António Guterres et Angelina Jolie témoignent de leur solidarité aux réfugiés syriens en Turquie

Articles d'actualité, 13 septembre 2012

© UNHCR/J.Tanner
Angelina Jolie (en noir) et António Guterres (à sa droite) visitent un camp hébergeant des milliers de réfugiés syriens en Turquie.

KILIS, Turquie, 13 septembre (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres et son Emissaire spéciale Angelina Jolie ont réitéré le besoin urgent d'aider les pays accueillant des dizaines de milliers de réfugiés syriens, après s'être rendus en Turquie dans deux des 12 camps formels, près de la frontière avec la Syrie.

Durant leur visite, António Guterres et Angelina Jolie ont remercié la Turquie de maintenir ses frontières ouvertes pour toute personne recherchant asile, d'avoir adopté un système de protection temporaire et de fournir l'assurance qu'aucun Syrien ne sera refoulé. Ils ont également rendu hommage au Croissant-Rouge turc pour son rôle dans l'aide aux réfugiés.

Plus de 80 000 réfugiés, principalement des femmes et des enfants, vivent dans ces camps et les autorités prévoient d'en ouvrir quatre autres à la fin du mois avec une capacité d'hébergement de 36 000 personnes. De plus, jusqu'à 60 000 personnes seraient accueillies chez des proches ou loueraient des chambres ou des appartements dans des villes.

« Nos portes sont ouvertes pour les Syriens », a indiqué Suleyman Tapsiz, Gouverneur de la province frontalière de Kilis. « Désormais, le plus important district de notre région est le camp lui-même », a-t-il révélé.

Le Haut Commissaire António Guterres a appelé d'autres pays à faire davantage pour aider la Turquie. « Il est temps que la communauté internationale comprenne qu'avec le nombre croissant de Syriens traversant la frontière vers d'autres pays, les pays d'accueil ne peuvent pas faire face tout seuls », a indiqué António Guterres, qui avait fait d'autres appels similaires plus tôt cette semaine dans les deux autres principaux pays d'accueil, la Jordanie et le Liban, avec l'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie.

« Les Syriens ont une histoire dans l'accueil des personnes dans le besoin », a ajouté Angelina Jolie. « Maintenant c'est à leur tour d'être dans le besoin et je suis reconnaissante à la Turquie et tous les pays voisins pour leur extraordinaire générosité. » Plus de 250 000 Syriens ont été enregistrés à ce jour en tant que réfugiés, ou sont en attente de l'être, en Turquie, au Liban et en Jordanie. Mais le nombre réel des personnes qui ont fui les combats pourrait être plus élevé.

Au camp de Kilis, 12 000 réfugiés sont hébergés dans des conteneurs aménagés en logements, pour un semblant de chez-soi. Le Gouverneur Tapsiz a indiqué que 4000 autres réfugiés vivent dans la ville de Kilis et reçoivent une aide.

Les autorités turques identifient les réfugiés les plus vulnérables dans toutes les régions et leur fournissent une aide. Environ 6000 réfugiés vivent dans des hangars en attendant d'entrer en Turquie au point de frontière de Kilis. Ils seront bientôt transférés dans les nouveaux camps.

La Turquie a également assuré des soins de santé pour les réfugiés, y compris les blessés de guerre. Depuis le début de la crise l'année dernière, les médecins turcs ont opéré 1 600 réfugiés à Kilis, dont beaucoup de personnes blessées par le conflit. « Dans nos hôpitaux, vous pouvez voir des bébés blessés, ou des gens qui ont perdu les bras », a indiqué le Gouverneur Tapsiz, en exhortant à une plus grande aide internationale pour aider à assurer suffisamment d'aide.

Durant sa visite dans le camp de Kilis, Angelina Jolie s'est entretenue avec plusieurs familles. Toutes avaient perdu des proches. Une femme a indiqué à l'actrice qu'une famille entière avait été tuée dans sa ville lorsque leur maison a été bombardée. « Ce n'est pas tellement notre maison qui compte », lui a expliqué cette femme. « Nous sommes atterrés de ce qu'endure notre peuple et par le sang qui coule. » Une autre a expliqué à Angelina Jolie que le seul survivant d'une autre famille était un bébé blotti dans les bras de sa mère décédée.

L'éducation a été un thème récurrent durant la visite. António Guterres et Angelina Jolie se sont rendus dans une école primaire dont les murs sont couverts de dessins d'enfants. Mais certaines familles sont préoccupées par l'avenir de leurs enfants. « Il n'y a pas d'avenir pour un réfugié », a affirmé un Syrien. « La vie s'arrête. Même si vous êtes vivant, votre vie est finie. »

Plus tard, jeudi, António Guterres et Angelina Jolie se sont rendus au camp de réfugiés d'Islahiye dans la province de Gaziantep. Dans ce camp de tentes récemment établi, environ 10 000 Syriens sont hébergés. Sous une chaleur écrasante, les réfugiés ont fait entendre leurs craintes pour leurs proches restés au pays et ils ont indiqué être préoccupés par l'arrivée prochaine de l'hiver.

Une femme a indiqué à Angelina Jolie que son fils risquait la mort en restant dans leur village situé près d'Alep, la ville la plus importante de Syrie, pour protéger leur maison des pilleurs. Une autre femme, enseignante et mère de sept enfants, a parlé de son mari, un ancien policier qui a perdu ses mains dans une explosion et qui ne peut plus travailler. Elle fait partie des 400 enseignants qualifiés sur une liste d'attente pour enseigner dans l'école du camp.

Parallèlement, António Guterres a également fait part de sa préoccupation sur le bien-être des civils déplacés en Syrie. « Je suis profondément convaincu qu'il faut améliorer l'aide humanitaire en Syrie », a indiqué le Haut Commissaire au Gouverneur Tapsiz. « Davantage de pression est nécessaire pour fortement améliorer l'assistance humanitaire à l'intérieur de la Syrie. »

Depuis le début de la crise, 115 000 Syriens sont arrivés dans les camps en Turquie, mais 35 000 sont rentrés sur une base volontaire. En avril, la Turquie a demandé à la communauté internationale de contribuer à l'aide aux réfugiés.

Par Melissa Fleming à Kilis, Turquie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

M. António Guterres a rejoint, le 15 juin 2005, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, dont il est le 10ème Haut Commissaire.

Angelina Jolie

Actrice américaine

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Angelina Jolie appelle le monde à ne pas oublier les réfugiés iraquiens

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie est retournée le 2 octobre 2009 à Damas, la capitale syrienne, pour y rencontrer des réfugiés iraquiens deux ans après sa dernière visite. L'actrice américaine, lauréate d'un oscar et accompagnée de son partenaire Brad Pitt, a saisi cette occasion pour lancer un appel d'urgence à la communauté internationale afin qu'elle n'oublie pas les centaines de milliers de réfugiés iraquiens vivant toujours en exil, malgré une relative amélioration de la situation de sécurité en Iraq. Angelina Jolie a indiqué que la plupart des réfugiés iraquiens ne peuvent pas rentrer en Iraq à cause des sévères traumatismes qu'ils y ont subis, à cause de l'incertitude liée aux prochaines élections iraquiennes, des problèmes de sécurité et d'une pénurie de services essentiels. Ils auront besoin d'un soutien continu de la part de la communauté internationale, a-t-elle affirmé. L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR a rendu visite à deux familles vulnérables vivant dans la banlieue de Jaramana, au sud de Damas. Elle a été particulièrement émue durant sa rencontre avec une femme appartenant à une minorité religieuse, qui a expliqué à Angelina Jolie les abus physiques qu'elle a subis ainsi que les tortures endurées par son fils, après qu'ils aient été enlevés plus tôt cette année en Iraq et retenus en otage durant des jours. Ils ont décidé de fuir vers la Syrie, un pays hôte généreux envers les réfugiés.

Angelina Jolie appelle le monde à ne pas oublier les réfugiés iraquiens

Angelina Jolie en Bosnie

Angelina Jolie, Ambassadrice de bonne volonté du HCR, a rencontré des personnes déracinées le 5 avril 2010 au cours de sa première visite en Bosnie-Herzégovine. L'actrice, accompagnée de son partenaire Brad Pitt, a appelé à des mesures pour mettre fin aux souffrances persistantes des victimes déplacées de la guerre de Bosnie, après avoir entendu leurs récits poignants et vu leurs conditions de vie épouvantables.

La célèbre actrice a été émue par la force - et par les souffrances - des personnes qu'elle a rencontrées et elle s'est engagée à attirer l'attention sur leur sort. La plupart des personnes avec lesquelles elle s'est entretenue vivent en exil depuis la fin du conflit de 1992-95. Angelina Jolie s'est rendue dans des centres collectifs dans les villes de Gorazde et Rogatica, où les habitants manquent de services basiques comme l'eau courante.

L'actrice a rencontré un groupe de femmes ayant subi des viols et la torture durant la guerre. Leurs témoignages l'ont profondément émue. Elle a également rencontré une famille de réfugiés rapatriés qui attendent toujours de rentrer dans leur village natal près de la ville de Visegrad dans l'est de la Bosnie.

Angelina Jolie en Bosnie

Angelina Jolie oeuvre pour la réintégration des rapatriés afghans

L'Ambassadrice de bonne volonté pour le HCR, Angelina Jolie, est retournée en Afghanistan en mars 2011. Lors de sa seconde visite, l'actrice célèbre a appelé à oeuvrer davantage pour la réintégration des anciens réfugiés afghans. Plus de 5,5 millions de réfugiés sont rentrés en Afghanistan depuis 2002, principalement depuis le Pakistan et l'Iran ; ils représentent maintenant 20 pour cent de la population. Le HCR est préoccupé par le fait qu'un trop grand nombre de ces anciens réfugiés sont toujours sans emploi et sans logement et qu'ils ne peuvent subvenir à d'autres besoins fondamentaux.

L'actrice a rendu visite à plusieurs familles qu'elle avait rencontrées en 2008 et qui vivent toujours dans un entrepôt délabré à Kaboul. Elle a été bouleversée de voir ces familles luttant pour leur survie dans un bâtiment froid et humide. Chaque jour, les enfants lavent des vitres de voitures afin de subvenir aux besoins de la famille, au lieu d'aller à l'école. Les personnes âgées et malades ont fait part à Angelina Jolie de leur désespoir d'être un fardeau pour les jeunes générations.

Angelina Jolie a également rencontré des réfugiés rapatriés vivant à Alice Ghan et Barikab au nord de Kaboul, après avoir été bénéficiaires d'un programme d'allocation des terres. Ces rapatriés ont exprimé leur gratitude d'avoir un logement, mais ils déplorent le manque de moyens d'existence. L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR s'est également rendue dans le village de Qala Gadu, où est actuellement construite une école primaire qu'elle a financée et qui sera destinée aux jeunes filles.

Angelina Jolie oeuvre pour la réintégration des rapatriés afghans

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.