Un journaliste iraquien persécuté débute une nouvelle vie en Roumanie

La parole aux réfugiés, 16 juillet 2012

© HCR/S.Tataru
Saad s'entraîne au ballon près de la Fontaine des Points cardinaux à Timisoara, en Roumanie. Saad, un journaliste iraquien, a été persécuté pour son travail et il est désormais réfugié en Roumanie.

TIMISOARA, Roumanie, 16 juillet (HCR) Dans son enfance, Saad* rêvait comme des millions d'autres enfants de devenir pilote ou joueur professionnel de football. Mais la guerre en Iraq a tout changé et il a décidé qu'il voulait informer les gens sur les souffrances endurées dans son pays natal.

Il est devenu journaliste politique pour tenter de donner un sens au monde qui l'entourait et pour l'expliquer aux autres. Mais ce projet l'a mené à endurer la persécution et en fin de compte à fuir l'Iraq. Aujourd'hui, cet homme de 28 ans vit en Roumanie, heureux de tenter de recommencer sa carrière loin du danger.

Saad travaillait dans un quotidien national à Bagdad depuis trois ans. Il travaillait sans relâche dans l'objectif de la recherche de la vérité, mais il s'est rapidement rendu compte que, dans l'Iraq déchiré par la violence, le journalisme est « plus dangereux que tous les autres métiers car votre travail est suivi par de nombreux groupes. »

A cause de ses articles, il est bientôt devenu la cible de menaces. Il a été suivi et il a reçu des lettres de menaces. Puis le meurtre d'un collègue devant ses yeux a été particulièrement difficile à supporter. En octobre 2009, Saad a été enlevé et retenu otage durant trois mois. Il pensait qu'il n'en sortirait pas vivant. « C'était si difficile, j'ai vu la mort en face ma propre mort plusieurs fois, des milliers de fois », explique-t-il au HCR.

Au moment où il allait se laisser mourir, Saad s'est échappé durant une opération de recherche menée par des troupes américaines. Mais après être resté chez lui durant une nuit, le journaliste a décidé de fuir l'Iraq en cédant aux demandes pressantes de ses proches. Il continue de s'inquiéter pour eux et des conséquences qu'ils ont endurées à cause de lui.

Saad s'est rendu en Turquie, en espérant rejoindre l'Allemagne, où il pensait qu'il serait en sécurité. Il dit avoir payé 12 500 dollars à des passeurs au nord de la Turquie, mais le voyage en camion a été une épreuve. Il était coincé dans un minuscule espace derrière la cabine du chauffeur avec un Kurde iraquien, qui essayait également de rejoindre l'Europe.

« Je pouvais à peine respirer. Vous ne pouvez pas bouger. C'était l'hiver, au mois de février, mais on avait chaud car c'était un tout petit espace », se rappelle Saad. Il dit qu'il ne pouvait pas manger, ni boire ni aller aux toilettes. Il traite les passeurs de « marchands de viande humaine » qui le considérait juste comme un « porte-monnaie ambulant. »

Trois jours après, le camion a été fouillé à la frontière entre la Roumanie et la Hongrie. Saad et son compagnon ont été arrêtés par les autorités roumaines. « J'ai vu la neige autour de moi, c'était la première fois que je voyais la neige. Alors j'ai réalisé que j'étais vraiment loin de mon pays. Peut-être que j'étais en sécurité. »

Après avoir déposé une demande d'asile en Roumanie, Saad a finalement obtenu le statut de réfugié en novembre 2011. Au contraire de nombreux réfugiés en Europe centrale, il ne prévoit pas de rejoindre un autre pays plus à l'ouest. Aujourd'hui, il vit dans un quartier étudiant de Timisoara, la seconde ville de Roumanie, et il recommence au fur et à mesure une nouvelle vie. « Mon destin était de vivre en Roumanie. En quelques jours, je me suis fait des amis », dit-il.

Saad a appris le roumain et il effectue des missions en free-lance pour un journal local, même s'il ne gagne pas encore suffisamment pour vivre seulement du journalisme. Son rêve est de couvrir les grands événements peut-être même les relations internationales pour une grande entreprise de médias.

Le jeune Iraquien est reconnaissant du soutien qu'il reçoit du peuple roumain, y compris des journalistes locaux qui lui donnent sa chance. Il reconnait que la vie n'est pas facile dans une Roumanie en proie à la crise économique. Mais il reste optimiste et déterminé.

« Rien n'est impossible », s'amuse-t-il. « Je suis arrivé en Roumanie. Je pensais que je ne survivrais même pas. Mais après deux ans, je connais la langue et je peux même travailler en tant que journaliste. Peut-être c'est difficile pour d'autres, mais moi j'ai réussi. »

Son rêve d'enfant était de devenir joueur professionnel de football et ne s'est jamais réalisé. Toutefois le sport reste une part importante dans la vie de Saad. Il joue au foot et court deux heures par jour pour rester en forme physiquement et mentalement. « Quand je fais du sport, je ne pense à rien d'autre », dit-il, ajoutant : « Je laisse tous mes problèmes derrière moi. »

*Nom fictif pour des raisons de protection.

Par Ariane Rummery à Timisoara, Roumanie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Enfants d'Erbil : des réfugiés syriens dans une zone urbaine en Irak

Les enfants qui ont trouvé refuge dans des zones urbaines avec leurs familles, font partie des réfugiés syriens parmi les plus vulnérables. A la différence de ceux qui sont hébergés dans des camps, les réfugiés qui vivent en ville dans des pays comme l'Irak, la Turquie et la Jordanie, ont souvent du mal à accéder à l'aide et à la protection. Dans un camp de réfugiés, il est plus facile pour des organisations humanitaires comme le HCR de fournir un abri et une assistance régulière, notamment des vivres, des soins de santé et un accès à l'éducation. Trouver les réfugiés en zones urbaines, sans parler de les aider, n'est pas une tâche facile.

En Irak, environ 100 000 réfugiés syriens sur les 143 000 présents dans le pays, vivraient en zones urbaines - dont 40% d'enfants âgés de moins de 18 ans. Les photos suivantes, prises par Brian Sokol dans la ville d'Erbil au nord de l'Irak, donnent un aperçu de la vie de certains de ces jeunes réfugiés urbains. Elles montrent la dureté de la vie quotidienne mais aussi la résilience, l'adaptabilité et le courage de ces jeunes dont la vie a été bouleversée au cours des deux dernières années.

La vie est difficile à Erbil, la capitale de la région du Kurdistan en Iraq. Le coût de la vie est élevé et il n'est pas facile de trouver du travail. Les réfugiés doivent aussi consacrer une part importante de leurs ressources limitées au loyer. Le HCR et ses partenaires, dont le Gouvernement régional kurde, se démènent pour aider les personnes dans le besoin.

Enfants d'Erbil : des réfugiés syriens dans une zone urbaine en Irak

Angelina Jolie en mission auprès des réfugiés syriens et iraquiens en Moyen-Orient

Dans son nouveau rôle en tant qu'Emissaire du HCR, Angelina Jolie a effectué cinq missions cette année auprès des réfugiés. Elle s'est rendue en Jordanie, au Liban et en Turquie en septembre 2012, pour y rencontrer des réfugiés syriens parmi les dizaines de milliers de Syriens qui ont fui le conflit dans leur pays d'origine et qui ont trouvé refuge dans les pays voisins. Angelina Jolie a achevé sa visite au Moyen-Orient par l'Iraq où elle a rencontré des réfugiés syriens dans le nord ainsi que des déplacés internes iraquiens et des réfugiés rapatriés à Bagdad.

Angelina Jolie en mission auprès des réfugiés syriens et iraquiens en Moyen-Orient

Les déplacés internes en Iraq

Huit ans après la chute du régime de Saddam Hussein, plus de 1,5 million de personnes restent déplacées en Iraq, dont 500 000 d'entre elles vivent dans des conditions dramatiques dans des installations spontanées ou des bâtiments publics. Pour ces personnes extrêmement vulnérables, ayant un accès limité à l'eau potable, à l'électricité, aux soins de santé et au système scolaire pour leurs enfants, la vie quotidienne est une lutte pour la survie. De nombreuses familles ayant trouvé abri dans des installations spontanées illégales peuvent en être expulsées à tout moment. La plupart des déplacés internes ont fui leurs maisons pour échapper à la violence sectaire provoquée par l'attentat perpétré en 2006 contre le mausolée d'Al-Askari à Samarra. Le HCR travaille avec le Gouvernement iraquien sur des programmes d'aide au logement comprenant l'allocation de parcelles de terrain, l'aide à l'hébergement et la reconstruction de logements, afin de rechercher des solutions durables pour les personnes déplacées.

Les déplacés internes en Iraq

Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.
Iraq : La dure réalitéPlay video

Iraq : La dure réalité

On compte plus de 350 installations de déplacés internes en Iraq. Les conditions de vie sont désastreuses dans la plupart d'entre elles.
Iraq : Brique après briquePlay video

Iraq : Brique après brique

En Iraq, plus de deux millions de personnes restent des déplacés internes. Le HCR a démarré un programme de rénovation de maisons pour aider au retour.