Un Touareg abandonne son travail pour aider les réfugiés maliens

La parole aux réfugiés, 25 octobre 2012

© HCR/H.Caux
Ahmid Ag Rali enregistre un vieil homme de Tombouctou et ses deux petits-fils au camp de Mentao, au Burkina Faso. Ce réfugié malien est handicapé.

Mentao, Burkina Faso, 25 octobre (HCR)- Lorsqu'au début de cette année, des milliers de familles maliennes ont commencé à affluer dans son village situé au nord du Burkina Faso, Ahmid Ag Rali a été frappé par le nombre d'enfants se trouvant parmi ces réfugiés. Emu et désireux d'apporter son aide, cet homme de 35 ans, originaire de la province d'Oudalan, a abandonné son emploi dans une compagnie minière étrangère pour postuler au HCR.

Aujourd'hui, il joue un rôle important en tant qu'assistant des services communautaires. Il vient en aide aux personnes les plus vulnérables parmi les nouveaux arrivants, comme les personnes âgées, les femmes enceintes et les handicapés. Mais l'opération du HCR en faveur des dizaines de milliers de réfugiés maliens est confrontée à des problèmes de sécurité et de financement qui affectent sa capacité à aider ces personnes démunies.

Debout à l'aube, le grand Ahmid il mesure 1,85 m- est habituellement la première personne que les réfugiés, arrivés de nuit, rencontrent au camp de Mentao à l'issue de leur voyage depuis la frontière, située à 95 kilomètres plus au nord. C'est plus qu'un métier pour ce Burkinabe, qui considère les Maliens comme des membres de sa « famille élargie ». Il est lui-même Touareg et il a été élevé au Burkina Faso. Il appartient de ce fait à la même communauté ethnique qu'eux.

« Depuis mon enfance, j'ai toujours voulu aider les autres », a expliqué Ahmid, ici à Mentao, l'un des deux camps de réfugiés situé dans sa province. « Devenir un travailleur humanitaire a toujours été ma vocation au HCR, je me sens chez moi ». Comme quelqu'un qui a eu la chance de faire des études secondaires, il est particulièrement préoccupé par le bien-être des enfants. Plus de la moitié des réfugiés au Burkina Faso ont moins de 18 ans.

Ahmid accueille les nouveaux arrivants avec un « taberakam » venu du cœur qui signifie « bienvenue » en tamasheq, l'une des langues touareg parlées à Tombouctou et dans d'autres régions du Mali. L'hospitalité est un élément essentiel de la culture touareg et Ahmid fait particulièrement attention à ce que les réfugiés épuisés, vulnérables et effrayés se sentent en sécurité, bien soignés et chez eux lorsqu'ils parviennent à Mentao.

« Ma cérémonie d'accueil est un art. Si mon regard s'égare ou si je me trompe de mots, je peux perdre leur confiance pour toujours », a-t-il expliqué au camp qui a ouvert en avril dernier et accueille plus de 6 000 personnes. Ils ont fui les combats qui ont commencé en janvier entre les forces gouvernementales maliennes et un mouvement rebelle touareg.

Les connaissances du contexte local, les compétences linguistiques et la sensibilité culturelle de notre personnel local comme Ahmid sont essentielles pour le HCR qui s'efforce de venir en aide à plus de 200 000 Maliens qui ont fui dans les pays frontaliers, principalement au Burkina Faso (35 000), en Mauritanie (108 000) et au Niger (64 000). Les réfugiés hébergés à Mentao sont des Touaregs, des arabes et des Songhai ce qui, lors d'une visite dans les camps, confère un caractère de riche expérience culturelle.

Bien qu'une assistance de base ait été fournie depuis le début, des problèmes de sécurité et des difficultés d'accès aux camps dues aux pistes de sable ont restreint la capacité de l'agence pour les réfugiés à faire plus dans les camps de la province d'Oudalan. L'agence a également besoin de maintenir le niveau de sa capacité de financement tandis que l'équipe des services communautaires, comme d'autres, manque de personnel malgré les dons récents provenant de différentes sources.

Ahmid a grandi dans l'Oudalan, l'une des provinces parmi les plus pauvres et les plus arides située dans l'un des pays les plus pauvres du monde le Burkina Faso, qui occupe le 181ème rang mondial sur l'indice de développement humain des Nations Unies. Alors Ahmid se sent investi d'une responsabilité pour aider les personnes qui sont arrivées au pas de sa porte.

C'est toutefois un défi majeur en matière de logistique pour acheminer des articles de première nécessité et transporter du personnel vers cette région reculée et non développée au moment où les conditions difficiles de la région du Sahel sont aggravées par des manques d'eau et de nourriture. Des travailleurs humanitaires ont qualifié la situation de « double crise » car les réfugiés ont fui vers une région où les populations locales souffraient déjà.

Ahmid continue à aider les plus démunis et à les soulager. Son succès peut être évalué sur les visages qui s'illuminent lorsqu'il apparaît. Il connaît le nom de tous ceux dont il prend soin et les aide à accéder aux distributions de nourriture, aux soins de santé et aux autres services fournis par le HCR et ses partenaires.

L'un des bénéficiaires s'appelle Offeda. Il est chef d'une famille de 80 personnes et ne peut plus marcher en raison de ses jambes paralysées. Offeda est arrivé au camp de réfugiés de Mentao fin janvier, après avoir fui Tombouctou dans une voiture conduite par son plus jeune fils. Grace aux visites régulières de Ahmid et à la langue qu'ils partagent, Offeda se sent aidé et soigné.

Lorsqu'on l'interroge sur sa propre famille et sur les longues séparations de sa femme et de son nouveau-né, Ahmid explique: « J'ai deux maisons, l'une dans les camps où je peux aider à créer un monde meilleur, et la seconde avec ma famille où je peux vivre dans le monde meilleur qui s'est créé. »

Par Hugo Reichenberger à Mentao, Burkina Faso

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les réfugiés maliens fuient au Niger en quête de sécurité

Des milliers de familles maliennes sont arrivées au Niger depuis la mi-janvier, après avoir fui les combats entre un mouvement rebelle touareg et les forces gouvernementales maliennes au nord du Mali. Les réfugiés vivent dans des installations de fortune le long de la frontière. Ils sont exposés au soleil et au vent durant la journée et au froid la nuit. Le HCR a commencé à distribuer des biens de secours et prévoit d'ouvrir des camps dans des zones plus sûres situées hors des régions frontalières. Hélène Caux, du HCR, a rencontré certains parmi ces réfugiés qui lui ont fait part de leur souhait de retourner dans leur pays dès que la sécurité y serait restaurée.

Les réfugiés maliens fuient au Niger en quête de sécurité

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Poursuite de l'exode de Maliens vers le Niger

Fuyant les combats, l'insécurité générale et l'instabilité politique de leur pays, des réfugiés maliens continuent d'arriver au Niger. Sur le site de Mangaizé où sont accueillis des réfugiés, ils sont quelque 3000 à vivre dans des conditions difficiles, exposés pendant le jour à une chaleur étouffante et se demandant quand ils pourront rentrer chez eux. Dans ce pays aride du Sahel, l'eau et la nourriture sont comptés, ce qui pose un problème considérable et aux réfugiés et aux communautés locales. Ce sont plus de 40 000 Maliens qui ont trouvé refuge au Niger depuis janvier, lorsque les forces gouvernementales maliennes et le mouvement rebelle touareg en sont venus à un affrontement armé. Cent soixante mille réfugiés maliens se répartissent entre le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. En outre, on compte 133 000 déplacés internes au Mali. Au début du mois de mai, António Guterres, Haut Commissaire pour les réfugiés, s'est rendu au Niger, notamment à Mangaizé, en compagnie de Mme Ertharin Cousin, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, dans l'intention de sensibiliser encore davantage l'opinion mondiale à la crise et de rallier de l'aide en faveur des déplacés.

Poursuite de l'exode de Maliens vers le Niger

Burkina Faso : un dimanche d'électionPlay video

Burkina Faso : un dimanche d'élection

Les réfugiés maliens au Burkina Faso peuvent voter aux élections présidentielles.
Mali: Distribuer de l'aidePlay video

Mali: Distribuer de l'aide

Alors que des milliers de personnes attendent de pouvoir rentrer chez elles au nord du Mali, les agences humanitaires continuent d'aider les déplacés.
Mali: Déplacés à MoptiPlay video

Mali: Déplacés à Mopti

Les Maliens qui ont fui Tombouctou, par peur des affrontements entre les forces d'intervention et les rebelles de l'opposition tentent de survivre à Mopti.