Selon le HCR, l'état de santé des réfugiés au Soudan du Sud est alarmant

Points de presse, 24 août 2012

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 24 août 2012 au Palais des Nations à Genève.

Quelque 170 000 réfugiés soudanais se trouvent désormais dans des camps de réfugiés situés dans l'Etat d'Unity et du Haut Nil au Soudan du Sud. Leur état de santé devient très préoccupant pour nous. Avec la pluie et le froid qui sévissent actuellement, nous voyons des réfugiés souffrant d'infections des voies respiratoires, de diarrhée et du paludisme.

Dans l'Etat du Haut Nil, près de la moitié des réfugiés sont âgés de moins de 11 ans. Il s'agit d'une proportion anormalement élevée dans les situations d'urgence de réfugiés, et c'est ce groupe d'âge qui souffre le plus. Leurs mères ou autres tuteurs sont souvent malades et faibles également, et ils ne peuvent pas s'occuper d'eux correctement.

A Yusuf Batil, un camp hébergeant 34 000 Soudanais originaires de l'Etat du Nil Bleu, 15% des enfants de moins de cinq ans (ou près de 1 600 enfants) souffrent de malnutrition sévère. Ils sont maintenant traités dans le cadre d'un programme spécifique pour recouvrir la santé.

Le HCR et ses partenaires ont lancé ce mois-ci un vaste programme de sensibilisation sur la santé et l'hygiène. Nous mettons un accent particulier sur une bonne hygiène de base. Nous essayons de faire comprendre aux réfugiés l'importance des fondamentaux comme le lavage des mains, la collecte de l'eau dans des seaux et des jerrycans propres ainsi que le fait de ne pas déféquer en plein air. Nous continuons à construire des latrines dans les cinq camps en tentant de suivre le rythme des nouveaux arrivants. Toutes les institutions d'aide humanitaire ont lutté pour maintenir une hygiène et un assainissement suffisants, le nombre des réfugiés ayant augmenté de façon spectaculaire depuis 99 000 en avril à presque 170 000 actuellement.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Ethiopie : Arrivée à AssosaPlay video

Ethiopie : Arrivée à Assosa

Zenab vivait dans le village de son mari dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan, avant qu'il n'ait été attaqué. Elle a perdu trois frères et a ensuite traversé une épreuve difficile lors du voyage vers l'Ethiopie avec ses enfants.