Afghanistan : Les délégués invités à appuyer une nouvelle stratégie de recherche de solutions

Articles d'actualité, 2 mai 2012

© HCR/J-M Ferre
Le Haut Commissaire António Guterres, lors de son discours d'ouverture à la Conférence pour les réfugiés afghans à Genève.

GENÈVE, 2 mai (HCR) Une conférence pour les réfugiés afghans a débuté mercredi par un appel à la communauté internationale lancé par le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres pour soutenir pleinement la nouvelle « stratégie de recherche de solutions » élaborée par l'Iran, le Pakistan, l'Afghanistan et le HCR.

Cette stratégie est présentée pour approbation lors de la conférence de deux jours. Elle vise à la fois à préserver l'espace d'asile pour les réfugiés afghans dans les pays voisins dans les trois prochaines années et au-delà, et à financer une réintégration durable pour les Afghans qui rentrent dans leur pays.

« La stratégie et son processus d'élaboration sont déjà de très bonnes nouvelles. Et, dans le monde d'aujourd'hui, nous en avons vraiment besoin », a indiqué António Guterres dans son discours d'ouverture, en faisant référence à la multiplication des conflits et des déplacements de population en 2011 à travers l'Afrique du Nord et dans certains pays arabes.

« Quand trois pays joignent leurs efforts dans une vision commune reflétant une stratégie unifiée et une volonté politique, cela mérite notre reconnaissance et notre soutien. J'exhorte cette conférence à générer des idées et des moyens pour refléter la solidarité de la communauté internationale envers les réfugiés afghans et les communautés hôtes qui partagent leurs ressources avec eux. »

Le déplacement de population afghane est la situation de réfugiés la plus ancienne et la plus importante de toute l'histoire du HCR. Malgré le retour de quelque 5,7 millions d'Afghans vers leur pays d'origine depuis 2002, on compte environ deux millions d'Afghans qui se trouvent toujours au Pakistan et près d'un million d'autres en Iran. Ces dernières années, la moyenne des retours s'est ralentie. En 2011, environ 70 000 réfugiés afghans sont rentrés chez eux.

La « stratégie de recherche de solutions » contient un ensemble de mesures visant à aider les réfugiés et qui sont adaptées selon les besoins spécifiques de chacun des trois pays concernés.

En Afghanistan, l'accent est mis sur le soutien à la réintégration. Par exemple, 49 sites pilotes dans les 19 provinces comptant de nombreux rapatriés ont été identifiés pour un appui dans les domaines du logement, des services sociaux, de l'emploi et de la sécurité alimentaire. L'approbation a été obtenue via des consultations avec des chouras (conseils locaux), des chefs locaux et de hauts responsables de l'administration. Les initiatives de développement seront mises en œuvre par des acteurs au niveau national et d'autres intervenants, avec la participation du secteur privé.

En Iran, les efforts seront portés sur l'appui au retour vers l'Afghanistan ainsi que l'aide à assurer pour que les retours soient durables avec, par exemple, une formation professionnelle pour les réfugiés. Un appui est également envisagé envers un programme récent pour l'assurance santé qui vise à assurer une couverture santé universelle aux réfugiés. Au Pakistan, les efforts seront dirigés principalement vers le rapatriement librement consenti et l'aide des communautés d'accueil dans lesquelles vivent les réfugiés.

Dans son discours, António Guterres a reconnu la réalité difficile en Afghanistan, soulignant que la création de conditions pour un retour volontaire et durable n'est pas de la seule responsabilité des acteurs humanitaires. Il a ajouté qu'il était toutefois essentiel de créer des conditions à l'impact tangible pour les rapatriés et leurs communautés.

« Nous traversons une importante période de transition en Afghanistan qui se caractérise par l'incertitude », a indiqué António Guterres. « Les réfugiés afghans ont montré qu'ils peuvent rentrer en masse lorsque les conditions pour le retour sont favorables. Ils ont toujours souhaité rentrer dans leur pays. De ce fait, nous avons une responsabilité collective pour les aider et répondre à leurs aspirations légitimes. »

La mise en œuvre de la stratégie de recherche de solutions coutera environ 1,9 milliard de dollars. La réunion de Genève n'est pas une conférence de donateurs, mais le soutien des pays donateurs à cette stratégie sera un élément clé.

La version complète du discours du Haut Commissaire António Guterres et de ceux d'autres intervenants sont disponibles (en anglais) sur http://www.unhcr.org/pages/4f9016576.html

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini s'est rendu en Afghanistan début septembre, pour se rendre compte de l'envergure et de la complexité de l'une des plus grosses opérations de l'UNHCR. Pendant 10 jours, l'écrivain célèbre a passé en revue des projets de l'UNHCR et a rencontré des rapatriés dans les provinces du nord de Kunduz, Baghlan, Balkh, Parwan et Kaboul. Khaled Hosseini, lui-même ancien réfugié afghan, maintenant installé aux Etats-Unis, a noté qu'il faudrait encore du temps et du travail pour que l'Afghanistan puisse offrir aux rapatriés des infrastructures et des services adéquats. Il a exhorté la communauté internationale à poursuivre son engagement envers l'Afghanistan, en lui donnant le temps nécessaire pour la reconstruction.

Khaled Hosseini n'a pas pu se rendre dans le sud et dans certaines régions de l'est, où l'insécurité ralentit le travail de l'UNHCR pour évaluer les besoins et pour fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin. Depuis 2003, l'UNHCR a aidé plus de quatre millions de réfugiés à rentrer chez eux en Afghanistan. Cette année, environ 300 000 réfugiés afghans sont rentrés du Pakistan. Plus de 900 000 réfugiés afghans se trouvent en Iran, et deux millions au Pakistan.

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

Afghanistan

Dans ce pays ravagé par vingt années de guerre, la vie reprend lentement ses droits. Car pour les réfugiés et les personnes déplacées qui sont rentrés chez eux, le retour n'est qu'un premier pas sur le long chemin de la reconstruction.

Le HCR fournit une assistance aux rapatriés sous forme de kits de première nécessité ainsi qu' une aide à la reconstruction d'abris, une sensibilisation aux dangers des mines anti-personnelles et des vaccins contre diverses maladies. Lentement mais sûrement, sur tout le territoire, les Afghans retrouvent leurs proches, reconstruisent leurs maisons, retournent à l'école et recommencent à travailler. Une nouvelle étape dans leurs vies vient de débuter.

Observez dans cette série le processus de retour, de réintégration, de réhabilitation et de reconstruction en Afghanistan.

Afghanistan

Reconstruire sa vie en Afghanistan

Avec les élections en octobre, 2004 est une année décisive pour l'avenir de l'Afghanistan, avec un nombre record d'Afghans rentrés chez eux. Depuis le début du programme de rapatriement de l'UNHCR et après la chute du régime taliban en 2002, les rapatriés sont au nombre de 3,6 millions dont plus de 2 millions en provenance du Pakistan et plus d'1 million d'Iran. 440 000 déplacés à l'intérieur de l'Afghanistan sont aussi rentrés dans leur région d'origine.

L'UNHCR a mis en place des centres dans tout le pays, premiers points d'accueil des rapatriés qui y recoivent une allocation pour subvenir à leurs premiers besoins, accéder à des soins médicaux et à une sensibilisation au danger des mines antipersonnel.

Dans le cadre de son programme de logement, l'UNHCR fournit des outils et des matériaux aux familles ainsi que des fonds aux rapatriés vulnérables (les infirmes et les veuves âgées), pour la contruction d'un nouveau foyer, souvent retrouvé en ruines au retour.

L'UNHCR finance aussi la reconstruction de bâtiments publics, écoles ou hôpitaux par exemple, ainsi que des programmes d'assainissement de l'eau, de formation professionnelle et d'activités génératrices de revenus.

Reconstruire sa vie en Afghanistan

Afghanistan : L'histoire de MiriamPlay video

Afghanistan : L'histoire de Miriam

Miriam a été réfugiée en Iran pendant six ans. Cette veuve et mère de famille est revenue dans son pays en 2002. Depuis, elle est une personne déplacée dans son propre pays. Sa situation est très précaire.
Angelina Jolie en AfghanistanPlay video

Angelina Jolie en Afghanistan

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie se rend en Afghanistan et appelle à faire davantage pour la réintégration des anciens réfugiés.