Réinstallation et intégration de réfugiés : Le chef du HCR fait l'éloge de l'Australie et la Nouvelle-Zélande

Articles d'actualité, 27 février 2012

© HCR
Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres au côté de réfugiés nouvellement arrivés, de représentants des communautés maori et d'anciens réfugiés, d'habitants et de hauts responsables de l'administration à Hamilton.

AUCKLAND, Nouvelle-Zélande, 27 février (HCR) Le chef du HCR António Guterres a fait l'éloge de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande pour leurs contributions à la protection des réfugiés après avoir achevé ses visites dans les deux pays durant lesquelles il s'est rendu compte par lui-même de leurs programmes pour la réinstallation et l'intégration.

Le Haut Commissaire a remercié les deux gouvernements pour leur rôle moteur et leur participation aux débats d'orientation à l'échelle mondiale menés par le HCR, pour leurs programmes annuels de réinstallation et pour leurs contributions financières généreuses au travail de son Institution.

A Hamilton, en Nouvelle-Zélande, vendredi, il a assisté à un spectacle de powhiri traditionnel (une cérémonie d'accueil) donné par un groupe de réfugiés y compris une jeune femme originaire de la République démocratique du Congo.

Après avoir été séparée de sa famille depuis plus de 10 ans, elle et son frère ont finalement été réunis avec leur mère et d'autres proches grâce au programme néo-zélandais de quota annuel de places pour la réinstallation des réfugiés. Ils ont commencé une nouvelle vie à Hamilton.

La cérémonie, durant laquelle une famille de réfugiés du Myanmar était également accueillie, s'est tenue dans une salle des fêtes de la communauté indigène Maori Marae, selon la tradition de bienvenue des communautés indigènes de Nouvelle-Zélande envers des réfugiés nouvellement arrivés.

« C'est l'une des cérémonies de réception de réfugiés les plus sincères et les plus émouvantes que j'ai jamais vue à travers le monde », a remarqué le Haut Commissaire à cette occasion.

Le Haut Commissaire a pu également se rendre compte par lui-même de certains services à la réinstallation assurés aux réfugiés en Nouvelle-Zélande. Il s'est par ailleurs entretenu avec des ministres, de hauts responsables gouvernementaux, des ONG et des groupes communautaires sur la nouvelle stratégie gouvernementale actuellement développée et qui vise à harmoniser des services essentiels comme l'éducation, la formation professionnelle, les soins de santé et le logement.

« C'est une évolution positive », a indiqué António Guterres. « Je félicite le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande pour la prochaine mise en œuvre de cette stratégie de réinstallation des réfugiés, et j'en attends avec intérêt les résultats dès les prochaines semaines. »

Sa visite en Nouvelle-Zélande avait été précédée par une autre en Australie où le Haut Commissaire avait discuté de plusieurs problèmes relatifs aux réfugiés et aux demandeurs d'asile avec de nombreux représentants des parties concernées.

En Australie, le Haut Commissaire s'est entretenu avec le Premier Ministre Julia Gillard, des ministres et d'autres hauts responsables et il a rappelé les liens étroits et multiples du HCR avec l'Australie.

« Et cela couvre notamment le rôle de l'Australie dans la protection des réfugiés et des demandeurs d'asile dans le cadre de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, son généreux programme de réinstallation, son engagement dans la protection des réfugiés à travers la région, et son soutien aux opérations du HCR à travers le monde », a-t-il indiqué. « C'est une relation forte, d'une grande importance pour nous. »

Antonio Guterres a également évoqué les préoccupations du HCR sur le recours par l'Australie à la détention obligatoire des demandeurs d'asile et sur les longs délais de traitement sur l'évaluation des risques pour la sécurité par l'Australian Security Intelligence Organisation (AISO), incluant le besoin de mécanismes de contrôles dans cette procédure. Concernant le traitement des demandes d'asile hors du territoire terrestre, il a recommandé à l'Australie d'accorder l'accès au territoire pour les personnes ayant besoin de protection internationale, quel que soit le moyen employé pour arriver en Australie.

Au cours de discussions avec la société civile, le Haut Commissaire a loué « le travail significatif et essentiel » mené par des ONG, des groupes communautaires et confessionnels, ainsi que les autorités centrales et locales, pour aider les nouveaux arrivants à l'intégration et à l'installation dans la société australienne pour qu'ils puissent commencer une nouvelle vie productive.

Suite à ces entretiens, António Guterres a prononcé un discours au Lowy Institute, un groupe de réflexion international basé à Sydney, soulignant certains des problèmes posés au HCR au niveau mondial et il a discuté de plusieurs défis politiques à relever par des pays comme l'Australie.

« Je suis conscient que les déplacements maritimes de personnes lors de traversées périlleuses en bateau constituent un problème pour de nombreux gouvernements dans la région, y compris le vôtre », a noté le Haut Commissaire. « En comparaison des problèmes de réfugiés dans d'autres régions du globe, le débat est disproportionné par rapport à la réelle dimension de ce problème, car le nombre des personnes arrivant en Australie est limité par rapport aux chiffres relevés ailleurs dans le monde », a-t-il conclu.

Durant sa première visite en Australie et Nouvelle-Zélande depuis 2009, le Haut Commissaire a dit être impressionné par la vitalité et la diversité des deux pays, ainsi que par leur engagement continu dans le domaine de la protection des réfugiés.

« Nous sommes très reconnaissants envers les peuples de ces deux pays pour la nouvelle vie qu'ils ont donnée depuis tant d'années à des centaines de milliers de réfugiés. »

Par Ben Farrell à Auckland

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

Filippo Grandi, qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2016, est le 11ème Haut Commissaire de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie a rejoint le chef du HCR António Guterres sur l'île italienne de Lampedusa, pour y rencontrer des boat people ayant fui l'instabilité en Afrique du Nord.

Plus de 40 000 personnes, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile, ont traversé la mer Méditerranée à bord de bateaux bondés et ont débarqué sur la petite île de Lampedusa depuis le début de l'année.

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR se trouvait auparavant à Malte, où arrivent également des personnes ayant fui l'Afrique du Nord par la mer.

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

Angelina Jolie : mission en Equateur

Angelina Jolie s'est rendue en Equateur ce week-end, pour sa première mission en tant qu'Envoyée spéciale du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres.

En tant qu'Ambassadrice de bonne volonté du HCR, Angelina Jolie avait mené plus de 40 missions sur le terrain durant la dernière décennie. C'est son troisième voyage en Equateur. Ce pays accueille la plus importante population réfugiée en Amérique latine.

L'Equateur accueille actuellement environ 56 000 réfugiés et 21 000 demandeurs d'asile. Ce pays reçoit chaque mois 1 300 nouvelles demandes d'asile déposées par des ressortissants colombiens ayant fui leur pays. Beaucoup vivent dans des régions isolées et démunies qui sont situées près de la frontière colombienne.

Angelina Jolie : mission en Equateur

HCR Genève : Crise aigue Play video

HCR Genève : Crise aigue

En conclusion de la session annuelle de l'organe directeur du HCR, le Haut Commissaire António Guterres a souligné le nombre sans précédent de crises aigues auxquelles le HCR doit faire face.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.