il conclu.

Par Laith Kaaba à Genève

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

Pendant deux décennies de conflit et de chaos en Somalie, Mohammed Ousman est resté à Mogadiscio où il enseignait l'art alors que d'autres fuyaient le pays. Mais la vie est devenue impossible pour continuer le travail de création artistique, après que des militants d'Al Shabaab aient tué son frère. Quatre de ses neuf enfants ont également été assassinés. Mohammed a fermé sa « Picasso Art school » et il a épousé la veuve de son frère, selon la coutume somalienne. Toutefois, sans emploi, cet homme de 57 ans luttait pour subvenir aux besoins de ses deux familles et, finalement, il lui en a coûté sa première famille. Mohammed a décidé de partir, il a pris l'avion vers Berbera au Somaliland à la fin 2011 puis il a traversé vers le camp de réfugiés d'Aw Barre en Ethiopie, où il a rejoint sa seconde épouse et ses cinq enfants. Le HCR a transféré Mohammed et sa famille à Addis-Abeba pour des raisons de protection, en pensant qu'il pourrait mieux y gagner sa vie en exerçant son art. Mais il découvre que la vente de peintures et de dessins peut être difficile. Il compte sur le soutien du HCR. Les images de l'artiste et sa famille ont été prises par Kisut Gebre Egziabher du HCR.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

La lauréate 2012 de la distinction Nansen pour les réfugiés est Mme Hawa Aden Mohamed, ex-réfugiée dont l'oeuvre visionnaire a changé la vie de Somaliennes de tout âge. Celle que beaucoup appellent « maman Hawa » a fondé et dirige un ambitieux programme d'éducation à Galkayo, en Somalie, dont l'objet est d'aider ces femmes à affirmer leurs droits, à acquérir d'indispensables compétences et à renforcer leur rôle social. Cette galerie de photos présente les activités de « maman Hawa » au Centre d'éducation de Galkayo pour la Paix et le développement, où des déplacées internes peuvent apprendre à lire, suivre une formation professionnelle et aussi recevoir une aide humanitaire, notamment sous forme de nourriture.

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Plus de 800 personnes ont participé à la cérémonie annuelle de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés à Genève le 1er octobre 2012. La lauréate de cette année, Hawa Aden Mohamed, est somalienne. Elle n'a pas pu se joindre à la cérémonie pour des raisons de santé, mais elle avait enregistré un message vidéo. En l'absence de l'ex-réfugiée, le Haut Commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, a remis la distinction à sa soeur, Shukri Aden Mohamed.

L'humanitaire de 63 ans, éducatrice et défenseur des droits de la femme, plus connue sous le nom de « Maman Hawa », a été honorée pour son dévouement inlassable - dans des conditions extrêmement difficiles - pour aider les réfugiés et les déplacés, principalement des femmes et des jeunes filles mais aussi de jeunes garçons.

Elle a surtout été reconnue - en tant que co-fondatrice du Centre d'éducation de Galkayo pour la paix et le développement en Somalie dans la région de Puntland - pour avoir aidé des milliers de femmes et de jeunes Somaliennes déplacées, beaucoup d'entre elles ayant été victimes de viol. Le centre assure l'enseignement secondaire ainsi que l'apprentissage de l'autonomie.

Durant la cérémonie de remise, les spectacteurs ont entendu une allocution de la militante pour la paix libérienne, Leymah Gbowee, co-lauréate du prix Nobel de la paix 2011. Une vidéo a été diffusée en l'honneur de Mama Hawa. La cantatrice soprano et Ambassadrice honoraire à vie auprès du HCR, Barbara Hendricks, et le musicien suisse, Bastian Baker ont interprêté des morceaux musicaux.

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.