Le Chef du HCR déplore les pertes en vies humaines après un naufrage au large de l'Indonésie

Communiqués de presse, 19 décembre 2011

GENEVE, 19 décembre (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres est profondément attristé par les pertes en vies humaines après le naufrage d'une embarcation surchargée au large de Java, en Indonésie, samedi 17 décembre.

« On peut difficilement ne pas être ému par le lourd bilan humain que ce chavirage aurait causé », a indiqué António Guterres. « Maintes et maintes fois en 2011, nous avons vu sur toutes les mers de notre planète des personnes risquer leur vie pour trouver asile. Cette tragédie nous rappelle à nouveau que les personnes désespérées ont recours à des mesures désespérées. »

Lundi, selon les informations disponibles, environ 200 personnes, y compris beaucoup de femmes et d'enfants, étaient toujours portées disparues après le naufrage de samedi. Seulement quelques dizaines de passagers avaient pu être secourus. Les personnes se trouvant à bord étaient probablement des demandeurs d'asile.

Le HCR est prêt à apporter son aide au Gouvernement indonésien pour l'enregistrement et le traitement des dossiers des personnes secourues souhaitant déposer une demande d'asile. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés recherche actuellement à établir, parmi les passagers, si certains avaient déjà été enregistrés en tant que demandeurs d'asile ou s'ils avaient déjà obtenu le statut de réfugié.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie a rejoint le chef du HCR António Guterres sur l'île italienne de Lampedusa, pour y rencontrer des boat people ayant fui l'instabilité en Afrique du Nord.

Plus de 40 000 personnes, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile, ont traversé la mer Méditerranée à bord de bateaux bondés et ont débarqué sur la petite île de Lampedusa depuis le début de l'année.

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR se trouvait auparavant à Malte, où arrivent également des personnes ayant fui l'Afrique du Nord par la mer.

Angelina Jolie auprès des boat people à Malte et à Lampedusa

Appel à faire cesser le péril en mer pour les boat people

Plus tôt ce mois-ci, avec la côte italienne en vue, un bateau transportant des centaines de passagers a sombré au large de l'île de Lampedusa après une longue traversée depuis la Libye. Plus de 300 personnes, dont de nombreux enfants, se sont noyées et seulement 156 rescapés ont pu être sauvés. La tragédie a stupéfié par son lourd bilan, mais les tentatives restent vaines pour empêcher les gens d'entreprendre la traversée périlleuse et irrégulière de ce bras de mer dans leur tentative de rejoindre l'Europe. Beaucoup cherchent une vie meilleure en Europe, mais d'autres fuient la persécution dans des pays comme l'Erythrée et la Somalie. La Méditerranée n'est pas le seul théâtre de ces traversées éperdues. Des personnes désespérées fuyant la pauvreté, les conflits ou la persécution risquent leur vie pour traverser le golfe d'Aden en provenance de l'Afrique ; Les Rohingyas du Myanmar traversent la baie du Bengale à bord de frêles embarcations en quête d'un havre de paix ; Des ressortissants de différentes nationalités tentent de rejoindre l'Australie par bateau ; D'autres encore traversent les Caraïbes. L'exode des Vietnamiens par la mer durant les années 1970 et 1980 reste dans les mémoires. Les gouvernements doivent travailler ensemble pour réduire ces risques mortels. Ces photos, tirées des archives du HCR, rappellent le sort des boat people à travers le monde.

Appel à faire cesser le péril en mer pour les boat people