Augmentation des attaques de la LRA en Afrique centrale

Points de presse, 30 mars 2012

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 30 mars 2012 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR a reçu des informations signalant de nouvelles violences commises par l'Armée de résistance du Seigneur en Afrique centrale ces dernières semaines.

Depuis notre point de presse du 6 mars, il y a eu 13 nouvelles attaques commises par la LRA dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). La plupart sont survenues dans le territoire de Dungu entre le 6 et le 25 mars. Deux personnes ont été tuées et 13 autres ont été enlevées, y compris un enfant de la ville d'Aba. La violence a forcé au déplacement plus de 1160 personnes dans la zone de Dungu.

Cela porte à 33 le nombre total des attaques de la LRA déjà survenues dans le nord-est de la RDC, avec plus de 4 000 déplacés. Selon d'autres informations, des attaques ont aussi été menées par ce groupe rebelle ougandais à Bondo, près de la frontière avec la République centrafricaine (RCA).

En RCA, les attaques attribuées à la LRA ont repris en janvier après une accalmie depuis avril 2011. 11 attaques de la LRA ont été enregistrées dans le sud-est du pays cette année. Huit attaques ont eu lieu près des villes de Zemio et Mbocki, où le HCR porte assistance aux populations réfugiées et déplacées internes.

Quatre personnes ont été tuées durant ces attaques et 31 autres ont été enlevées, selon les forces de défense et de sécurité de la République centrafricaine.

La situation de sécurité dans le sud-est de la République centrafricaine reste extrêmement fragile. Une exception concerne la ville d'Obo, où la situation s'est améliorée avec la présence de troupes américaines déployées en octobre dernier pour renforcer les efforts des forces armées conjointes RCA-Ouganda dans leur combat contre la LRA et ses chefs.

Selon notre personnel sur le terrain, des patrouilles autour d'Obo effectuées par les deux armées nationales et appuyées par des conseillers militaires américains ont permis aux autorités locales d'assurer la sécurité dans un rayon de 25 kilomètres autour d'Obo, en comparaison de 5 kilomètres auparavant quand les patrouilles avaient été instituées. Un périmètre de sécurité étendu permet aux habitants de s'occuper de leurs fermes.

La LRA mène également des attaques éclair au Soudan du Sud. Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), en 2011 ces attaques ont causé la mort de 18 personnes, en ont blessé neuf et ont abouti à 49 enlèvements et 7 382 personnes déplacées internes.

Aucune attaque connue menée par la LRA n'a eu lieu au Soudan du Sud cette année, toutefois le HCR reçoit régulièrement de nouveaux groupes de réfugiés fuyant les attaques en RDC et en République centrafricaine. Les Etats de l'Ouest- et du Centre-Equateur au Soudan du Sud hébergent désormais plus de 22 000 réfugiés originaires de ces deux pays voisins, y compris plus de 700 nouveaux arrivants cette année.

Le Soudan du Sud se prépare à accueillir les forces de l'Union africaine pour coordonner un effort régional et éliminer les menaces de la LRA.

Le HCR accueille des initiatives sans précédent au niveau régional et international visant à mettre fin aux atrocités commises par la LRA en RCA, en RDC et au Soudan du Sud. L'agence pour les réfugiés exhorte tous les acteurs à respecter les droits humains et à minimiser le risque pour les populations civiles.

Des attaques aveugles menées par la LRA contre les civils dans ces trois pays ont généré environ 440 000 personnes déplacées internes or réfugiées. Quelque 335 000 d'entre elles se trouvent dans la seule RDC.

Le HCR travaille avec les autorités locales, d'autres agences des Nations Unies ainsi que des organisations non gouvernementales pour aider les otages qui se sont échappés ou qui ont été récupérés des mains de la LRA. Certains survivants ont indiqué au personnel du HCR que, durant leur captivité, ils ont été torturés avant d'être utilisés comme porteurs. D'autres ont également été témoins du meurtre de leurs proches.

Pour voir une vidéo (en anglais) d'un survivant de la LRA http://bit.ly/HwXk0O

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Crise en République Centrafricaine : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de refugiés.

Donnez pour cette crise

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Une crise humanitaire silencieuse a lieu au nord de la République centrafricaine, où au moins 295 000 personnes ont été forcées de quitter leurs maisons depuis mi-2005. Environ 197 000 personnes sont déplacées internes et quelque 98 000 autres ont trouvé refuge au Tchad, au Cameroun et au Soudan. Toutes sont victimes des combats entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales.

Nombre des déplacés internes vivent dans la brousse, non loin de leurs villages. Ils y ont construit des abris de paille et d'herbe, ils cultivent des légumes et ils crééent même des écoles de brousse pour leurs enfants. Cependant, l'accès à l'eau potable et aux soins de santé demeure un vaste problème. De nombreux enfants souffrent de diarrhées et du paludisme, mais leurs parents ont trop peur de les emmener dans des hôpitaux ou des cliniques pour les faire soigner.

Des gardiens de troupeaux au nord de la République centrafricaine sont la proie des zaraguinas - des bandits qui enlèvent des enfants contre rançon. Les villageois sont alors contraints de vendre leur bétail pour pouvoir payer les rançons.

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.