Le HCR transfère 4 000 réfugiés soudanais ; d'autres convois sont prévus

Articles d'actualité, 24 juillet 2012

© HCR/P. Rulashe
L'enregistrement des nouveaux arrivants dans le site de Yusuf Batil, Comté de Maban.

JUBA, Soudan du Sud, 24 juillet (HCR) Le HCR a transféré quelque 4 000 Soudanais depuis le camp de réfugiés surpeuplé et inondé de Jammam dans l'Etat du Haut Nil au Soudan du Sud vers un site situé à 50 kilomètres et qui atteint déjà pratiquement sa capacité d'accueil maximale.

Les agences d'aide humanitaire ont décidé qu'il était préférable de transférer la plupart des réfugiés en provenance de Jammam en raison de craintes pour leur bien-être du fait de l'aggravation des conditions de vie et du manque d'eau potable. Des pluies torrentielles et plusieurs arrivées massives avaient aggravé une situation déjà désastreuse.

L'agence a également organisé le transport de 15 000 autres réfugiés depuis Jammam cette semaine vers le camp nouvellement établi de Gendrassa, à environ 50 kilomètres de distance. Des sites d'accueil d'urgence supplémentaires sont en cours d'identification dans le comté de Maban. Plusieurs milliers de personnes seraient en chemin vers la frontière depuis l'État du Nil bleu au Soudan.

Parallèlement, le camp de réfugiés de Yusuf Batil ayant atteint sa capacité d'accueil maximale de 34 500 réfugiés, l'approvisionnement en eau et la sensibilisation à l'hygiène doivent être renforcés. Davantage de points de distribution d'eau sont mis en place pour accroître l'approvisionnement quotidien en eau, qui s'élève actuellement à environ 13 litres par personne et par jour.

Dans le nouveau camp de Gendrassa, deux forages ont été creusés et seront initialement en mesure de fournir suffisamment d'eau pour une population comptant jusqu'à 10 000 personnes avec 15 litres d'eau par jour et par personne. Un troisième puits est en cours de forage.

La santé est également un problème préoccupant. « Nous sommes très inquiets de l'incidence des maladies, en particulier la diarrhée sanglante, mais aussi le paludisme et les infections des voies respiratoires dans les camps », a déclaré mardi Melissa Fleming, porte-parole en chef du HCR.

Les agences d'aide humanitaires renforcent actuellement les services médicaux et mènent des campagnes de santé publique pour assurer des normes d'hygiène améliorées et une détection précoce de la maladie dans les camps. La plupart des récents arrivants dans les camps sont épuisés et faibles. Les taux de malnutrition et de mortalité chez les enfants sont préoccupants.

Des programmes de nutrition plus étendus et davantage de points de réhydratation par voie orale sont mis en place dans tous les camps. Des cas de diarrhée sont également surveillés de près, des échantillons sont envoyés régulièrement pour être testés en laboratoire.

Jusqu'à présent, en juillet, quelque 400 cas de paludisme ont été signalés dans les centres de santé des camps de Doro et de Yusuf Batil. Le HCR et d'autres agences d'aide humanitaires renouvellent la distribution de moustiquaires imprégnées d'insecticide. De l'insecticide est pulvérisé dans les principaux espaces publics.

Pendant ce temps, le nombre de réfugiés qui arrivent dans l'Etat d'Unity situé non loin a chuté de 800 réfugiés par jour en juin à 250 personnes par jour en juillet. Environ 55 000 réfugiés se trouvent toujours au camp de Yida près de la frontière et y resteront pour les mois à venir, car la région est isolée par les inondations. Le transport aérien est devenu le seul moyen d'accès au site des réfugiés.

« La situation d'hygiène et de santé à Yida reste préoccupante et les partenaires humanitaires déploient des équipes dans le camp pour sensibiliser sur l'hygiène et la santé et identifier les cas nécessitant une attention médicale immédiate », a expliqué Melissa Fleming, ajoutant qu'une enquête sur la mortalité est actuellement menée.

L'État du Haut Nil abrite actuellement plus de 100 000 réfugiés, alors que l'Etat d'Unity en héberge près de 60 000 autres. Une vérification du nombre de réfugiés est en cours et aboutira probablement à des ajustements sur l'estimation de la population réfugiée dans la région.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Depuis décembre, les combats au Soudan du Sud entre les troupes gouvernementales et les forces rivales ont déplacé des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup ont trouvé refuge dans des centres de transit temporaire et d'autres centres d'accueil juste de l'autre côté de la frontière au nord de l'Ouganda. Depuis début janvier, le HCR a rouvert trois anciens camps de réfugiés et y a transféré environ 50 000 personnes. Ces sites sont localisés plus à l'intérieur de l'Ouganda. Il y est plus facile de leur assurer protection et assistance. Après avoir été transportés par camion vers l'un de ces sites, Nyumanzi I, situé à environ 30 kilomètres de la frontière, les nouveaux arrivants reçoivent des articles de secours, notamment des vivres, des couvertures, des nattes et des ustensiles de cuisine ainsi qu'un carré de terrain alloué par les autorités pour y construire un abri. Le site s'est rempli rapidement. Le HCR et ses partenaires ont travaillé sans relâche pour construire des routes, installer des réseaux de distribution d'eau et des dispensaires. Début février, des maisons et des petits commerces se construisent à travers le site. Les Sud-Soudanais ont repris le rythme de leur vie tout en surveillant de près la situation dans leur pays avec l'espoir d'y rentrer un jour.

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Déplacement au Soudan du Sud : Un camp au milieu d'un autre camp

Depuis trois semaines après l'éruption de violences au Soudan du Sud, environ 200 000 Sud-Soudanais sont désormais déplacés dans leur propre pays. Environ 57 000 d'entre eux ont trouvé abri dans des bases des troupes des Nations Unies pour le maintien de la paix, à travers tout le pays. Ces photos de Kitty McKinsey, chargée d'information régionale au HCR, donnent un aperçu de la vie quotidienne de 14 000 personnes déplacées ayant trouvé refuge à l'intérieur d'un complexe abritant des bureaux des Nations Unies connu localement sous le nom de Tong Ping, près de l'aéroport de Juba, la capitale du Soudan du Sud. Les agences humanitaires, y compris le HCR, se mobilisent pour apporter des abris, des couvertures et d'autres articles d'aide. Toutefois, les premiers jours, les personnes déplacées ont dû se débrouiller par elles-mêmes. Les complexes abritant des bureaux ont pris l'apparence de petites villes avec des marchés, des kiosques, la collecte des ordures et des toilettes publiques. Étonnamment, les enfants parviennent encore à sourire et à organiser leurs jeux avec du matériel de fortune.

Déplacement au Soudan du Sud : Un camp au milieu d'un autre camp

Des milliers de réfugiés déplacés avant la saison des pluies au Soudan du Sud

Depuis début mai, une opération est en cours au Soudan du Sud afin de transférer plus de 18 000 réfugiés soudanais vers un camp nouvellement construit. Six jours par semaine, environ 500 personnes sont transportées du camp de Jamam, dans l'Etat du Nil supérieur, vers un site récemment construit, dénommé Kaya. La saison des pluies, longue et intense au Soudan du Sud, va bientôt commencer pour de bon et l'opération permettra de transférer les réfugiés d'un endroit propice aux graves inondations vers un autre, conçu pour rester accessible et fonctionnel pendant les pluies torrentielles. Les pluies laissent de vastes zones du pays coupées pendant des mois à cause des inondations. Les résidents de Jamam sont assistés pour déplacer leurs affaires et se voient allouer un lopin de terre à leur arrivée à Kaya, où les partenaires du HCR ont installé des écoles et des structures de santé. Les réfugiés nouvellement arrivés du Soudan sont également transportés vers Kaya, où des produits de secours et un abri leur sont fournis. Tim Irwin, du HCR, se trouvait sur place avec son appareil photo.

Des milliers de réfugiés déplacés avant la saison des pluies au Soudan du Sud

Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.