Le HCR ferme ses bureaux au Timor-Leste qui promet de ne jamais tourner le dos aux réfugiés

Articles d'actualité, 13 janvier 2012

© HCR/K.McKinsey
José Ramos-Horta, Président du Timor-Leste, remet des cadeaux à James Lynch, du HCR, lors d'une cérémonie à l'occasion de la fermeture du bureau du HCR à Dili.

DILI, Timor-Leste, 12 janvier (HCR) Lors d'une cérémonie remplie de souvenirs personnels, le président de la République démocratique du Timor-Leste, José Ramos-Horta, a remercié jeudi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés de l'aide apportée à son jeune pays lors des crises humanitaires des premières années.

Le président, qui avait convoqué une réunion au palais présidentiel à l'occasion de la fermeture du bureau du HCR à Dili, a promis que son pays ne tournerait jamais le dos aux réfugiés, car beaucoup de ses compatriotes étaient eux-mêmes des exilés.

« Nous sommes toujours prêts à assumer nos responsabilités », a-t-il déclaré. « C'est là la meilleure façon de remercier le HCR et tous les pays qui ont aidé nos réfugiés pendant toutes ces années. »

Lui-même réfugié aux États-Unis et en Australie entre 1975 et 1999, soit plus de 20 ans, le président a déclaré que la fermeture du bureau du HCR après 12 années de présence dans le pays démontrait que le Timor-Leste avait réussi à surmonter les problèmes humanitaires des premières années. « Ce sont là d'excellentes nouvelles, des nouvelles positives », a-t-il dit.

Le HCR a ouvert son bureau en mai 1999, juste avant les violences survenues lors du référendum d'août sur la séparation avec l'Indonésie, qui a entraîné la fuite de près de 250 000 personnes vers le Timor occidental. Le HCR a par la suite apporté son aide au retour de 220 000 réfugiés et a mené des efforts de réconciliation alors que le Timor-Leste se dirigeait vers l'indépendance. Le Timor­Leste est devenu en mai 2002 le premier nouveau pays du XXIe siècle et le 191e État membre de l'Organisation des Nations Unies.

James Lynch, coordonnateur régional du HCR pour l'Asie du Sud-Est, a fait l'éloge des « réalisations impressionnantes » du pays, soulignant que le Timor­Leste est l'un des rares pays de la région à avoir signé la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés « Même si en ce moment le pays ne compte pratiquement pas de réfugiés ou de demandeurs d'asile, il dispose de lois encadrant le traitement de leurs demandes », a-t-il déclaré lors de la cérémonie qui s'est tenue aujourd'hui.

Lors d'une nouvelle crise survenue en 2006, le HCR avait envoyé d'urgence de l'aide à 150 000 personnes déplacées par suite des violences perpétrées par les gangs, des pillages et des incendies.

José Ramos-Horta et James Lynch ont tous deux rendu hommage aux trois employés du HCR -Samson Aregahegn, Carlos Caceres et Pero Simundza assassinés à Atambua, au Timor occidental en septembre 2000.

« Nous nous souviendrons toujours de leurs sacrifices ainsi que ceux d'autres employés du HCR pour aider au retour des réfugiés du Timor », a déclaré James Lynch. « Je crois que cette tragédie a renforcé les liens du HCR avec les habitants du Timor-Leste. »

C'est le bureau régional du HCR à Bangkok qui poursuivra le travail mené avec le gouvernement et la société civile pour protéger les réfugiés et les demandeurs d'asile présents dans le pays.

Tout en soulignant les relations chaleureuses entre le Timor-Leste et le HCR, le président Ramos-Horta a déclaré à James Lynch : « J'espère qu'aucune situation d'urgence à grande échelle ne vous obligera à revenir ici. »

Par Kitty McKinsey à Dili, au Timor-Leste

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

L'urgence au Timor-Leste 2 : Le pont aérien de l'UNHCR est en cours

Un Boeing 747 cargo chargé d'articles de secours pour les personnes déplacées par les récentes violences au Timor-Leste est arrivé à Darwin dans le nord de l'Australie, le 7 juin 2006. L'avion ne pouvant atterrir à l'aéroport de Dili à cause de son envergure, les articles de secours sont ensuite acheminés dans de plus petits avions et également par voie maritime. Un second Boeing 747 cargo est arrivé le lendemain.

Au total, 400 tonnes d'articles de secours sont actuellement expédiées vers le Timor-Leste, depuis nos entrepôts régionaux du Moyen-Orient. Ces biens de secours comprennent des tentes familiales légères, des bâches en plastique, des jerricans, des couvertures et des kits de cuisine.

L'urgence au Timor-Leste 2 : Le pont aérien de l'UNHCR est en cours

L'urgence au Timor-Leste

Quelque 100 000 personnes ont été déplacées par de récentes violences au Timor-Leste. Environ 65 000 d'entre elles vivent dans 40 campements insalubres dans la capitale Dili, tandis que 35 000 ont recherché la sécurité dans les campagnes. Une équipe d'évaluation de l'UNHCR a visité ces camps et a pu constater que les besoins humanitaires les plus importants - hormis la sécurité - concernaient la nourriture, l'eau potable et l'hébergement.

Dans le cadre de la réponse graduelle apportée à la crise et de l'effort commun fourni par les Nations Unies, l'UNHCR a déployé une équipe d'urgence afin de renforcer l'équipe déjà sur place et un pont aérien d'urgence a démarré avec l'arrivée du premier vol à Dili le 5 juin, acheminant 14 tonnes de tentes, de bâches en plastique et de jerrycans en provenance de son stock situé en Jordanie.

En coordination avec les autres agences, l'UNHCR utilisera ces biens de secours pour établir de nouveaux camps pour les déplacés où ils pourront vivre dans de meilleures conditions et où l'assistance sera acheminée plus facilement jusqu'à ce que la situation de sécurité s'améliore et qu'ils puissent rentrer chez eux.

L'urgence au Timor-Leste

L'urgence au Timor-Leste 3 : L'UNHCR achemine les biens de secours par voies aérienne et maritime.

La course contre la montre pour apporter de l'aide d'urgence aux dizaines de milliers de personnes déplacées au Timor-Leste en proie au conflit a été l'une des priorités de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés. Lundi, la première phase d'opération d'acheminement par avion et par voie maritime de 200 tonnes de tentes, de couvertures, de bâches en plastique et de kits de cuisine s'est achevée. La semaine dernière, quatre avions cargo Antonov-12 ont transporté 56 tonnes de biens, et lundi 12 juin, un navire cargo a traversé la Mer de Timor depuis Darwin, avec 150 tonnes de biens à bord, acheminés auparavant par voie aérienne depuis l'entrepôt régional de l'UNHCR au Moyen-Orient en Jordanie.

Il y a maintenant sur le terrain des abris pour 17 000 personnes. En coordination étroite avec ses partenaires sur place, l'équipe d'urgence de l'UNHCR améliore déjà les conditions insalubres dans les campements surpeuplés autour de la capitale Dili, et commence à établir de nouveaux camps. La sécurité demeure préoccupante pour la population déplacée, encore sous le choc de la violence, des pillages et des incendies de maisons. L'UNHCR recherche un financement de 4,8 millions de dollars pour son opération d'aide d'urgence au Timor-Leste.

L'urgence au Timor-Leste 3 : L'UNHCR achemine les biens de secours par voies aérienne et maritime.