Rio+20 : Approche commune sur la question des déplacés et des réfugiés en milieu urbain

Articles d'actualité, 21 juin 2012

© HCR/L.F.Godinho
Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres durant son discours aux participants de la Conférence Rio220 sur la question des réfugiés et des déplacés vivant en milieu urbain.

RIO de JANEIRO, 21 juin (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a exhorté les organisations internationales à travailler en partenariat avec les communautés locales et les autorités nationales pour fournir des solutions aux personnes qui rejoignent des villes en quête d'une vie meilleure.

A l'occasion d'un événement connexe mercredi à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, ou Rio+20, António Guterres a appelé également la communauté internationale à adopter des principes directeurs pour assurer la protection des personnes qui sont obligées de traverser des frontières en raison de catastrophes naturelles liées au changement climatique.

« Le partenariat est le nom du jeu dans ce contexte », a déclaré António Guterres. « Un système approprié de protection pour ces populations doit mobiliser les efforts des collectivités locales, de la société civile locale, des organisations représentant les réfugiés et les personnes déplacées eux-mêmes, ainsi que des administrations centrales et des organisations internationales. Nous devons tous travailler ensemble. »

Cet événement connexe, organisé conjointement par le HCR et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), a mis en évidence la vulnérabilité des migrants, des personnes déplacées et des réfugiés vivant dans les villes et a rassemblé les chefs des trois grandes organisations travaillant dans ce domaine.

Ainsi, William Swing, le Directeur général de l'OIM, et Margareta Wahlström, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies pour la réduction des risques des catastrophes, étaient présents ainsi que d'autres participants au débat comme Elizabeth Thompson, Coordonnateur exécutif de la Conférence Rio+20, et le Ministre des Affaires étrangères du Bangladesh, Mohamed Mijarul Quayes.

L'appel d'António Guterres a été repris par d'autres participants à ce débat. « Construire des forteresses n'aidera pas à endiguer le flot de l'immigration », a indiqué le Directeur général de l'OIM. « Les sociétés ont besoin d'embrasser le multiculturalisme car la migration restera un élément clé du 21e siècle. »

Le Haut Commissaire a rappelé aux participants que l'urbanisation est « une méga-tendance ». Il a fait remarquer que plus de 50% des personnes relevant de la compétence du HCR vivent déjà en milieu urbain dans des quartiers démunis, manquant souvent des services essentiels. L'interaction de l'urbanisation avec d'autres tendances comme la croissance démographique, la rareté des ressources en eau, l'insécurité alimentaire et le changement climatique, est « un phénomène caractéristique de notre époque », a-t-il indiqué.

« La distinction entre les migrants économiques et les réfugiés est de plus en plus floue », a souligné António Guterres. « Beaucoup sont désormais obligés de quitter leur chez-soi et ils ne relèvent pas réellement de la définition du réfugié énoncée dans la Convention de 1951 », a-t-il indiqué, en faisant référence à l'instrument clé qui donne la définition de qui est un réfugié, de ses droits et des obligations légales des Etats.

Le chef du HCR a également rendu hommage au Brésil pour l'octroi du statut de résident permanent aux Haïtiens déplacés par le séisme de 2010 pour raisons humanitaires. « Bien qu'ils ne soient pas des réfugiés selon la Convention de 1951, le Brésil a adopté une approche pragmatique pour reconnaître leur besoin en matière de protection », a-t-il indiqué.

L'emploi du temps d'António Guterres à Rio comprenait également une réunion avec l'Alliance globale pour les réchauds écologiques, dont le HCR est un membre fondateur. En présence de la Ministre suédoise pour le développement, Gunilla Carlsson, et du chef de la Fondation des Nations Unies, Timothy Wirth, António Guterres a salué la contribution de cette initiative pour réduire le temps passé par les femmes à collecter du bois de chauffe aux alentours des camps de réfugiés, ce qui réduit les risques de viol auxquels beaucoup sont exposées.

Par Luiz Fernando Godinho

A Rio de Janeiro, Brésil

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

M. António Guterres a rejoint, le 15 juin 2005, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, dont il est le 10ème Haut Commissaire.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie a rejoint le chef du HCR António Guterres sur l'île italienne de Lampedusa, pour y rencontrer des boat people ayant fui l'instabilité en Afrique du Nord.

Plus de 40 000 personnes, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile, ont traversé la mer Méditerranée à bord de bateaux bondés et ont débarqué sur la petite île de Lampedusa depuis le début de l'année.

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR se trouvait auparavant à Malte, où arrivent également des personnes ayant fui l'Afrique du Nord par la mer.

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

Angelina Jolie : mission en Equateur

Angelina Jolie s'est rendue en Equateur ce week-end, pour sa première mission en tant qu'Envoyée spéciale du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres.

En tant qu'Ambassadrice de bonne volonté du HCR, Angelina Jolie avait mené plus de 40 missions sur le terrain durant la dernière décennie. C'est son troisième voyage en Equateur. Ce pays accueille la plus importante population réfugiée en Amérique latine.

L'Equateur accueille actuellement environ 56 000 réfugiés et 21 000 demandeurs d'asile. Ce pays reçoit chaque mois 1 300 nouvelles demandes d'asile déposées par des ressortissants colombiens ayant fui leur pays. Beaucoup vivent dans des régions isolées et démunies qui sont situées près de la frontière colombienne.

Angelina Jolie : mission en Equateur

HCR Genève : Crise aigue Play video

HCR Genève : Crise aigue

En conclusion de la session annuelle de l'organe directeur du HCR, le Haut Commissaire António Guterres a souligné le nombre sans précédent de crises aigues auxquelles le HCR doit faire face.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.