Le HCR transfère chaque jour des centaines de Congolais vers un nouveau camp

Agir pour faire la différence, 18 juillet 2012

© HCR/A.Bronée
Le camp de Kigeme s'étend à perte de vue dans le district de Nyamagabe, Sud du Rwanda.

KIGEME, Rwanda, 18 juillet (HCR) En quelques semaines seulement, le HCR a construit un nouveau camp de réfugiés dans la région vallonnée du sud du Rwanda et y a transféré près de 10 000 réfugiés congolais auparavant hébergés dans un centre de transit surpeuplé situé près de la frontière avec la République démocratique du Congo.

Il reste encore 8 700 réfugiés du centre de transit de Nkamira à déplacer vers le camp de Kigeme, qui se trouve à environ 20 km de la frontière avec la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.

Ces personnes font partie des quelque 20 000 Congolais ayant trouvé refuge au centre de Nkamira depuis fin avril après avoir fui les violences qui touchent le Nord-Kivu, notamment des combats entre les soldats du gouvernement et les troupes rebelles. Un flux régulier de réfugiés continue à arriver au camp.

Dès que le gouvernement rwandais a décidé à la fin mai de construire un nouveau camp afin de désengorger le centre de transfert de Nkamira, les autorités du district de Nyamagabe ont immédiatement mobilisé la communauté locale pour commencer les travaux.

Les spécialistes du HCR pour la planification de site ont fait en sorte que la disposition du camp soit telle que tout l'espace possible dans ce terrain accidenté soit utilisé grâce à la construction de terrasses. Ce ne fut pas chose facile, mais des équipes composées de centaines d'hommes et de femmes maniant la houe et la pelle ont été en mesure de terminer les travaux préliminaires en seulement quelques jours.

Ne restait plus qu'à ériger des tentes pour 1 300 familles (soit environ 6 500 personnes). Quatorze tentes-entrepôts ont également été installées pour héberger les familles et 631 abris faits de bois et de boue ont été construits. Le premier convoi de réfugiés est arrivé le 10 juin.

Le HCR et le gouvernement assurent la coordination globale de l'aide d'urgence, tandis que les nombreux groupes partenaires et les organismes des Nations Unies comme l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la Santé et le Programme alimentaire mondial fournissent de l'aide dans les domaines clés que sont l'hygiène, l'eau et l'assainissement, la santé et la nourriture.

Les installations comprennent des latrines pour les hommes et les femmes ainsi qu'une petite clinique mise en place par l'ONG partenaire African Humanitarian Action. Les réfugiés aux prises avec des pathologies complexes peuvent aussi être transférés à l'hôpital local situé à quelques kilomètres. Des dispositions ont également été prises pour permettre aux enfants d'âge scolaire de fréquenter l'école primaire située à proximité.

Il faut compter cinq longues heures d'autocar entre le centre de transit de Nkamira et le camp de Kigeme, mais les nouveaux arrivants se réjouissent vite. Nyirasafari, 48 ans, est descendue du car avec Benjamin, son garçon de 11 ans. « Ici, je peux voir de petites maisons, des visages heureux », dit-elle, ajoutant : « Je ne suis ici que depuis quelques minutes, mais je peux dire que c'est mieux qu'à Nkamira. Là-bas, beaucoup d'entre nous n'avaient nulle part où dormir, il fallait rester à l'extérieur ».

Il est peu probable que les gens puissent retourner bientôt dans l'est de la République démocratique du Congo. Entre-temps, 500 personnes en moyenne sont transférées à Kigeme tous les jours. Avant l'afflux de réfugiés actuel, on comptait déjà 56 000 réfugiés congolais répartis dans trois autres camps au Rwanda (Giheme, Kiziba et Nyabiheke), certains d'entre eux y vivant depuis près de 20 ans.

Si leur séjour au camp de Kigeme se prolonge, le HCR espère envoyer tous les enfants à l'école secondaire et entend favoriser l'autonomie des adultes par l'entremise de programmes d'appui aux moyens de subsistance qui pourraient aussi leur être utile quand ils rentreront chez eux.

Ce n'est pas la première fois que Kigeme héberge des réfugiés. Des milliers de Burundais y ont vécu jusqu'en mai 2009, date à laquelle ils ont pu retourner chez eux sans craindre pour leur sécurité. Après leur départ, la nature a repris ses droits. L'herbe sauvage et les arbres ont envahi les pentes et le bétail a commencé à paître là où autrefois vivaient les réfugiés. Maintenant ce sont les tentes qui poussent comme des champignons... L'endroit en est couvert à perte de vue.

Par Anouck Bronée, à Kigeme, au Rwanda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Catastrophe humanitaire au Katanga

Les habitants de la province du Katanga en République démocratique du Congo qualifient depuis longtemps la région située entre les villes de Manono, Mitwaba et Pweto comme étant le « triangle de la mort ». Malgré la présence des forces des Nations Unies pour le maintien de la paix et les opérations des militaires gouvernementaux menées avec succès dans d'autres parties du pays, la situation au Katanga, une province riche en ressources, s'est aggravée ces deux dernières années. Le conflit opposant le groupe des milices sécessionnistes au gouvernement et les groupes ethniques Luba (Bantu) et Twa (Pygmy) a fait des milliers de victimes et de personnes déplacées dans le pays, plus de 400 000 personnes depuis 2012, dont 70 000 ces trois derniers mois. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé sa « vive préoccupation » sur la situation humanitaire « catastrophique » au nord de la province du Katanga. La violence règne dans cette région où on déplore des pillages et l'incendie de villages entiers, des violations des droits de l'homme, notamment des meurtres, des viols collectifs et d'autres cas de violence sexuelle, ainsi que le recrutement militaire forcé des enfants.

La présence limitée d'organisations humanitaires et de développement est un sérieux problème, entraînant une assistance insuffisante pour les personnes déplacées qui éprouvent des difficultés à accéder aux services essentiels. Il existe 28 sites accueillant des personnes déplacées internes dans le nord de la province du Katanga et de très nombreuses autres personnes déplacées sont hébergées par les communautés d'accueil. Si le HCR a construit quelque 1 500 abris d'urgence depuis janvier, les personnes déplacées ont également besoin de bien d'autres choses, notamment d'un accès aux soins de santé, à l'eau potable, à de la nourriture et à des possibilités d'éducation. Les photographies ci-dessous ont été prises par Brian Sokol pour le HCR et elles soulignent le désespoir et la souffrance endurés par les populations.

Catastrophe humanitaire au Katanga

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Ce mois-ci, près de 6 300 réfugiés originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont quitté le camp de Batalimo en République centrafricaine, un pays déchiré par les violences. Ils sont rentrés chez eux dans la province de l'Equateur sur une base volontaire. Leur décision de rentrer prouve encore une fois, s'il en était besoin, la gravité de la situation en République centrafricaine, où la violence s'est intensifiée depuis décembre. Le conflit a généré des centaines de milliers de personnes déplacées internes et en a forcé près de 350 000 autres à fuir vers les pays voisins. Les réfugiés du camp de Batalimo faisaient partie des quelque 20 000 Congolais ayant fui en République centrafricaine pour échapper aux conflits interethniques en RDC. L'opération de retour depuis Batalimo avait été reportée plusieurs fois pour des raisons de sécurité et de logistique. Toutefois, le 10 avril, un premier convoi a traversé le fleuve Oubangui en bateau. Le tout dernier est arrivé en RDC en date du 10 mai. Le HCR a organisé le transport des réfugiés depuis Batalimo vers la ville fluviale de Zinga en RCA. De là, ils sont montés à bord de bateaux pour la traversée vers Batanga ou Libenge dans la province de l'Equateur en RDC. A Batanga, les rapatriés ont été enregistrés, ils ont reçu des documents d'identité et une subvention d'aide à la réinsertion. Ils ont ensuite été transportés vers leurs villages, où ils bénéficieront d'un suivi. La photographe Leonora Baumann a suivi l'un de ces groupes de rapatriés vers la RDC.

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Sur la route : le HCR transfère des réfugiés congolais vers leur future maison en Ouganda

À la mi-juillet 2013, des milliers de réfugiés congolais ont commencé à affluer à la frontière entre la République démocratique du Congo (RDC) et l'Ouganda, dans le district de Bundibugyo à l'ouest du pays. Ils fuyaient les combats ayant éclaté quand un groupe rebelle ougandais, les Forces démocratiques alliées, ont attaqué la ville de Kamango dans la province instable du Nord-Kivu en RDC. Beaucoup sont restés dans la zone frontalière montagneuse, mais d'autres ont été transférés vers le centre de transit de Bubukwanga plus à l'intérieur de l'Ouganda. Ils y ont reçu protection et assistance de la part du gouvernement, du HCR et de ses partenaires. Mais le centre de transit a une capacité d'accueil initiale de 12 500 personnes. Il a été rapidement surpeuplé et les gens ont été encouragés à rejoindre l'installation de réfugiés de Kyangwali, située à 280 kilomètres au nord dans le district de Hoima. Depuis que le premier convoi a quitté Bubukwanga pour Kyangwali le 14 août dernier, plus de 11 000 personnes ont rejoint ce site où elles accèdent à des services plus complets et plus durables. Le photographe Michele Sibiloni s'est récemment rendu à Bubukwanga et il a suivi un convoi de réfugiés se rendant à l'installation de Kyangwali.

Sur la route : le HCR transfère des réfugiés congolais vers leur future maison en Ouganda

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.