Poursuite de l'exode de réfugiés syriens - les écoles sont surchargées

Points de presse, 31 août 2012

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 31 août 2012 au Palais des Nations à Genève.

Liban

Le HCR note une augmentation du nombre de réfugiés syriens dans la vallée de la Bekaa, à l'est du Liban. Les organisations caritatives et les autorités locales indiquent que près de 2 200 personnes se sont installées dans l'est au cours de la dernière semaine, soit presque le double de la moyenne hebdomadaire enregistrée récemment.

Dans le nord du Liban, le nombre d'arrivées reste stable, avec environ 400 personnes par semaine. Le HCR a ajouté de nouvelles lignes téléphoniques d'urgence pour aider le nombre croissant de réfugiés qui cherchent à s'immatriculer. La situation tendue qui régnait à Tripoli la semaine dernière a fait en sorte que beaucoup de réfugiés n'ont pas été en mesure de prendre rendez-vous pour leur immatriculation. Le centre est maintenant ouvert et les activités sont revenues à la normale.

Le HCR surveille également la situation des réfugiés autour de la zone frontalière d'Akkar, au nord du Liban, qui continue d'être la cible de l'artillerie syrienne. Les alentours des villages d'Al-Nura et de Debbabiyeh, qui accueillent plus de 80 réfugiés, ont été ciblés ces derniers jours.

Dans tout le Liban, la surpopulation des lieux d'hébergement reste notre plus grande préoccupation. Les écoles qui abritent de nombreux réfugiés doivent rouvrir leur porte aux étudiants dans une ou deux semaines. Vingt familles ont été expulsées plus tôt cette semaine de l'école d'al-Marj, dans l'ouest de la vallée de la Bekaa, mais ont cependant été autorisées à rester un peu plus longtemps suite à l'intervention du HCR, de nos ONG partenaires et du ministère des Affaires sociales. Nous continuons à chercher d'autres lieux d'hébergement pour les réfugiés séjournant dans les écoles. Nous avons mis en place une ligne téléphonique d'urgence pour les réfugiés qui doivent quitter les lieux. Vingt cas de réfugiés poussés à partir nous ont été signalés jusqu'à présent. Nous effectuons le suivi de ces cas et demandons aux autorités scolaires locales de faire preuve de compréhension afin d'éviter l'expulsion de Syriens.

La semaine dernière, nous avons soumis aux autorités une liste de 11 bâtiments abandonnés que nous proposons de remettre en état pour accueillir des réfugiés. Jusqu'à présent, nous avons reçu l'autorisation d'utiliser trois de ces bâtiments et attendons d'autres approbations qui, nous l'espérons, seront données rapidement par le gouvernement.

Dans le Nord, les préparatifs sont en cours pour reloger les réfugiés dans une école privée abandonnée de Tekrit. Notre stratégie en matière d'hébergement au Liban repose sur la remise en état des bâtiments pour accueillir des Syriens et l'octroi de dons en espèces pour l'hébergement des plus vulnérables.

Turquie

En Turquie, deux camps de réfugiés supplémentaires ont été ouverts au cours de la dernière semaine pour accueillir de nouveaux arrivants. Au total, ces camps peuvent accueillir 23 000 réfugiés. Trois autres camps d'une capacité d'accueil de 10 000 réfugiés chacun devraient ouvrir leurs portes en septembre. Un certain nombre de réfugiés qui séjournent dans des écoles, des dortoirs et des gymnases dans sept villes du sud de la Turquie seront transférés dans les nouveaux camps, qui accueilleront aussi de nouveaux réfugiés au fur et à mesure qu'ils traversent la frontière.

Le gouvernement accueille actuellement 80 410 personnes dans 11 camps et écoles des provinces frontalières de Hatary, Gaziantep, Kilis, Sanliurfa, Kahramanmaras, Adana, Osmaniye, Malatya et Adiyaman.

Les autorités turques indiquent que 8 000 autres personnes étaient hier en attente d'admission aux postes-frontière d'Oncupinar/Kilis et Hatay/Reyhanli. Les autorités locales ont informé le HCR que la frontière n'est pas fermée et que les gens sont admis en petits groupes.

Parallèlement, le HCR continue d'aider le gouvernement pour l'accueil des réfugiés en fournissant des tentes et autre matériel de secours. Un avion du HCR transportant 600 tentes est arrivé à l'aéroport d'Adana mardi. Le HCR a déjà fourni des milliers de tentes et du matériel de secours depuis août de l'année dernière.

Syrie

En Syrie, le HCR a reçu des autorités des listes d'écoles qui continueront, malgré la reprise des cours à la mi-septembre, à accueillir des personnes déplacées par les combats. D'autres lieux publics pour les personnes (réfugiés compris) actuellement hébergées dans les écoles sont également indiqués. Notre bureau en Syrie prévoit entreprendre des travaux urgents sur les bâtiments qui peuvent servir d'abris collectifs pour permettre aux personnes déplacées de quitter les écoles avant le 16 septembre.

Le personnel du HCR a visité hier huit abris dans trois quartiers de la région rurale de Damas et a noté des besoins pressants en matière d'assainissement, de literie, d'eau et de nourriture. Le HCR continue de distribuer du matériel de secours et d'apporter un soutien financier aux personnes déplacées par l'entremise du Croissant-Rouge arabe de Syrie. Des centaines de réfugiés, principalement irakiens, se rendent à nos bureaux tous les jours pour demander de l'aide alimentaire et médicale ou de la documentation, se renseigner sur l'immatriculation et la réinstallation ou encore signaler des problèmes sur le plan de la protection.

Irak

Nous avons constaté une augmentation du nombre de Syriens fuyant vers le Kurdistan irakien au cours des deux dernières semaines, avec 2 784 personnes traversant la frontière. On compte maintenant 18 682 réfugiés syriens en Irak. Les destructions à grande échelle et les bombardements aveugles à Damas et dans sa banlieue sont les principales raisons de la fuite de la population. Des personnes fuyant Qamishli ont indiqué que la capacité d'accueil des personnes déplacées dans la région est atteinte. Les gens ont trouvé refuge dans des écoles et des mosquées.

La frontière à Al-Qaem est toujours fermée et le HCR continue de plaider sa réouverture auprès du Gouvernement. Les postes frontaliers d'Al-Waleed et de Rabia restent ouverts. Par ailleurs, les réfugiés irakiens de Syrie continuent à retourner en Irak en raison de la détérioration de la situation. À ce jour, 31 459 Irakiens sont rentrés en Irak depuis l'aggravation du conflit en Syrie. Leurs principaux besoins concernent les papiers d'identité (notamment les papiers d'identité nationaux), le logement, la nourriture, la santé, l'argent et l'emploi. Beaucoup d'entre eux, notamment les enfants, ont besoin de soins médicaux, y compris une aide psychologique pour surmonter les traumatismes causés par la violence en Syrie et l'abandon de leurs biens lors de la fuite.

Jordanie

Une moyenne quotidienne de 1 400 Syriens sont arrivés au camp jordanien de Za'atri la semaine dernière, portant le nombre total des réfugiés accueillis dans le camp à environ 23 400 personnes. De plus, près de 200 Syriens ont choisi de retourner en Syrie mercredi après la signature de formulaires de rapatriement librement consenti préparés par le Gouvernement. Selon les autorités locales, quelque 1 700 Syriens ont choisi de rentrer chez eux au cours des six derniers mois.

Le HCR et ses partenaires s'efforcent de renforcer la capacité d'accueil du camp et et d'y améliorer les conditions de vie. Nous avons commencé à construire des cuisines communautaires afin que les réfugiés puissent recevoir des rations sèches et se faire à manger. Lundi, un convoi de camions partant de nos entrepôts de Dubaï apportera des tentes, des matelas et des couvertures supplémentaires ainsi que d'autre matériel de secours.

Europe

On note l'arrivée de réfugiés en Europe, bien que leur nombre soit encore relativement faible. La Suède a signalé la plus forte augmentation, avec 2 911 Syriens ayant demandé l'asile depuis janvier, comparativement à 640 en tout en 2011. D'autres pays signalent une légère augmentation du nombre de réfugiés. En France, 255 Syriens ont déposé une demande d'asile entre janvier et juillet 2012, soit une petite fraction des 50 000 demandes d'asile déposées l'année dernière.

Ailleurs, on note uniquement une légère tendance à la hausse : bien que les chiffres soient incomplets, la moyenne mensuelle des demandes d'asile de réfugiés syriens pendant les premiers mois de 2012 est la suivante : 43 en Belgique (41 en 2011), 317 en Allemagne (220 en 2011), 85 en Suisse (57 en 2011), 68 au Royaume-Uni (41 en 2011) et 50 en Italie (40 en 2011).

Statistiques

Le nombre total de réfugiés syriens immatriculés ou en cours d'immatriculation en date du 29 août était de 228 976.

Jordanie

Immatriculations totales = 72 402 (26 291 en attente d'immatriculation)

Liban

Immatriculations totales = 57 482 (15 533 en attente d'immatriculation)

Irak

Immatriculations totales = 18 682 (4 693 en attente d'immatriculation)

Turquie

Immatriculations totales = 80 410 (immatriculés et recevant de l'aide selon les chiffres fournis par le Gouvernement)

Pour plus d'informations sur ce sujet, communiquer avec les personnes suivantes :

  • À Amman : Ariane Rummery, téléphone portable : +962 796552045
  • À Genève : Adrian Edwards, téléphone portable : +41 79 557 91 20
  • Sybella Wilkes, téléphone portable : +41 79 557 91 38
  • À Paris : William Spinder, téléphone portable : +33 6 23 16 11 78
• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Philippines : survivre au typhon Haiyan, un an après la devastationPlay video

Philippines : survivre au typhon Haiyan, un an après la devastation

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan a balayé le centre des Philippines, dévastant tout sur son passage et tuant des milliers de personnes. Un an après, la reconstruction dure toujours. Sur l'île de Leyte, Bartolome témoigne de la vie de sa famille, pendant plusieurs semaines dans un bateau échoué après la destruction de leur maison.
Turquie : L'exil de Faysal depuis Kobané en SyriePlay video

Turquie : L'exil de Faysal depuis Kobané en Syrie

Plus de 170 000 personnes ont fui la ville de Kobané au nord de la Syrie pour échapper à une violente offensive menée par des militants ISIS. Faysal a réussi à s'échapper en Turquie avant que les combats ne s' intensifient. Toutefois, il a encore une famille qui a dû rester dans la ville frontalière assiégée.
Iraq: Un généreux donateurPlay video

Iraq: Un généreux donateur

L'afflux de réfugiés est important à Dohouk où Fahrad a construit un camp, avec des tentes, de l'électricité, de l'eau ... un lieu de refuge. Sa compassion est sincère ... Dans son enfance, il avait également dû fuir sa maison.