L'ONU et ses partenaires recherchent 84 millions de dollars pour aider les réfugiés syriens

Articles d'actualité, 23 mars 2012

© HCR/S.Malkawi
Un jeune réfugié syrien avec son frère en Jordanie. Ils ont fui la Syrie avec leurs parents.

GENÈVE, 23 mars (HCR) Les Nations Unies et ses partenaires humanitaires lancent aujourd'hui un appel de fonds d'un montant de 84 millions de dollars pour aider les réfugiés syriens en Jordanie, au Liban, en Turquie et en Iraq. Le Plan d'action régional pour les réfugiés syriens présente le travail à effectuer en réponse aux besoins des réfugiés syriens qui ont fui le pays depuis mars 2011, ainsi que celle à prévoir pour répondre aux besoins de futurs arrivants.

Ce plan est un cadre de coordination interinstitutions dirigé par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Il résulte d'efforts coordonnés entre sept agences des Nations Unies, 27 ONG et partenaires nationaux et internationaux, ainsi que les gouvernements des pays hôtes.

« Le plan est fondé sur une estimation selon laquelle, dans les six prochains mois, une assistance sera nécessaire pour environ 100 000 personnes. Les bénéficiaires concernés par ce plan sont principalement des réfugiés syriens, ainsi que des ressortissants de pays tiers », a indiqué Adrian Edwards, porte-parole du HCR, aux journalistes à Genève.

« Le plan ne couvre pas la réponse aux besoins humanitaires à l'intérieur de la Syrie, qui fera l'objet d'un appel séparé, préparé par le bureau des Nations Unies pour la coordination des Affaires humanitaires (OCHA) et publié très prochainement », a-t-il ajouté.

Le plan comprend trois objectifs. Le premier vise à assurer que les Syriens et d'autres réfugiés ont accès aux pays voisins et à une protection internationale. Le second concerne la réponse aux besoins fondamentaux des réfugiés, avec une attention spécifique pour les plus vulnérables d'entre eux. Le troisième consiste à prendre les mesures d'urgence nécessaires en cas d'afflux à plus grande échelle.

Le plan décrit comment les agences (y compris l'OIM, le PNUD, l'UNESCO, le FNUAP, l'UNICEF, le HCR, l'OMS et le PAM), les gouvernements des pays hôtes, les ONG locales et internationales joignent leurs efforts pour assurer une réponse coordonnée aux besoins des réfugiés et des ressortissants de pays tiers.

En Jordanie, au Liban et en Turquie, un an après le début du soulèvement en Syrie, le nombre des réfugiés s'est accru et des signes de difficulté se manifestent parmi les communautés qui les hébergent. « Une intensification de l'aide internationale s'impose clairement », a indiqué Adrian Edwards à Genève.

En Jordanie, plus de 6000 Syriens ont été enregistrés auprès du HCR depuis mars 2011, et 2500 autres attendent d'être enregistrés. Ce chiffre devrait augmenter significativement car le HCR et ses partenaires étendent la portée de leurs efforts et le niveau d'assistance aux Syriens.

« De nombreux réfugiés sont arrivés en ayant des ressources limitées pour couvrir leurs besoins fondamentaux. Ceux qui pouvaient initialement avoir recours à leur épargne personnelle ou à l'aide de familles d'accueil ont désormais besoin d'une assistance accrue », a affirmé Adrian Edwards. « Des projets à impact rapide pour les communautés locales et la distribution d'articles de secours sont actuellement menés, alors que des programmes d'aide financière en espèces vont bientôt être lancés. »

Au Liban, l'enregistrement des réfugiés est mené conjointement avec les autorités. Comme en Jordanie, de nombreux réfugiés se trouvent dans une situation précaire, avec peu ou pas de ressources financières pour subvenir à leurs besoins. Le HCR et ses partenaires travaillent avec les autorités centrales et locales libanaises pour assurer que les besoins des réfugiés et des communautés affectées sont couverts. Plus de 16 000 réfugiés, y compris 8000 d'entre eux enregistrés dans le nord du pays, reçoivent actuellement une aide.

En Turquie, 17 000 Syriens sont actuellement enregistrés auprès des autorités, qui ont déjà établi neuf installations pour accueillir des réfugiés, y compris 8 campements de tentes et une cité de containers aménagés en logements à Kilis pour faire face à l'afflux.

Adrian Edwards a indiqué que le plan identifie un besoin pour améliorer l'aide du Gouvernement turc si nécessaire, alors que les autorités assument la responsabilité de porter assistance, de fournir un abri et d'assurer la protection des réfugiés dans les camps. De plus, pour les réfugiés qui étaient précédemment hébergés en Syrie, comme les réfugiés iraquiens qui vivent désormais en milieu urbain, le plan préconise une stratégie pour les enregistrer et leur venir en aide.

L'Iraq a récemment vu un nombre croissant d'arrivants syriens. Les nombres exacts sont en cours d'évaluation. Le HCR et ses partenaires ont commencé à porter assistance à ces réfugiés, en étroite coopération avec les autorités.

Parallèlement, en Syrie, le HCR et ses partenaires continuent à porter assistance à environ 110 000 réfugiés enregistrés dans différentes régions du pays.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Donnez

Le HCR dépend presque entièrement de dons pour financer ses opérations. Vous aussi, contribuez dès maintenant.

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Réfugiés iraquiens en Syrie

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés est de plus en plus préoccupée par la violence en Iraq et par l'absence d'une réponse humanitaire internationale face au nombre très important de personnes déplacées. Suite à une mission d'évaluation effectuée en novembre 2006, des responsables de l'UNHCR ont signalé que l'agence faisait face à une crise humanitaire de plus grande ampleur que celle prévue pour 2002-2003. Cependant l'UNHCR et les autres organisations manquent cruellement de fonds pour venir en aide aux personnes déplacées en nombre croissant. Pour combler ce manque de financement, l'UNHCR a donc publié en janvier 2007 un appel de 60 millions de dollars pour financer ses programmes d'assistance aux réfugiés iraquiens en Syrie, en Jordanie, au Liban, en Egypte et en Turquie, ainsi qu'aux réfugiés non iraquiens et aux déplacés internes au sein de l'Iraq déchiré par la guerre.

Plus le conflit durera en Iraq, plus la situation deviendra difficile pour des centaines de milliers de déplacés ainsi que les communautés qui tentent de les aider - à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iraq. Le fardeau pour les gouvernements et les communautés d'accueil de la région est important, il est donc essentiel que la communauté internationale soutienne les efforts humanitaires.

Réfugiés iraquiens en Syrie

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.