Le personnel sud-soudanais du HCR met tout en œuvre pour aider les réfugiés

Agir pour faire la différence, 5 septembre 2012

© HCR/B. Sokol
De gros nuages planent au-dessus du camp de réfugiés de Jamam, où le personnel du HCR aide des milliers de réfugiés soudanais.

CAMP DE RÉFUGIÉS DE JAMAM, Soudan du Sud, le 5 septembre (HCR) Il est 20 h 30 et un groupe de réfugiés, parti de la frontière soudanaise, vient d'arriver au camp de Jamam au Soudan du Sud. Ils ont faim et sont épuisés.

Grace Aleng, trente-et-un ans, est informée de leur arrivée. Bien qu'elle se préparait à aller dormir, elle connaît les besoins des nouveaux arrivants, parce qu'elle aussi les a connus. Et, en tant qu'agente de protection du HCR, elle sait également qu'il n'y aura peut-être ni eau ni nourriture pour eux avant le lendemain.

Grace s'habille, se dirige vers le marché local et avec son propre argent, elle achète un peu de nourriture pour les nouveaux arrivants. À 22 h, elle a donné à manger au groupe. Lorsqu'elle les voit assis devant elle, elle a l'impression de se regarder dans un miroir. Comme la majorité des membres du personnel du HCR du camp, elle a elle-même été réfugiée à une époque.

« J'ai la possibilité de les aider et je sais par où ils sont passés », explique-t-elle. « Alors je n'ai pas d'autre choix dans mon cœur que de les aider ».

Pour Grace Aleng et d'autres anciens réfugiés, les souvenirs de leur fuite constituent la source la plus puissante de motivation. Ils considèrent que leur travail n'est ni une vocation humanitaire, ni une carrière professionnelle, mais plutôt un devoir qui, chaque jour, confirme leur humanité. « Le niveau d'engagement des membres du personnel du Soudan du Sud qui ont eux-mêmes été des réfugiés ne peut être autrement qualifié que d'extraordinaire », explique Kaweh Hagi Negad, coordonnateur pour la réinstallation au camp de Jamam. « Ils font toujours preuve d'un zèle infatigable ».

Il connaît ce sentiment. Hagi Negad et sa famille ont fui l'Iran en 1987 pendant la guerre qui a opposé l'Iran à l'Irak. Et s'il estime qu'il n'y a pas de comparaison entre son expérience, lui qui a grandi en Suède, et celle des autres membres du personnel du camp qui ont vécu leur expérience de réfugiés dans certains des environnements les plus pénibles, il comprend ce sentiment de « devoir ».

« Nous partageons l'expérience commune d'avoir quitté nos racines, d'abandonner notre famille et de nous retrouver dans un environnement totalement nouveau », déclare Hagi Negad. « Vous vous identifiez aux personnes qui ont été forcées de quitter leur foyer parce que vous savez ce que c'est ».

Le besoin impérieux de protéger est une seconde nature pour Daniel Wuor, qui a passé 18 années en exil, d'abord en Éthiopie et ensuite dans le camp de réfugiés de Kakuma dans le nord-ouest du Kenya. Au cours d'une récente mission près de la frontière soudanaise, le fonctionnaire adjoint chargé de la protection s'est trouvé sur les berges d'une rivière à parler avec un homme de 22 ans qui venait de fuir son foyer dans l'État du Nil bleu au Soudan. L'homme était coincé sur la rive du Soudan du Sud parce qu'il ne savait pas nager.

« S'il était resté là, il aurait été exposé aux dangers », se souvient Daniel Wuor. « Il y a des hyènes dans cette région. Il aurait pu être tenté de traverser la rivière seul. Je n'allais pas rester là à ne rien faire. Il est très important de sauver chaque personne ».

Daniel Wuor s'est précipité à l'eau et a nagé vers l'autre rive. Quelques minutes plus tard, aidé de Nathan White, agent de sécurité du HCR et sauveteur qualifié, il a mis l'homme en sécurité le long d'un pont de fortune en corde construit par l'équipe.

« Lorsque je vois une personne qui a besoin d'aide, je réalise que mon expérience de réfugié n'est pas la seule », explique le membre du personnel du HCR. « Je réalise que nous sommes nombreux et que nous ne sommes pas seuls ».

Ojulu Jodo, conducteur d'ambulance à Jamam, connaît bien cette empathie. Pendant l'exode de 32 000 réfugiés de l'État du Nil bleu vers la frontière du Soudan du Sud, Jodo a transporté les malades et les blessés vers un centre de transit du HCR.

« On voyait arriver des gens, atteints de malaria. Ils n'avaient rien », explique Jodo qui a vécu dans le camp de réfugiés de Pinyudo en Éthiopie entre 1990 et 2006. « Ils nous disaient, « Regardez nos enfants, ils sont en train de mourir » ».

Pour de nombreux anciens réfugiés, travailler pour le HCR à Jamam et accueillir une multitude de personnes de l'État du Nil bleu rappelle des souvenirs puissants.

Clare Aleng se souvient avoir traversé une frontière de l'Ouganda en 1993, alors qu'elle avait huit ans. Ses jambes portent encore les cicatrices que lui ont infligées les hautes herbes coupantes tandis qu'elle fuyait à travers champs pour échapper à la guerre.

Noël est arrivé quelques jours plus tard, lorsqu'ils sont arrivés en Ouganda. Clare Aleng se souvient d'avoir vu un homme acheter des vêtements pour sa fille. Elle s'est retournée vers son père et lui a demandé une robe ce qu'il faisait chaque semaine lorsqu'ils étaient dans le village situé dans ce qui est aujourd'hui l'État d'Equatoria-Oriental au Soudan du Sud. Ce n'est que lorsqu'il l'a regardée, une larme à l'œil, et il lui a expliqué qu'il n'en avait pas les moyens, qu'elle a réalisé qu'elle était devenue une réfugiée.

Par Greg Beals au camp de réfugiés de Jamam, Soudan du Sud

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Santé publique

La santé des réfugiés et des autres personnes déracinées de force est un élément essentiel de la protection et une priorité pour le HCR.

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Quelque 105 000 réfugiés se sont regroupés dans le Comté de Maban, au Soudan du Sud. De graves risques pèsent sur la santé de nombre d'entre eux. Le HCR et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour prévenir et contenir l'épidémie de paludisme et plusieurs maladies hydriques.

La plupart des réfugiés, notamment les enfants et les personnes âgées, sont arrivés très affaiblis dans les camps. Or, les pluies incessantes ont tendance à exacerber la situation, les flaques d'eau se transformant vite en foyer d'incubation de moustiques porteurs du paludisme. Qui plus est, un simple rhume suffit pour que l'état de malnutrition modérée dont souffrent les enfants et personnes âgées se transforme en malnutrition sévère.

C'est dans le camp de Yusuf Batil, dans le Comté de Maban, que la situation se fait la plus critique puisque 15 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition aiguë.

Le HCR et ses partenaires font tout leur possible pour prévenir et lutter contre la maladie. Dans le camp de Yusuf Batil, 200 professionnels de la santé des communautés vont de foyer en foyer afin d'enseigner aux réfugiés les règles d'hygiène de base, telles que la nécessité de se laver les mains ou encore comment reconnaître les signes de maladie. S'ils en ont besoin, les enfants reçoivent des aliments nutritifs tels que des Plumpy'nut. Un hôpital spécialisé dans le traitement de patients atteints du choléra a d'ailleurs ouvert ses portes. Parallèlement, des moustiquaires ont été distribuées dans tous les camps à des fins de prévention du paludisme.

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.