Préparation aux conditions hivernales en cours pour des dizaines de milliers de Syriens déracinés

Points de presse, 12 octobre 2012

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 12 octobre 2012 au Palais des Nations à Genève.

Avec le nombre des réfugiés syriens dans les Etats voisins, le HCR et ses partenaires intensifient les efforts pour préparer l'arrivée de l'hiver. Nous évaluons à plus de 64 millions de dollars la préparation aux conditions hivernales dans toute la région, y compris pour les Syriens déplacés dans leur propre pays.

Les projets du HCR en Jordanie, où les températures moyennes tombent à deux degrés Celsius en moyenne entre la mi-novembre et la mi-mars, se concentreront sur les réfugiés présents dans les camps et ceux qui vivent dans les communautés locales. Sur plus de 105 000 Syriens en Jordanie qui sont enregistrés en tant que réfugiés ou qui sont en attente d'un enregistrement, un quart d'entre eux se trouvent au camp de Za'atri et le reste dans des villes grandes ou moyennes. Selon nos prévisions, 250 000 Syriens pourraient avoir besoin d'aide d'ici la fin de l'année.

Selon toute attente, beaucoup des personnes enregistrées dans les prochaines semaines seront des réfugiés, qui vivent en Jordanie depuis plusieurs mois. Beaucoup des réfugiés vivant en milieu urbain subviennent eux-mêmes à leurs besoins ou comptent sur l'aide de proches ou de familles hôtes jordaniennes.

Le HCR et ses partenaires prévoient de fournir une aide supplémentaire pour les conditions hivernales à au moins 50 000 réfugiés vivant en milieu urbain. En plus de l'allocation en espèces qui est déjà allouée aux familles les plus vulnérables, le HCR inclura un montant supplémentaire pour l'adaptation aux conditions hivernales en novembre et en décembre allant de 50 à 100 dinars jordaniens (de 70 à 140 dollars), selon la taille de la famille.

De plus, le HCR augmentera l'allocation de subventions ponctuelles d'urgence en espèces pour aider à couvrir les besoins urgents comme les vêtements, le combustible pour le chauffage et le paiement des loyers. La majorité des personnes qui recherchent une aide d'urgence en Jordanie disent avoir été menacés d'expulsion et ils ont besoin d'aide pour payer le loyer.

Nous allons également mettre en place des bons d'achat qui pourront être utilisés dans une liste choisie de magasins à travers la Jordanie pour acheter des vêtements d'hiver et des articles non alimentaires pour l'hiver.

Une stratégie pour l'équipement du camp de Za'atri aux conditions hivernales a été préparée par le Conseil norvégien pour les réfugiés, un partenaire du HCR. Elle comprend la distribution de poêles, de combustible, de vêtements chauds, de couvertures thermiques, des bâches en plastique, de bouteilles d'eau chaude et d'autres articles. C'est un kit supplémentaire par rapport à la distribution habituelle d'articles non alimentaires. Des modifications sur les tentes sont également prévues pour améliorer l'isolation. Dans le même temps, des donateurs fournissent plus de 2 500 logements préfabriqués pour abriter des familles. Quelque 300 d'entre eux ont déjà été mis en place dans le camp.

Le plan de préparation aux conditions hivernales au Liban, qui accueille plus de 94 000 réfugiés, vise à ce que la population croissante de réfugiés dispose d'un logement ; que le logement offre une protection suffisante contre le froid, et que les réfugiés aient suffisamment de carburant, de vêtements chauds et d'autres articles de secours non alimentaires.

Le HCR a prévu un budget de 4,7 millions de dollars pour un programme qui comprendra des allocations en espèces pour le paiement des loyers au bénéfice d'environ 3 000 familles, la rénovation de maisons pour 1 500 familles d'accueil, la fourniture de 150 bâtiments inachevés et d'abris collectifs pouvant accueillir jusqu'à 1 300 familles, 1 000 logements de transition pour les personnes devant être relogées d'urgence et des abris préfabriqués pour jusqu'à 250 familles.

Pour s'assurer que tous les logements sont sûrs et sécurisés contre le froid, l'aide sera étendue à 3 630 ménages par le biais d'activités incluant des travaux de toiture pour des maisons inachevées, la fourniture de kits d'abris et de travail (si nécessaire) pour des logements insuffisamment équipés pour les conditions hivernales et la préparation des tentes contre les conditions hivernales pour les réfugiés qui vivent dans des installations de tentes nomades.

Afin d'assurer que les réfugiés reçoivent suffisamment d'aide non alimentaire pour les mois d'hiver, nous avons budgété à 8,4 millions de dollars la fourniture de combustible pour le chauffage de 26 000 ménages, 3 000 appareils de chauffage et des cuisinières ; 32 000 couvertures d'hiver et 60 000 dollars pour des bons d'achat de 25 dollars pour des vêtements d'hiver.

En Turquie, une équipe du HCR s'est rendue dans des camps le mois dernier pour discuter de la planification des activités pour la préparation de l'hiver avec des responsables turcs sur le terrain et à Ankara. Plusieurs options de logement sont à l'étude, y compris l'utilisation de logements préfabriqués dans les zones où les températures sont plus froides. Certains sont déjà en place au camp d'Oncupinar à Kilis. D'autres sont nécessaires.

Une tente d'hiver a été développée par l'organisation turque Disaster and Emergency Management Presidency et par la Société du Croissant-Rouge turc, qui en ont commandées 30 000 auprès d'un fournisseur local. Des discussions sont également en cours pour assurer la préparation aux besoins des réfugiés vivant en milieu urbain.

En Iraq, le nombre de demandeurs d'asile syriens est maintenant plus de 39 000, avec presque 32 000 au Kurdistan et plus de 7 000 à Al-Qaem, dans le gouvernorat d'Anbar. Trois camps ont été établis et les réfugiés y sont la priorité du HCR pour les préparations aux conditions hivernales, suivie par des programmes pour les personnes vivant dans la communauté et chez des familles d'accueil.

Les plans pour l'hiver incluent le remplacement des tentes légères actuelles à Al-Qaem avec 1 230 tentes familiales et la fourniture d'appareils de chauffage, du carburant, des couvertures et des édredons thermiques, et le remplacement des écoles sous tentes par des salles de classes en préfabriqué équipées de chauffage. Une assistance pour la préparation aux conditions hivernales sera également accordée à 12 000 réfugiés urbains vulnérables, y compris la fourniture de kérosène sur une période de trois mois, ainsi que deux couvertures thermiques par personne.

En Syrie, le programme du HCR d'un montant de 32,4 millions de dollars et intitulé « Keeping Familles Warm » concernera 500 000 Syriens pour ces trois prochains mois. Le plan repose sur trois éléments principaux : la réhabilitation des abris collectifs, la distribution d'une aide non alimentaire et la fourniture d'une allocation unique en espèces aux personnes vulnérables. « Actuellement, il nous manque 12 millions de dollars pour être en mesure de financer ce programme. Des contributions sont nécessaires d'urgence si l'on veut concrétiser l'ensemble de nos activités de préparation aux conditions hivernales dans les temps », a déclaré Melissa Fleming à Genève.

Le HCR prévoit de réhabiliter 120 centres d'hébergement collectif pour loger des personnes déracinées. Les travaux comprendront la construction de cloisons, l'installation de fenêtres et de portes, le chauffage des espaces communs ainsi que la fourniture d'eau, d'installations sanitaires et de cuisines communes.

La distribution de l'aide non alimentaire comprendra davantage de matelas, de tapis et de couettes d'hiver épaisses. À ce jour, ces articles de secours ont été distribués à 200 000 personnes à travers la Syrie. Selon l'état des fonds, le HCR prévoit de livrer des articles de ce type à 300 000 autres personnes d'ici la fin de l'année.

Nous allons également fournir aux Syriens déplacés une allocation en espèces pour couvrir les frais d'hiver comme les factures de chauffage et d'électricité. À ce jour, plus de 17 000 personnes ont bénéficié de ce soutien à Al Nabek, au sud de Homs.

Statistiques :

- Le nombre des réfugiés syriens dans la région (qui ont été enregistrés ou qui sont en attente de l'être) était de 340 945.

- Jordanie 105 737 (qui ont été enregistrés ou qui sont en attente de l'être)

- Liban 94 213 (y compris 30 297 en attente d'enregistrement)

- Iraq 39 036 (y compris 31 863 en attente d'enregistrement)

- Turquie 96 397 (tous sont enregistrés et reçoivent une aide, selon les autorités)

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Un visage parmi un million d'autres : les difficultés des réfugiés syriens au Liban

Ils sont partout au Liban - un million de réfugiés syriens, dans un pays de 4,8 millions d'habitants. Il n'y a pas de camps de réfugiés au Liban. La plupart des réfugiés louent des appartements, tandis que les autres vivent dans des abris de fortune, des garages, des usines et des prisons. Trois ans après le début de la crise en Syrie, le Liban est devenu le pays au monde hébergeant la plus forte densité de réfugiés par habitant. Le Liban tente de faire face. Le montant des loyers a grimpé en flèche, les logements se font rares ; le prix des denrées augmente. Pendant ce temps, une génération pourrait être sacrifiée. La moitié des réfugiés syriens sont des enfants ; la plupart ne vont pas à l'école. Beaucoup travaillent pour aider leurs familles à survivre. Certains se marient jeunes, d'autres mendient pour gagner un peu d'argent. Pourtant, ils ont tous les mêmes rêves d'éducation.

Dans la ville de Tripoli, au nord du Liban, beaucoup de Syriens vivent dans le district d'Al Tanak, surnommé « Tin City » (« ville de tôle »). Longtemps habité par les populations pauvres de la ville, ce quartier est désormais une banlieue surréaliste - des tas d'ordures d'un côté, une grande roue de l'autre. Les habitants cohabitent avec les rats. « Ils sont gros comme des chats », déclare l'un d'eux. « Ils n'ont pas peur de nous, c'est nous qui avons peur d'eux ».

La photo-journaliste plusieurs fois primée, Lynsey Addario, a visité la « ville de tôle » et d'autres régions du Liban avec le HCR pour montrer les visages et faire connaître les souffrances des Syriens dans le monde. A travers ses publications dans le New York Times et National Geographic, Lynsey Addario a mis en lumière les victimes des conflits et les violations des droits dans le monde, en particulier les femmes.

Un visage parmi un million d'autres : les difficultés des réfugiés syriens au Liban

Les réfugiés urbains en Jordanie luttent pour survivre

La couverture médiatique sur les réfugiés syriens en Jordanie se concentre essentiellement sur les dizaines de milliers de personnes accueillies dans des installations comme Za'atri. Mais plus de 80% des arrivants vivent en dehors des camps et mènent une lutte de plus en plus rude pour survivre. Après trois années de conflit, ils ont de plus en plus de mal à trouver un toit, à payer leurs factures et à offrir une éducation à leurs enfants.

La plupart ont trouvé refuge près de leur point d'entrée, au nord de la Jordanie; dans des lieux souvent délabrés, le bruit des obus de l'autre côté de la frontière étant encore audible pour certains. D'autres sont allés plus au sud, cherchant des hébergements plus abordables à Amman, Aqaba, Kerak et dans la vallée du Jourdain. Si la plupart louent des maisons et des appartements, une minorité vit dans des abris informels.

Entre 2012 et 2013, le HCR et l'ONG International Relief and Development ont effectué plus de 90 000 visites au domicile des familles réfugiées pour comprendre leur situation et, si nécessaire, leur fournir une aide. Le rapport qui en résulte offre un regard sans précédent sur les défis rencontrés par 450 000 Syriens vivant hors des camps en Jordanie et luttant pour reconstruire leur vie loin de chez eux. Le photographe Jared Kohler a photographié la vie de certains de ces réfugiés.

Les réfugiés urbains en Jordanie luttent pour survivre

Troisième anniversaire de la crise en Syrie: un enfant du conflit

Achraf est né le jour même où le conflit a commencé en Syrie : le 15 mars 2011. C'est le septième enfant d'une famille de Homs. Une semaine après sa naissance, le conflit a atteint son quartier. Pendant des mois, sa famille est restée quasiment recluse à la maison. Certains jours, les bombardements étaient sans interruption, d'autres jours un calme inquiétant régnait. Ces jours-là, la maman d'Achraf se précipitait avec lui dans la clinique locale pour les vaccins et les contrôles.

Quand Achraf avait environ 18 mois, sa tante, son oncle et son cousin ont été assassinés - la gorge tranchée - alors que le garçon dormait à côté dans la maison de sa famille. Terrifiée et craignant d'être les prochains, la famille d'Achraf s'est entassée dans leur voiture, emportant quelques effets précieux, et est partie vers la frontière.

Ils ont abandonné leur maison, construite par le père et l'oncle d'Achraf. Au bout de quelques jours, la maison a été pillée et détruite. Le photographe Andrew McConnell a rendu visite à la famille dans leur nouveau foyer dans la plaine de la Bekaa, au Liban, également construit par le père et l'oncle d'Achraf. Situé au bord d'un champ de boue, c'est un patchwork de bâches en plastique, de toile et de ferraille. Le sol est couvert de couvertures et de matelas fournis par le HCR. Ils font désormais face à de nouveaux défis comme la lutte quotidienne pour que les enfants soient au chaud, au sec et protégés contre les rats. Achraf sursaute toujours quand il entend des bruits soudains et forts, mais le médecin a expliqué à sa mère que le garçon s'y habituerait.

Troisième anniversaire de la crise en Syrie: un enfant du conflit

Turquie : La vie au campPlay video

Turquie : La vie au camp

En Turquie, plus de 100 000 Syriens sont hébergés dans 14 camps de réfugiés, mais davantage de camps sont nécessaires.
Liban : Hébergement dans la plaine de la Bekaa Play video

Liban : Hébergement dans la plaine de la Bekaa

Des réfugiés syriens continuent de fuir vers les pays voisins pour échapper au violent conflit qui déchire leur pays.
Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.