Le chef du HCR appelle à une aide humanitaire massive pour le Soudan du Sud

Articles d'actualité, 10 janvier 2012

© UNHCR/V.Tan
Ces jeunes Soudanais peuvent enfin se reposer après leur arrivée au camp de réfugiés de Doro au Soudan du Sud. Le Haut Commissaire António Guterres a appelé la communauté internationale à appuyer davantage l'effort d'aide humanitaire pour éviter une crise massive.

CAMP DE DORO, Soudan du Sud, 9 janvier (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a appelé lundi la communauté internationale à fournir une aide humanitaire « massive » au Soudan du Sud, qui est confronté à plusieurs crises majeures de déplacement forcé.

Sans cette aide, António Guterres a prévenu, après avoir rencontré des réfugiés au camp de Doro, « qu'il sera impossible de répondre à la crise? Nous pourrions être confrontés à une catastrophe humanitaire majeure. » Doro accueille au moins 28 000 personnes qui ont fui vers le Soudan du Sud pour échapper aux combats dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan entre les forces armées soudanaises et le Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord.

Six mois après la célébration de l'indépendance par le Soudan du Sud, la zone frontalière âprement disputée avec le Soudan est devenue un point de discorde et la porte d'entrée pour des dizaines de milliers de réfugiés.

Selon António Guterres, le Soudan du Sud est confronté à « de profondes souffrances et une multiplicité de crises, avec plus de 80 000 personnes ayant fui les Etats du Nil Bleu et de Kordofan au Soudan. Dans l'Etat de Jonglei au Soudan du Sud, on déplore également des violences intercommunautaires et des déplacements de population. » Il a ajouté que l'Armée de résistance du Seigneur, un groupe rebelle ougandais, causait également des problèmes au Soudan du Sud.

Durant sa visite à Doro, le Haut Commissaire s'est entretenu avec plusieurs réfugiés, dont une femme qui venait de s'enfuir avec ses trois enfants depuis l'Etat du Nil Bleu. « Nous pensions que nous aurions la paix un peu plus longtemps. Puis une bombe a éclaté et nous avons fui en courant », a-t-elle expliqué à António Guterres.

Epuisés, affamés et vulnérables, des femmes et des enfants marchent pendant plusieurs jours en quête de sécurité de l'autre côté de la frontière dans l'Etat du Haut Nil au nord du pays, où se situe Doro. La plupart des hommes sont restés sur place pour veiller à leurs biens et leur territoire.

A part 28 000 personnes ayant trouvé abri à Doro, près de 25 000 autres civils se sont réfugiés dans d'autres parties de l'Etat du Haut Nil. La poursuite du conflit dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan continue de pousser d'importantes populations à traverser la frontière vers le Soudan du Sud et l'Ethiopie.

« Les femmes pleurent car leurs enfants sont malades. Les femmes pleurent car leurs enfants ont faim », a indiqué Joseph Lual Achuil, le Ministre sud-soudanais des Affaires humanitaires, qui accompagnait le Haut Commissaire à Doro.

Le HCR achemine actuellement de l'aide via un important pont aérien vers des sites reculés où se trouvent des réfugiés et l'agence travaille avec des partenaires pour établir des abris et fournir des services essentiels aux réfugiés. Avec l'arrivée à Doro d'au moins 1 000 réfugiés chaque semaine, Joseph Lual Achuil a appelé à une aide internationale plus importante pendant l'actuelle saison sèche qui dure deux mois. Si on attend encore, a-t-il indiqué, « cette région sera hors d'atteinte. »

Parallèlement, des milliers de réfugiés ont trouvé refuge dans l'Etat d'Unity au Soudan du Sud. Après avoir fui les bombardements, la plupart d'entre eux arrivent au village frontalier de Yida. Lors d'une rencontre avec les représentants des réfugiés de l'Etat du Sud-Kordofan au Soudan, le Haut Commissaire les a exhortés à rejoindre une installation du HCR plus sûre qui est située à environ 50 kilomètres de la frontière.

Les représentants des réfugiés ont indiqué, durant la réunion avec António Guterres, qu'au moins 300 000 personnes se cachaient dans les montagnes de Nuba de l'autre côté de la frontière. Elles sont terrifiées et leurs réserves d'eau et de nourriture s'épuisent rapidement. Cette information n'a pas pu être confirmée de source indépendante.

Le Haut Commissaire a également rencontré des ressortissants sud-soudanais, qui sont de retour depuis le Soudan pour commencer une nouvelle vie au Soudan du Sud. Epuisés après une semaine de voyage en barge vers la source du Nil, ces nouveaux citoyens rejoignent leur village d'origine, souvent assistés par le HCR et l'Organisation internationale pour les migrations. Plus de 350 000 Sud-Soudanais sont rentrés depuis l'indépendance. Environ 700 000 autres se trouvent toujours au Soudan.

Par Melissa Fleming au camp de Doro, Soudan du Sud

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Depuis décembre, les combats au Soudan du Sud entre les troupes gouvernementales et les forces rivales ont déplacé des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup ont trouvé refuge dans des centres de transit temporaire et d'autres centres d'accueil juste de l'autre côté de la frontière au nord de l'Ouganda. Depuis début janvier, le HCR a rouvert trois anciens camps de réfugiés et y a transféré environ 50 000 personnes. Ces sites sont localisés plus à l'intérieur de l'Ouganda. Il y est plus facile de leur assurer protection et assistance. Après avoir été transportés par camion vers l'un de ces sites, Nyumanzi I, situé à environ 30 kilomètres de la frontière, les nouveaux arrivants reçoivent des articles de secours, notamment des vivres, des couvertures, des nattes et des ustensiles de cuisine ainsi qu'un carré de terrain alloué par les autorités pour y construire un abri. Le site s'est rempli rapidement. Le HCR et ses partenaires ont travaillé sans relâche pour construire des routes, installer des réseaux de distribution d'eau et des dispensaires. Début février, des maisons et des petits commerces se construisent à travers le site. Les Sud-Soudanais ont repris le rythme de leur vie tout en surveillant de près la situation dans leur pays avec l'espoir d'y rentrer un jour.

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Ethiopie : Arrivée à AssosaPlay video

Ethiopie : Arrivée à Assosa

Zenab vivait dans le village de son mari dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan, avant qu'il n'ait été attaqué. Elle a perdu trois frères et a ensuite traversé une épreuve difficile lors du voyage vers l'Ethiopie avec ses enfants.