Plus de 40 000 Congolais déplacés en raison des combats

Points de presse, 29 mai 2012

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 29 mai 2012 au Palais des Nations à Genève.

Dans l'est de la République démocratique du Congo, tandis que l'exode de la population vers les pays voisins du Rwanda et l'Ouganda s'est considérablement ralenti, les récents combats ont provoqué le déplacement forcé d'un grand nombre de personnes dans la province du Nord Kivu.

Le personnel du HCR sur place indique que la plupart des déplacements concerne le territoire de Rutshuru, au nord de la capitale provinciale, Goma. Entre le 10 et le 20 mai, une de nos ONG partenaires locales a enregistré plus de 40 000 personnes déplacées dans les secteurs de Jomba et de Bwesa.

Ce sont là les derniers chiffres disponibles, mais notre personnel sur le terrain fait état de combats dans le secteur de Runyonyi au sud du territoire de Rutshuru ce samedi entre les forces gouvernementales et les soldats fidèles à l'ancien commandant rebelle Bosco Ntaganda. Les combats semblent avoir cessé depuis dimanche.

Le HCR et d'autres organisations d'aide importantes, dont le Programme alimentaire mondial, l'Organisation mondiale de la Santé et le Comité international de la Croix-Rouge prévoient commencer à distribuer bientôt de la nourriture, des médicaments et autres formes d'aide aux personnes déplacées, dont la plupart se sont réfugiées dans des écoles et des églises. Certains sont hébergés par des familles d'accueil. Les conditions de vie sont difficiles.

Certaines personnes déplacées rapportent des cas d'extorsion, de travail forcé, de recrutement forcé des mineurs et de passages à tabac par des hommes armés.

Dans le Rwanda voisin, les gens continuent de traverser la frontière du Nord-Kivu au poste de contrôle de Goma-Gisenyi, mais en nombre beaucoup moins grand comparativement au début de la dernière crise à la fin avril. Notre bureau rwandais reste cependant en état d'alerte élevé en raison de la poursuite des combats à la frontière.

Entre 150 et 200 personnes en moyenne traversent la frontière tous les jours; on comptait dimanche soir un total de 9 421 Congolais inscrits au centre de transit de Nkamira, à 20 kilomètres de la frontière. Environ 510 personnes ont librement consenti à un rapatriement, dont des étudiants qui ont décidé de retourner passer leurs examens de fin d'année.

Nous continuons à fournir une assistance au centre de transit bondé du Rwanda tandis que les plans pour la construction d'un nouveau camp de réfugiés dans le sud du pays vont bon train. Nos principales préoccupations demeurent l'hébergement et la santé. Nous gérons une clinique à Nkamira par l'intermédiaire de notre partenaire, African Humanitarian Action, mais nous sommes confrontés à une pénurie de médicaments essentiels.

La situation à la frontière entre la République démocratique du Congo et l'Ouganda s'est aussi calmée. Notre personnel sur le terrain indique que les combats se sont déplacés dans le district de Kisoro, au sud-ouest de l'Ouganda et plus profondément dans le territoire de Rutshuru. Au cours de la semaine dernière, le HCR et la police ougandaise ont procédé au déplacement de personnes loin de la frontière de Bunagana vers le centre de transit de Nyakabande, situé à 20 kilomètres à l'intérieur du territoire ougandais, où ils sont enregistrés.

Depuis le 11 mai, alors que des milliers de gens ont traversé la frontière pour échapper aux combats en République démocratique du Congo, quelque 11 261 personnes ont été enregistrées à Nyakabande. En date de dimanche, la quasi-totalité de ceux qui s'étaient installés dans des camps spontanés à Bunagana a déménagé au centre de transit. Mais beaucoup d'entre eux continuent à faire des aller-retour pour vérifier la situation dans leurs villages.

Le HCR continue également à déplacer des gens de Nyakabande vers un nouveau camp de réfugiés à Rwamwanja, 370 km au nord, qui accueille actuellement 7 552 personnes. Pendant ce temps, notre bureau en Ouganda se prépare à une intervention d'urgence pour 30 000 personnes.

Pour plus d'informations sur ce sujet, communiquer avec les personnes suivantes :

  • À Goma, Simplice Kpandji, téléphone portable : +243 81 833 132
  • À Kinshasa, Simon Lubuku, téléphone portable : +243 81 950 0202
  • Au Rwanda, Anouck Bronee, téléphone portable : +250 (0) 78 830 270
  • À Genève, Fatoumata Lejeune-Kaba, téléphone portable : +41 79 249 348
  • À Genève, Leo Dobbs, téléphone portable : +41 79 883 634
• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Catastrophe humanitaire au Katanga

Les habitants de la province du Katanga en République démocratique du Congo qualifient depuis longtemps la région située entre les villes de Manono, Mitwaba et Pweto comme étant le « triangle de la mort ». Malgré la présence des forces des Nations Unies pour le maintien de la paix et les opérations des militaires gouvernementaux menées avec succès dans d'autres parties du pays, la situation au Katanga, une province riche en ressources, s'est aggravée ces deux dernières années. Le conflit opposant le groupe des milices sécessionnistes au gouvernement et les groupes ethniques Luba (Bantu) et Twa (Pygmy) a fait des milliers de victimes et de personnes déplacées dans le pays, plus de 400 000 personnes depuis 2012, dont 70 000 ces trois derniers mois. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé sa « vive préoccupation » sur la situation humanitaire « catastrophique » au nord de la province du Katanga. La violence règne dans cette région où on déplore des pillages et l'incendie de villages entiers, des violations des droits de l'homme, notamment des meurtres, des viols collectifs et d'autres cas de violence sexuelle, ainsi que le recrutement militaire forcé des enfants.

La présence limitée d'organisations humanitaires et de développement est un sérieux problème, entraînant une assistance insuffisante pour les personnes déplacées qui éprouvent des difficultés à accéder aux services essentiels. Il existe 28 sites accueillant des personnes déplacées internes dans le nord de la province du Katanga et de très nombreuses autres personnes déplacées sont hébergées par les communautés d'accueil. Si le HCR a construit quelque 1 500 abris d'urgence depuis janvier, les personnes déplacées ont également besoin de bien d'autres choses, notamment d'un accès aux soins de santé, à l'eau potable, à de la nourriture et à des possibilités d'éducation. Les photographies ci-dessous ont été prises par Brian Sokol pour le HCR et elles soulignent le désespoir et la souffrance endurés par les populations.

Catastrophe humanitaire au Katanga

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Ce mois-ci, près de 6 300 réfugiés originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont quitté le camp de Batalimo en République centrafricaine, un pays déchiré par les violences. Ils sont rentrés chez eux dans la province de l'Equateur sur une base volontaire. Leur décision de rentrer prouve encore une fois, s'il en était besoin, la gravité de la situation en République centrafricaine, où la violence s'est intensifiée depuis décembre. Le conflit a généré des centaines de milliers de personnes déplacées internes et en a forcé près de 350 000 autres à fuir vers les pays voisins. Les réfugiés du camp de Batalimo faisaient partie des quelque 20 000 Congolais ayant fui en République centrafricaine pour échapper aux conflits interethniques en RDC. L'opération de retour depuis Batalimo avait été reportée plusieurs fois pour des raisons de sécurité et de logistique. Toutefois, le 10 avril, un premier convoi a traversé le fleuve Oubangui en bateau. Le tout dernier est arrivé en RDC en date du 10 mai. Le HCR a organisé le transport des réfugiés depuis Batalimo vers la ville fluviale de Zinga en RCA. De là, ils sont montés à bord de bateaux pour la traversée vers Batanga ou Libenge dans la province de l'Equateur en RDC. A Batanga, les rapatriés ont été enregistrés, ils ont reçu des documents d'identité et une subvention d'aide à la réinsertion. Ils ont ensuite été transportés vers leurs villages, où ils bénéficieront d'un suivi. La photographe Leonora Baumann a suivi l'un de ces groupes de rapatriés vers la RDC.

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Depuis décembre, les combats au Soudan du Sud entre les troupes gouvernementales et les forces rivales ont déplacé des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup ont trouvé refuge dans des centres de transit temporaire et d'autres centres d'accueil juste de l'autre côté de la frontière au nord de l'Ouganda. Depuis début janvier, le HCR a rouvert trois anciens camps de réfugiés et y a transféré environ 50 000 personnes. Ces sites sont localisés plus à l'intérieur de l'Ouganda. Il y est plus facile de leur assurer protection et assistance. Après avoir été transportés par camion vers l'un de ces sites, Nyumanzi I, situé à environ 30 kilomètres de la frontière, les nouveaux arrivants reçoivent des articles de secours, notamment des vivres, des couvertures, des nattes et des ustensiles de cuisine ainsi qu'un carré de terrain alloué par les autorités pour y construire un abri. Le site s'est rempli rapidement. Le HCR et ses partenaires ont travaillé sans relâche pour construire des routes, installer des réseaux de distribution d'eau et des dispensaires. Début février, des maisons et des petits commerces se construisent à travers le site. Les Sud-Soudanais ont repris le rythme de leur vie tout en surveillant de près la situation dans leur pays avec l'espoir d'y rentrer un jour.

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.