Le lauréat Nansen fait construire une école dans un camp de réfugiés au Yémen

Articles d'actualité, 10 septembre 2012

© HCR Yémen
Des enfants réfugiés au camp de réfugiés de Kharaz. L'ONG SSH (Société pour la solidarité humanitaire) s'est vu attribuer la distinction Nansen en 2011. Elle a utilisé la somme reçue avec le prix pour construire une école dans le camp pour 350 enfants réfugiés.

CAMP DE RÉFUGIÉS DE KHARAZ, Yémen, 10 septembre (HCR) L'organisation qui, en 2011, s'est vu attribuer la distinction Nansen pour l'aide essentielle qu'elle apporte aux réfugiés arrivés sur les côtes du Yémen a consacré son prix à la construction d'une école dans un camp de réfugiés. Cet établissement, dont le besoin se faisait lourdement ressentir, accueillera 350 élèves.

Depuis 1995, la Société pour la solidarité humanitaire (SSH) s'emploie à fournir une assistance aux réfugiés qui, souvent arrivent traumatisés, déshydratés et en état de malnutrition, après leur traversée en haute mer depuis la Corne de l'Afrique. Les équipes de la SSH patrouillent le long des côtes yéménites, recueillent des survivants et les transfèrent vers les centres d'accueil et le camp de réfugiés de Kharaz où l'ONG a fait bâtir une école primaire grâce à laquelle chaque enfant pourra recevoir une instruction et, ainsi, se développer pleinement.

Faisant l'éloge de la Société pour la solidarité humanitaire pour avoir procédé à la construction d'une seconde école primaire, grâce au prix de 100 000 dollars reçus parallèlement à la distinction Nansen, le Représentant du HCR au Yémen, Naveed Hussain, a déclaré que le HCR était « fier d'avoir un tel partenaire de choix et de confiance ».

Instaurée en 1954, la distinction Nansen pour les réfugiés est décernée chaque année à une personne ou à une organisation pour son engagement exceptionnel en faveur des réfugiés. Elle est dotée d'une médaille et d'un prix de 100 000 dollars des États-Unis offerts conjointement par la Suisse et la Norvège.

Dans la Corne de l'Afrique, sécheresse, conflits, instabilité politique et violations des droits fondamentaux ont entraîné la multiplication du nombre de réfugiés, de demandeurs d'asile et de migrants qui fuient en quête de sécurité, de protection et d'ouvertures économiques. C'est sur les périls qu'il leur faut si souvent affronter pour parvenir au Yémen que la SSH, forte de la haute distinction qu'elle a reçue en 2011, entend attirer toujours plus l'attention du monde.

Le Yémen, dont la tradition d'hospitalité envers les réfugiés est notoire, accueille depuis 1991 des Somaliens. Ceux-ci y sont aujourd'hui plus de 225 000 et depuis le début de l'année plus de 56 000 autres réfugiés et migrants ont rejoint les côtes yéménites.

La population du camp de Kharaz, dans le gouvernorat de Lahj, dépasse actuellement 19 500 personnes avant tout des Somaliens. Elle ne cesse d'augmenter en raison tant de nouvelles arrivées de la Corne d'Afrique que d'un afflux de réfugiés plus anciens que les désordres civils de l'année dernière ont chassés des zones urbaines où ils étaient installés.

Environ 3700 élèves sont scolarisés à l'école primaire au camp de réfugiés de Kharaz, soit un taux d'inscription de 86%. La nouvelle école dispose de six salles de classe pouvant recevoir 350 enfants, d'une salle des maîtres et des toilettes. Cette nouvelle école a permis de réduire les effectifs dans les classes de niveaux inférieurs, ainsi que les distances de parcours pour les jeunes enfants.

« En consacrant les 100 000 dollars de la distinction Nansen à la construction de cette école dans le camp de Kharaz, la Société pour la solidarité humanitaire (SSH) a comblé de joie les jeunes écoliers et leurs parents », a déclaré M. Nasser Salim Ali al-Hamaïry, fondateur de la SSH. « Par l'implantation de cette école près du centre du camp, les parents sont encouragés à envoyer leurs enfants à l'école. »

L'achèvement des travaux de construction de l'école a été marqué par une cérémonie d'inauguration à laquelle ont participé la SSH, le HCR, Save the Children et des délégués des réfugiés.

« Cette école est notre cadeau aux réfugiés, et c'est grâce au comité Nansen que nous avons pu le leur offrir », a déclaré M. al-Hamaïry en cette occasion. « La SSH est résolue à aider tous ceux qui en ont besoin, où qu'ils se trouvent : c'est un devoir moral issu de l'Islam et de la culture yéménite. »

Par Teddy Leposky, au camp de réfugiés de Kharaz, Yémen.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Fridtjof Nansen

Un homme d'action et de vision

La distinction Nansen pour les réfugiés

La distinction Nansen pour les réfugiés

Attribuée chaque année à des personnes ou des organisations en reconnaissance de leurs services exceptionnels à la cause des réfugiés.

La distinction Nansen 2011 pour les réfugiés

Cette année, lors de la cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés à Genève, le HCR a rendu hommage à la célèbre actrice Angelina Jolie et à l'organisation humanitaire yéménite, la Société pour la solidarité humaine (SHS), pour leur travail exceptionnel en faveur des réfugiés durant tant d'années.

Angelina Jolie a été honorée pour son travail à titre d'ambassadrice de bonne volonté pour le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés qui dure depuis 10 ans. L'actrice américaine a rejoint le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres pour remettre la distinction Nansen à Nasser Salim Ali Al-Hamairy pour le travail de son ONG qui sauve des vies et aide des dizaines de milliers personnes désespérées arrivées sur la côte du Yémen depuis la corne de l'Afrique.

L'année 2011 marque le 150e anniversaire de la naissance de Nansen, ce qui en fait une date mémorable pour cette distinction. Cette dernière a été créée en 1954 en l'honneur de Fridtjof Nansen, explorateur, scientifique, diplomate et homme politique norvégien, premier Haut Commissaire de la Société des Nations pour les réfugiés en 1921. La distinction Nansen est remise chaque année à une personne ou une organisation en reconnaissance de services exceptionnels rendus à la cause des réfugiés. Elle comprend une médaille commémorative et une somme de 100 000 dollars offerts par les Gouvernements de la Suisse et de la Norvège. Cette somme est consacrée à des projets élaborés et choisis par le lauréat en matière de protection et d'assistance aux personnes déracinées.

La distinction Nansen 2011 pour les réfugiés

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

Traite d'êtres humains dans le Golfe d'Aden

Fin mars, au cours d'une période de six jours, plus de 1 100 Somaliens et Éthiopiens sont arrivés sur le territoire yéménite, après avoir traversé le Golfe d'Aden à bord de bateaux de passeurs depuis Bossasso, en Somalie. Au moins 28 personnes sont mortes lors de ces voyages - d'asphyxie, des coups reçus ou de noyade - et plusieurs ont été gravement blessées par les trafiquants. D'autres souffrent de problèmes dermatologiques en raison d'un contact prolongé avec de l'eau de mer, des excréments, de l'essence ou d'autres produits chimiques.

Au cours d'une récente visite au Yémen, la Haut Commissaire assistante pour la protection, Erika Feller, s'est engagée à mieux faire connaître cette situation, à lancer un appel pour des fonds supplémentaires et pour une action internationale afin de venir en aide au Yémen, et à développer des projets qui amélioreront les conditions de vie et l'autosuffisance des réfugiés au Yémen.

Depuis janvier 2006, le Yémen a reçu près de 30 000 personnes originaires de Somalie, d'Éthiopie et d'autres pays, alors que plus de 500 personnes sont mortes pendant leur traversée. Au moins 300 sont également portées disparues. L'UNHCR aide déjà le Yémen en fournissant de l'assistance, des soins et un logement à plus de 100 000 réfugiés qui se trouvent dans le pays.

Traite d'êtres humains dans le Golfe d'Aden

Yémen : les déplacements se poursuiventPlay video

Yémen : les déplacements se poursuivent

Au Yémen, les combats continuent dans le nord. Le HCR fait état de l'augmentation du nombre de familles en fuite. Les camps de déplacés ont désormais dépassé leur capacité d'accueil. 22/12/2009
Yémen : Attendre la restauration de la paixPlay video

Yémen : Attendre la restauration de la paix

Le Gouvernement yéménite a déclaré que la guerre était finie dans le nord du pays. Toutefois, la plupart des 280 000 personnes déplacées par la violence hésitent encore à rentrer dans leurs villages d'origine.
Le défunt sénateur Edward Kennedy - Lauréat de la distinction Nansen pour les réfugiés 2009Play video

Le défunt sénateur Edward Kennedy - Lauréat de la distinction Nansen pour les réfugiés 2009

Le lauréat de la distinction Nansen pour les réfugiés 2009 est le défunt sénateur Edward Kennedy. Cette distinction lui a été attribuée à titre posthume pour son inlassable travail au service des réfugiés durant 40 ans en tant que sénateur américain.