Une sœur congolaise aide des femmes victimes de violences de la LRA

La parole aux réfugiés, 5 avril 2012

© HCR/MarcHofer
Soeur Angélique à Dungu, où elle aide des femmes vulnérables, qui ont notamment été victimes d'enlèvement par la LRA.

DUNGU, République démocratique du Congo, 5 avril (HCR) Soeur Angélique est bien connue à Dungu car elle circule à vélo dans cette ville poussiéreuse pour se rendre auprès des femmes qui la considèrent comme une bénédiction du ciel.

Elle les aide à se remettre des traumatismes subis lors de leur enlèvement et des abus subis de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), un groupe rebelle ougandais redouté qui terrorise les civils dans le nord-est de la République démocratique du Congo, depuis des années.

« Depuis 2008, je prends soin de jeunes filles qui sortent de la brousse après avoir été enlevées par la LRA », a indiqué cette religieuse catholique âgée de 45 ans, tout en aidant trois jeunes femmes à cuire du pain dans le centre qu'elle dirige à Dungu pour aider les victimes à la réintégration et à reconstruire leur vie. Son organisation financée par le HCR travaille également à leur redonner espoir pour l'avenir.

L'association Dynamique Femmes pour la Paix dispense des cours d'alphabétisation en lingala ainsi qu'un large éventail de formations professionnelles visant à aider les femmes victimes de la LRA. Parmi ces formations, il y a des cours de couture, de pâtisserie, de cuisine, de fabrication du savon et d'agriculture. Le partenaire opérationnel local du HCR, le Centre d'Intervention Psychologique, a fourni des équipements et des outils.

Toutes les victimes n'ont pas la possibilité de se rendre à Dungu et c'est pourquoi la bicyclette de Soeur Angélique est très utile. Elle s'en sert pour aller voir des femmes qui vivent dans les installations de déplacés internes ayant vu le jour près de Dungu. Depuis janvier, plus de 4000 personnes ont rejoint ces sites après des attaques de la LRA.

Rose* vit dans l'un de ces sites appelé Bangapili, où elle suit des cours de langue assurés par l'organisation de Soeur Angélique affiliée à l'association Dynamique Femmes pour la Paix. Rose, la quarantaine, a été brièvement retenue en otage par la LRA, après une attaque meurtrière menée contre la ville de Duru il y a cinq ans.

« Ils ont tué trois personnes dans ma maison mon fils aîné qui avait 21 ans, ma plus jeune sœur et mon oncle », a-t-elle expliqué. « Puis ils m'ont emmenée avec eux dans la brousse. Mais, comme j'étais enceinte, le commandant a dit que je n'étais pas utile et ils m'ont relâchée après deux jours. » Depuis, elle n'a plus revu son mari. Après sa libération, Rose a retrouvé ses enfants rescapés qui se cachaient dans un champ et elle a fui avec eux vers Dungu, à 45 kilomètres de là.

Elle explique que le lingala n'est pas sa langue maternelle, alors les leçons lui sont très utiles pour l'aider à s'intégrer. « J'ai toujours eu de grands problèmes avec les femmes ici au marché, car nous ne pouvions pas communiquer. Désormais, je me sens mieux. J'aime apprendre à lire et à écrire. J'aimerais aussi apprendre autre chose », a-t-elle ajouté. Elle est ouvrière agricole pour gagner de l'argent, mais elle prévoit de suivre une formation professionnelle pour améliorer son avenir en terme de moyens d'existence.

Soeur Angélique a indiqué que les formations offertes par son organisation ont bénéficié non seulement aux victimes de la LRA, mais aussi aux veuves ou aux femmes élevant seules de grandes familles. Elle a indiqué qu'une fois la formation terminée, l'association accorde un petit crédit aux femmes pour qu'elles puissent acheter le matériel de base et lancer leur petite affaire. Elles remboursent l'emprunt lorsqu'elles commencent à gagner de l'argent.

« Nous devons les aider à gagner suffisamment chaque jour pour subvenir à leurs besoins et ceux de leurs enfants plutôt que de se disperser à gagner un peu d'argent çà et là ou de mendier auprès de leurs voisins pour un travail éreintant dans les champs », a souligné la sœur.

A Dungu, Madeleine, âgée de 22 ans, n'est pas une victime de la LRA mais elle se démène seule pour élever ses trois enfants, y compris celui de sa sœur décédée il y a un an. Elle a suivi une formation professionnelle de pâtisserie offerte par l'association Dynamique Femmes pour la Paix et elle gagne désormais l'équivalent de 20 dollars environ par semaine pour sa petite famille.

« Je me suis achetée ces chaussures, ce pagne et des habits pour mes enfants », a-t-elle expliqué, tout en montrant fièrement le pagne coloré. « Je suis heureuse, mais si j'ai assez d'argent, je voudrais entamer des études de médecine pour devenir infirmière », a ajouté la jeune femme, dont l'éducation s'est brusquement arrêtée lorsqu'elle a quitté l'école à 16 ans après être tombée enceinte.

Soeur Angélique est fière des femmes qui sont venues à son centre et elle est heureuse d'avoir pu les « aider à les rendre autonomes. » Elle est enchantée que « le service de restauration collective que nous avons établi avec les plats cuisinés des élèves soit célèbre à travers toute la ville. Nous avons une forte demande de plats cuisinés pour des événements et des séminaires. »

La sœur a indiqué que les femmes changent beaucoup durant leur formation auprès de son organisation. « Certaines avaient peur de sortir mais, aujourd'hui, grâce à leurs activités, elles se sont ouvertes aux autres », a-t-elle expliqué, ajoutant avec un sourire : « Elles parlent avec vivacité et confiance. »

Mais il y a eu beaucoup de travail pour arriver à ce résultat, a admis Soeur Angélique. « Nous manquons de moyens pour arriver à faire tout ce qui serait nécessaire pour aider ces femmes. Souvent, cela prend du temps pour certaines femmes de bien comprendre la formation », a-t-elle expliqué. « Parfois, avant d'aller dormir, je me demande pourquoi je continue et alors je pense que quelqu'un se doit d'aider ces femmes. Je dois faire ce sacrifice. Quand elles me racontent leur vécu, je me force parfois à ne pas fondre en larmes. »

* Noms fictifs pour des raisons de protection

Par Céline Schmitt à Dungu, République démocratique du Congo

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.