En Ouganda, le HCR met fin à l'assistance aux déplacés

Agir pour faire la différence, 6 janvier 2012

© UNHCR/S.Perham
Lucky David Wilson (en rouge) lors du tournage de son clip vidéo avec Achan Katherine dans le marché d'Unyama, un ancien camp de déplacés au nord de l'Ouganda.

GULU, Ouganda, 6 janvier (HCR) Lucky David Wilson est né dans une zone de conflit en période de troubles, mais il réussit toutefois à mener une vie digne de son nom « chanceux ».

Petit garçon, il a fui les attaques menées contre son village de Guru Guru quand le nord de l'Ouganda est devenu la ligne de front dans la bataille entre l'armée ougandaise et les rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur. Agé aujourd'hui de 19 ans, il est devenu un chanteur populaire qui utilise la musique pour plaider pour la paix et la reconstruction de son pays natal.

Lucky David Wilson est le symbole du nouveau nord, où une paix relative est revenue depuis la signature d'un cessez-le-feu en 2006.

Le HCR avait ouvert un bureau cette année-là dans la ville de Gulu au nord du pays pour gérer 251 camps et assurer une protection à environ 1,84 million de déplacés internes dans 11 districts. Depuis lors, plus de 1,8 million de personnes sont rentrées chez elles par leurs propres moyens. Pour assurer des retours durables, le HCR a travaillé avec les autorités locales pour fournir des services essentiels dans les villages de retour. Le HCR a fourni une aide de base à la réintégration en assurant la distribution d'eau potable, la construction de routes, d'écoles, de dispensaires, de postes de police et d'autres infrastructures et en établissant une infrastructure pour l'administration publique.

Le HCR a également engagé des agences comme la FAO (Food and Agriculture Organization), USAID, Care, World Vision et Northern Uganda Social Action Fund II pour le développement à long terme dans les zones de retour.

« C'est une journée heureuse pour tous », a indiqué le Représentant du HCR en Ouganda, Kai Nielsen, lors de la fermeture du bureau de Gulu la semaine dernière. « Avec le gouvernement et les agences humanitaires, nous avons réussi à trouver des solutions pour l'une des plus importantes crises de déplacés au monde et nous avons aidé des centaines de milliers d'Ougandais à rentrer chez eux. »

Alors que la plupart des déplacés sont rentrés chez eux par leurs propres moyens, l'agence et ses partenaires ont aidé 11 600 déplacés les plus vulnérables au retour chez eux ou à l'intégration locale. Le travail a notamment consisté à la résolution de conflits fonciers, à la construction de huttes et de latrines pour les nécessiteux, à la fourniture de kits de matériel de démarrage et d'appui sous forme de couvertures, d'ustensiles de cuisine, de bétail, de semences et d'outils.

Achan Katherine est l'une des bénéficiaires. Elle est handicapée physique avec une mobilité réduite. Elle a choisi de rester au centre Unyama trading, un ancien camp de déplacés. Le HCR a travaillé avec l'Union nationale pour les personnes handicapées en Ouganda (National Union for Disabled Persons in Uganda NUDIPU) pour évaluer les besoins des personnes comme elle. L'Agence a récemment distribué des chaises roulantes pour les handicapés dans le district de Gulu conjointement avec l'Association pour les volontaires au Service international (AVSI).

Des chaises roulantes, des tricycles, des cannes blanches et des paires de béquilles ont été créés et produits localement par l'Association pour le développement de la jeunesse de Gulu pour créer des emplois, développer des compétences parmi les jeunes et rendre ces équipements accessibles à toute la communauté.

Katherine, qui s'est déplacée avec ses mains pendant des années, est très heureuse avec sa nouvelle chaise roulante. « Désormais je peux me déplacer dans le complexe par mes propres moyens et rendre visite à mes amis », explique-t-elle dans sa langue natale, l'Acholi-Luo. « Les agences se doivent de poursuivre ce type d'assistance. »

Elle s'est doublement réjouie quand Lucky David a lui-même procédé à la distribution et lui a demandé d'être figurante dans son clip vidéo pour son nouveau hit Roco Gang (reconstruire son foyer). Ses proches et ses voisins ont dansé autour d'elle quand il a interprété ce morceau encourageant la jeunesse à aider les personnes vulnérables et âgées au sein de leurs propres communautés.

« Dans notre culture, lorsque vous aidez des personnes qui sont handicapées ou qui ont des problèmes, toute la communauté apprécie », indique Lucky David, qui vit désormais à Gulu. « Je suis si heureux d'avoir la chance de diffuser ces messages. »

Aujourd'hui, quelque 30 000 Ougandais sont toujours déplacés dans le nord de l'Ouganda. Ils vivent dans quatre camps, ainsi que dans d'autres camps transformés en marchés et en centres de transit. Plus de 6 000 personnes se sont définitivement installées là où elles avaient trouvé refuge. Leurs besoins en terme d'assistance et de protection ont diminué, alors que les communautés travaillent avec les agences humanitaires et les autorités locales pour développer et stabiliser la région.

Cependant, les rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur continuent à terroriser la population civile dans les pays voisins comme la République centrafricaine, la République démocratique du Congo et le Soudan du Sud.

Par Stephanie Perham, A Gulu, Ouganda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Rapatriement

Le HCR travaille avec le pays d'origine et les pays d'accueil pour aider les réfugiés à rentrer chez eux.

La souffrance et la résilience des déracinées congolaises

Dans le cycle de violence sans fin à l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ce sont les plus vulnérables qui souffrent le plus, en particulier les femmes et les enfants. Le problème des violences sexuelles largement répandues à l'encontre des femmes est une préoccupation très importante pour le HCR et qui ne disparait jamais. L'agence pour les réfugiés a reçu des douzaines de rapports faisant état de viols et d'agressions contre les femmes pendant la dernière vague de combats entre les troupes gouvernementales, les troupes rebelles et les milices au Nord- et au Sud-Kivu. C'est une région où le viol est utilisé comme arme de guerre.

La peur des agressions sexuelles et physiques contraint des milliers de femmes à prendre la fuite et à chercher refuge au-delà des frontières comme au Rwanda ou en Ouganda. Souvent leurs hommes restent derrière et les femmes se retrouvent chefs de foyer, seule pour protéger leurs jeunes enfants. Elles sont le fondement de la société mais aussi les premières à souffrir lorsque l'instabilité apparait dans leurs régions.

Les images suivantes ont été prises récemment en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Ouganda par Frédéric Noy. Elles montrent des Congolaises qui ont fui leurs foyers, laissant tout derrière elles pour chercher refuge dans un endroit qu'elles espèrent meilleur que celui qu'elles ont quitté. Dans bien des cas, elles se sont endurcies dans les épreuves mais nombre d'entre elles continuent à garder espoir pour elles-mêmes et leurs enfants. Elles sont une source d'inspiration pour ceux qui les aident.

La souffrance et la résilience des déracinées congolaises

Nyakabande : Un havre de paix en Ouganda après avoir fui le conflit au Nord-Kivu

Le centre de transit de Nyakabande au sud de l'Ouganda a été rouvert par le HCR et les autorités ougandaises en février 2012 pour faire face au nombre croissant de civils congolais qui traversent la frontière pour échapper à l'anarchie généralisée dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC). Initialement prévu pour accueillir 500 personnes, le centre de transit a été submergé par des vagues d'arrivants fuyant la violence sévissant depuis avril entre les forces gouvernementales de la RDC et les combattants rebelles du mouvement M23. Le HCR a contribué à élargir la capacité d'accueil jusqu'à 11 000 personnes ainsi qu'à organiser le transport à partir de la frontière, mais l'afflux a porté une forte pression sur les installations. Le centre a enregistré et aidé plus de 51 000 personnes depuis janvier. La plupart d'entre elles sont originaires du Nord-Kivu. Au pic de l'afflux, en juillet dernier, le centre de transit accueillait plus de 10 000 réfugiés. Pour décongestionner le centre, le HCR a assuré le transport de plus de 30 000 Congolais vers l'installation de réfugiés de Rwamwanja, à environ 350 kilomètres au nord de Nyakabande. Pour beaucoup de ceux qui fuient l'est de la RDC, Nyakabande était une lueur d'espoir et un havre de paix après avoir fui le conflit déchirant leur région d'origine. Les derniers combats au Nord-Kivu en novembre n'ont pas eu beaucoup d'impact, mais des personnes continuent à arriver chaque jour.

Nyakabande : Un havre de paix en Ouganda après avoir fui le conflit au Nord-Kivu

Les Congolais en Ouganda : de la fuite en exil au camp de réfugiés

Après trois années de paix relative, des violences ont à nouveau éclaté en République démocratique du Congo, dans la province du Nord-Kivu en avril 2012, ce qui a généré de nouveaux déplacements de population. Les combats dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu entre les forces gouvernementales et les combattants rebelles du mouvement M23 ont poussé des dizaines de milliers de civils congolais à chercher refuge de l'autre côté de la frontière en Ouganda, principalement dans le district de Kisoro. Beaucoup ont rejoint l'installation de Rwamwanja grâce aux convois organisés par le HCR. Ce site a été ouvert en avril dernier pour gérer l'afflux des réfugiés. À la fin 2012, il accueillait plus de 30 000 réfugiés. Chaque famille réfugiée se voit attribuer un carré de terrain pour y construire une maison et faire des plantations, afin d'encourager l'autosuffisance. Le HCR veut améliorer d'urgence les infrastructures de ce site et recherche des fonds supplémentaires.

Cette galerie de photos présente la vie à Rwamwanja d'une famille dirigée par Harerimana, âgé de 52 ans. La famille vivait à Bitwo, au Rutshuru. Elle s'est enfuie quand le village a été attaqué en juin dernier. Harerimana a été séparé de sa famille et il a passé cinq jours tout seul sur la route, avant de retrouver sa famille dans la forêt. Après deux semaines, ils ont traversé la frontière vers l'Ouganda et ils ont rejoint le centre de transit de Nyakabande. Ils se sont ensuite enregistrés pour être transférés vers Rwamwanja, où la famille élargie vit désormais sur deux parcelles de terrain.

Les Congolais en Ouganda : de la fuite en exil au camp de réfugiés