Sur la voie du retour vers le pays d'origine, le Soudan du Sud

La parole aux réfugiés, 5 mars 2012

© HCR/N.Abu-Eissa
Frisella Achul, âgée de 38 ans et mère de trois enfants, se prépare à monter dans le train qui va l'emmener depuis la gare de Soba, à Khartoum, vers Wau, au Soudan du Sud.

KHARTOUM, Soudan, 5 mars (HCR) Après avoir vécu des mois d'attente, quelque 1400 Soudanais du Sud ont récemment entamé un long voyage vers le Soudan du Sud à bord du premier train vers le sud depuis Khartoum, la capitale du Soudan.

Frisella Achul, âgée de 38 ans et mère de trois enfants, faisait partie de la foule qui s'est rassemblée fébrilement à la gare de Soba, à l'est de Khartoum, jeudi dernier. Alors que la poussière tourbillonnait autour de la gare, des personnes de tous âges chargeaient leurs bagages dans les wagons de passagers ou patientaient dans de longues files d'attente pour collecter de l'eau en prévision du voyage vers Wau au Soudan du Sud.

« J'espère que ce train ne sera pas retardé encore une fois », a indiqué Frisella. « Les gens sont frustrés et mécontents à propos des retards répétés et ils en ont assez d'attendre en plein air sans rien pour les protéger. »

Beaucoup de familles luttent avec leurs nombreux bagages. Frisella, elle, voyage seule et léger. Elle a vendu la plupart de ses possessions pour joindre les deux bouts dans la capitale et elle y a laissé ses enfants finir leur année scolaire avant qu'ils ne la rejoignent dans le sud.

Ses enfants sont nés et ont grandi à Khartoum. Deux sont à l'université et le troisième est au lycée. Frisella est elle aussi née à Khartoum de parents sud-soudanais. Elle n'a jamais vu son village ancestral de Wau, mais elle a décidé de partir pour « rentrer » peu après que le Soudan du Sud soit devenu indépendant en juillet dernier.

Toutefois, les moyens de transport à Khartoum ne pouvaient pas faire face à la vaste population souhaitant rentrer dans le sud. Ainsi des milliers de personnes sont restées bloquées en plein air aux points de départ situés autour de la capitale. « J'ai vécu dans des conditions difficiles en plein air depuis que j'ai quitté ma maison pour attendre dans ce lieu en friche [près de la gare] avant de prendre le train », a indiqué Frisella. Je travaillais auparavant pour une ONG mais je n'ai reçu aucun salaire depuis des mois à cause de la séparation avec le sud. »

En tant que co-responsables du Secteur des retours, le HCR et l'OIM (Organisation internationale pour les migrations) interviennent pour aider à coordonner le départ des Sud-Soudanais bloqués à Khartoum. Parmi les plus vulnérables d'entre eux, 319 personnes ont déjà été transportées par avion vers le Soudan du Sud. Et avec la reprise de l'exploitation des trains vers Wau au Soudan du Sud la semaine dernière, environ 4500 Soudanais du Sud pourront rejoindre le Soudan du Sud en train ce mois-ci.

Un accord signé récemment entre le Soudan et le Soudan du Sud devrait ouvrir la voie pour des retours à plus grande échelle depuis le nord vers le sud. Mais des problèmes doivent encore être résolus, y compris le financement, la logistique et les dispositions spécifiques en matière de sécurité le long du trajet.

Parallèlement, le train de jeudi a été confronté à des problèmes. Le départ a été retardé de quatre heures, puis le train âgé de 60 ans s'est arrêté en dehors de Khartoum pendant plusieurs heures. Une femme enceinte a perdu son bébé alors qu'une autre était sur le point d'accoucher, avec l'aide de trois docteurs, une sage-femme et un pharmacien à bord.

Le train va prendre au moins deux semaines pour rejoindre Wau, s'il ne tombe pas en panne en route. Malgré les assurances transmises par le gouvernement pour la surveillance des conditions de sécurité le long du trajet, Frisella s'est inquiétée de la sécurité des passagers, et notamment des enfants.

Elle avait des sentiments mitigés sur le fait de quitter le Soudan. « Bien que j'aie vécu à Khartoum toute ma vie, avec de bons souvenirs et des liens forts avec la communauté, je ne me sens pas appartenir au nord. »

Elle a des proches au Soudan du Sud, mais elle n'est pas propriétaire de terres ou de biens. Elle vivra probablement dans un camp temporaire pour personnes déplacées internes. Toutefois, dit-elle, « je sens que je suis de retour dans mon pays », avant d'ajouter : « Nous ne sommes pas considérés comme des citoyens par le nord, et nous sommes également considérés comme des étrangers dans le sud par les gens qui y ont vécu plus longtemps que nous. Je suis inquiète de devoir vivre le même sentiment de marginalisation comme dans le nord. »

Alors que les personnes qui choisissent de rejoindre le sud luttent avec des crises d'identité comme Frisella, les personnes qui restent dans le nord seront confrontées à un vide juridique dans les semaines à venir. On compte environ 500 000 Soudanais du Sud qui vivent au Soudan aujourd'hui dont le statut sera remis en question en avril, lorsque la date limite pour la régularisation du statut de résidence arrivera neuf mois après l'indépendance.

Le HCR et l'OIM plaident après des gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud pour qu'ils fournissent une information et des procédures claires sur la façon dont les Soudanais du Sud peuvent rester dans le nord s'ils le souhaitent.

Par Nahla Abu-Eissa. A Khartoum, Soudan

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Depuis décembre, les combats au Soudan du Sud entre les troupes gouvernementales et les forces rivales ont déplacé des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup ont trouvé refuge dans des centres de transit temporaire et d'autres centres d'accueil juste de l'autre côté de la frontière au nord de l'Ouganda. Depuis début janvier, le HCR a rouvert trois anciens camps de réfugiés et y a transféré environ 50 000 personnes. Ces sites sont localisés plus à l'intérieur de l'Ouganda. Il y est plus facile de leur assurer protection et assistance. Après avoir été transportés par camion vers l'un de ces sites, Nyumanzi I, situé à environ 30 kilomètres de la frontière, les nouveaux arrivants reçoivent des articles de secours, notamment des vivres, des couvertures, des nattes et des ustensiles de cuisine ainsi qu'un carré de terrain alloué par les autorités pour y construire un abri. Le site s'est rempli rapidement. Le HCR et ses partenaires ont travaillé sans relâche pour construire des routes, installer des réseaux de distribution d'eau et des dispensaires. Début février, des maisons et des petits commerces se construisent à travers le site. Les Sud-Soudanais ont repris le rythme de leur vie tout en surveillant de près la situation dans leur pays avec l'espoir d'y rentrer un jour.

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Déplacement au Soudan du Sud : Un camp au milieu d'un autre camp

Depuis trois semaines après l'éruption de violences au Soudan du Sud, environ 200 000 Sud-Soudanais sont désormais déplacés dans leur propre pays. Environ 57 000 d'entre eux ont trouvé abri dans des bases des troupes des Nations Unies pour le maintien de la paix, à travers tout le pays. Ces photos de Kitty McKinsey, chargée d'information régionale au HCR, donnent un aperçu de la vie quotidienne de 14 000 personnes déplacées ayant trouvé refuge à l'intérieur d'un complexe abritant des bureaux des Nations Unies connu localement sous le nom de Tong Ping, près de l'aéroport de Juba, la capitale du Soudan du Sud. Les agences humanitaires, y compris le HCR, se mobilisent pour apporter des abris, des couvertures et d'autres articles d'aide. Toutefois, les premiers jours, les personnes déplacées ont dû se débrouiller par elles-mêmes. Les complexes abritant des bureaux ont pris l'apparence de petites villes avec des marchés, des kiosques, la collecte des ordures et des toilettes publiques. Étonnamment, les enfants parviennent encore à sourire et à organiser leurs jeux avec du matériel de fortune.

Déplacement au Soudan du Sud : Un camp au milieu d'un autre camp

Des milliers de réfugiés déplacés avant la saison des pluies au Soudan du Sud

Depuis début mai, une opération est en cours au Soudan du Sud afin de transférer plus de 18 000 réfugiés soudanais vers un camp nouvellement construit. Six jours par semaine, environ 500 personnes sont transportées du camp de Jamam, dans l'Etat du Nil supérieur, vers un site récemment construit, dénommé Kaya. La saison des pluies, longue et intense au Soudan du Sud, va bientôt commencer pour de bon et l'opération permettra de transférer les réfugiés d'un endroit propice aux graves inondations vers un autre, conçu pour rester accessible et fonctionnel pendant les pluies torrentielles. Les pluies laissent de vastes zones du pays coupées pendant des mois à cause des inondations. Les résidents de Jamam sont assistés pour déplacer leurs affaires et se voient allouer un lopin de terre à leur arrivée à Kaya, où les partenaires du HCR ont installé des écoles et des structures de santé. Les réfugiés nouvellement arrivés du Soudan sont également transportés vers Kaya, où des produits de secours et un abri leur sont fournis. Tim Irwin, du HCR, se trouvait sur place avec son appareil photo.

Des milliers de réfugiés déplacés avant la saison des pluies au Soudan du Sud

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.