Urgence syrienne : pic d'arrivées des Syriens en Jordanie

Articles d'actualité, 24 août 2012

© HCR/A.McDonnell
Plus de 14 500 réfugiés syriens ont désormais trouvé abri au camp de réfugiés de Za'atri en Jordanie, alors que les arrivées s'accélèrent.

GENÈVE, 24 août (HCR) Les arrivées s'accélèrent avec 2 200 Syriens ayant traversé la frontière vers la Jordanie jeudi soir. Ils ont été transférés vers le camp de réfugiés de Za'atri, ce qui porte le total des réfugiés syriens enregistrés par le HCR à plus de 200 000 dans les pays voisins de la Syrie.

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés a fait état vendredi de l'augmentation de 170 116 à 202 512 réfugiés en une semaine. Ce chiffre résulte à la fois de la décision d'inclure les personnes en attente d'enregistrement à Za'atri et de l'afflux continu des réfugiés vers tous les pays voisins de la Syrie.

Les Syriens ayant traversé, en grand nombre, la frontière vers la Jordanie dans la nuit du 23 au 24 août venaient de différentes localités. Il a excédé de loin le chiffre observé pour une seule nuit durant la semaine précédente avec 1 254 entrées de réfugiés en Jordanie.

« Davantage d'arrivées sont encore attendues », a indiqué Adrian Edwards, le porte-parole du HCR, lors d'un point de presse à Genève. « A travers la Jordanie, quelque 61 000 personnes ont été enregistrées auprès du HCR ou sont en attente d'enregistrement. Le Gouvernement jordanien estime que 150 000 Syriens se trouvent actuellement en Jordanie. »

On compte désormais plus de 14 500 Syriens au camp de réfugiés de Za'atri. La distribution d'électricité a été accrue de 40% dans ce camp jordanien, pour y permettre de nouvelles améliorations des services dans un avenir proche.

Le plus grand nombre de Syriens se trouvent toutefois en Turquie, avec plus de 74 000 personnes enregistrées par les autorités mercredi. Les nouveaux arrivants sont temporairement hébergés dans des écoles alors que des camps supplémentaires vont bientôt s'ouvrir.

« Les autorités locales ont informé le HCR que sept nouveaux camps sont en cours de construction ce qui, avec les neuf camps existants, porte la capacité d'accueil des camps en Turquie à 130 000 personnes », a indiqué Adrian Edwards. « Trois des nouveaux camps devraient être prêts à la fin août, et les autres à la fin septembre. »

Les Syriens arrivent en flux réguliers, principalement depuis les villes d'Alep, de Damas et de Dara. Les arrivées au Liban continuent également. On compte désormais 51 000 réfugiés syriens, déjà enregistrés ou qui ont déposé une demande d'enregistrement auprès du HCR. Plusieurs milliers de récents arrivants n'ont pas encore contacté le HCR pour l'enregistrement, a indiqué l'agence pour les réfugiés.

Cependant, les opérations du HCR au Liban, où l'organisation avait ouvert un nouveau centre d'enregistrement pour les réfugiés il y a deux semaines, sont entravées par l'éruption de combats entre partisans et opposants du régime syrien à Tripoli, la ville portuaire du nord du pays.

« Le centre d'enregistrement était ouvert jusqu'à hier avec un nombre d'employé réduit car environ la moitié d'entre eux vivent dans des zones affectées par les combats », a indiqué Adrian Edwards. « Dans la plaine de la Bekaa à l'est du Liban, l'enregistrement de réfugiés est également affecté à cause des problèmes de sécurité suite à l'enlèvement de Syriens dans la région. »

Le HCR est préoccupé par la détérioration de la situation de sécurité qui va nuire à ses efforts pour trouver et préparer des abris pour environ 500 Syriens temporairement hébergés dans des écoles et qui doivent quitter les lieux avant la rentrée des classes début septembre.

L'afflux continu de réfugiés syriens vers l'Iraq s'est ralenti la semaine dernière, selon le HCR, mais une légère augmentation est observée dans la région du Kurdistan en Iraq où le total des réfugiés s'élève désormais à 15 898.

De plus, beaucoup de réfugiés iraquiens qui avaient auparavant trouvé abri en Syrie ont désormais fui vers l'Iraq. Lors d'un entretien avec des chargés de protection du HCR, certains ont indiqué avoir été victimes de vols sur la route entre Damas et la frontière avec l'Iraq.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Réponse aux situations d'urgence

Le HCR s'engage à accroître sa capacité à répondre aux situations d'urgence complexes.

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, des groupes de réfugiés vivant en Iraq depuis de nombreuses années ont tenté de fuir le désordre et l'anarchie. Des centaines de personnes ont fui vers la frontière jordanienne, des Palestiniens depuis Bagdad et des Kurdes iraniens depuis le camp d'Al Tash dans le centre de l'Iraq.

A l'exception de quelques Palestiniens ayant pu rejoindre des proches en Jordanie, les réfugiés se sont vus refuser l'entrée et la libre circulation dans ce pays. Des milliers d'entre eux se sont alors retrouvés bloqués dans le no man's land entre l'Iraq et la Jordanie, ou dans le camp de Ruweished, situé dans le désert à 60 kilomètres à l'intérieur du pays.

Depuis 2003, des Palestiniens, des Kurdes iraniens, des Iraniens, des Soudanais et des Somaliens vivent dans ce désert jordanien. Ils subissent des conditions climatiques extrêmes : la chaleur torride en été et le froid glacial en hiver. L'UNHCR et ses partenaires ont distribué des tentes et des biens de secours. L'agence pour les réfugiés a tenté de trouver des solutions - en participant à la réinstallation de plus de 1 000 personnes dans des pays tiers. Début 2007, 119 personnes - pour la plupart des Palestiniens - étaient encore présentes au camp de Ruweished, sans aucune solution immédiate en vue.

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de ZaatariPlay video

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de Zaatari

Malala Yousafzai s'est rendue dans le camp de réfugiés de Zaatari avec un message : les enfants veulent un avenir… ils ont des rêves et ils ont besoin d'aller à l'école.
Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.