Un travailleur thaïlandais quitte un camp éthiopien avec l'aide du HCR

Articles d'actualité, 12 décembre 2011

© HCR/P.Rulashe
Buntha Mkewyu, un citoyen thaïlandais, est heureux après avoir quitté le camp éthiopien.

ASSOSA, Éthiopie, 12 décembre (HCR) Dans une région reculée de l'Éthiopie où vivent plus de 9000 réfugiés originaires de l'État du Nil bleu, on ne peut que remarquer la présence d'un homme particulier. Pendant des semaines, Buntha Mkewyu, âgé de 65 ans, a mangé, dormi et vécu aux côtés de ses amis soudanais dans le camp de réfugiés de Tongo, même si tous se demandaient ce qu'il faisait là.

Originaire de Thaïlande, Buntha Mkewyu ne pensait pas se retrouver dans un camp de réfugiés lorsqu'il est entré en 2007 au service d'une compagnie pétrolière dans la ville de Maganza (Nil bleu). Mais, en octobre 2011, il a été forcé de fuir devant l'escalade des combats entre les Forces armées soudanaises (FAS) et la faction Nord de l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS/N).

Dans le chaos, il a été recueilli par un groupe de soldats de l'APLS/N qui l'a conduit à Dinduro, à 40 kilomètres de là (toujours dans l'État du Nil Bleu), où l'un des soldats savait qu'une autre société étrangère était installée. Ils ont demandé au directeur du site de prendre soin de Mkewyu car, disaient-ils, leurs ennemis n'étaient pas les ressortissants étrangers.

Là, il a fait la rencontre de John Borl Akol, un Soudanais de 24 ans qui est rapidement devenu son ami et son traducteur. Comme Buntha Mkewyu ne parle pas anglais, il communiquait avec son ami par gestes et en utilisant les quelques bribes de la langue locale qu'il avait réussi à apprendre au Soudan. Avec un groupe de travailleurs indiens de Dinduro, il s'est rendu à Kourmouk pour s'éloigner le plus possible du conflit. Mais celui-ci n'a pas tardé à le rattraper lorsque des bombardements aériens ont frappé une ville voisine.

Buntha Mkewyu et ses compagnons ont cette fois décidé de fuir vers l'Éthiopie voisine. Contrairement à ses amis indiens qui ont pu demander de l'aide auprès de leur ambassade, il n'avait nulle part où aller, car la Thaïlande n'a pas de représentation officielle en Éthiopie. C'est alors qu'avec John Borl Akol et le reste de ses collègues soudanais, il a demandé protection et assistance à l'ARRA (Administration du gouvernement éthiopien chargée des réfugiés et des personnes rapatriées) et au HCR.

« En tant que ressortissant d'un pays tiers, Buntha Mkewyu n'est ni un demandeur d'asile, ni un réfugié, ni un apatride, ni une personne déplacée », a indiqué Nigora Kadirhodjaeval, chargée de protection du HCR. « Cependant, pour des raisons humanitaires, le HCR aide parfois des gens qui, normalement, ne relèvent pas de sa compétence. Nous l'avons admis dans le camp de réfugiés de Tongo afin qu'il puisse bénéficier des services offerts aux réfugiés. »

Buntha Mkewyu partageait une tente du HCR avec John Borl Akol, qui a expliqué : « Il ne demandait rien. Nos voisins nous ont invités à partager leur repas et ont vraiment tout fait pour s'assurer qu'on prenait bien soin de lui. Il était très digne malgré sa frustration et il participait à la préparation des repas et à la lessive. »

De nombreux coups de fil et courriels ont été échangés entre le HCR, l'ARRA, l'Organisation internationale pour les migrations, l'employeur de Buntha Mkewyu à Khartoum et les autorités thaïlandaises au Soudan et en Thaïlande afin de s'assurer que Mkewyu reçoive l'aide dont il a besoin en Éthiopie et afin de prendre les dispositions nécessaires pour son évacuation de Tongo.

Nigora Kadirhodjaeval, chargée de protection du HCR, s'est rendue à plusieurs reprises au camp de Tongo, situé à environ 120 kilomètres du bureau du HCR à Assosa, pour vérifier que Buntha Mkewyu ait les papiers nécessaires pour quitter Tongo et l'Éthiopie, mais aussi pour s'assurer qu'il allait bien.

« Nous n'avions aucune inquiétude », dit-elle avec un sourire. « Tout le monde, y compris ses voisins réfugiés, priait le HCR d'aider Buntha Mkewyu à rentrer chez lui, ne sachant pas que c'était justement ce que nous nous efforcions de faire. »

Le HCR a reçu le 24 novembre la nouvelle que tout le monde attendait. Le bureau de l'ARRA à Addis-Abeba avait autorisé sa sortie du camp et son évacuation vers la capitale. Nigora Khadirhodjaeva a choisi d'annoncer cette bonne nouvelle en personne. « La route m'a semblé interminable », raconte-t-elle. « J'étais si impatiente de lui dire et de voir sa réaction ! »

À l'annonce de la nouvelle, Buntha Mkewyu est resté impassible. Mais son soulagement et son bonheur étaient perceptibles à la façon dont il baissa la tête et joignit ses mains devant son visage. Alors que John Borl Akol et ses voisins le félicitaient, il a esquissé un sourire et a étreint son ami, conscient qu'il s'agissait des dernières heures qu'ils passeraient ensemble.

Buntha Mkewyu a demandé à John Borl Akol de traduire un dernier message : « Il tient à remercier tout le monde, ceux qui l'ont aidé à trouver refuge, le Gouvernement éthiopien, les réfugiés de Tongo et toutes les organisations qui ont travaillé ensemble pour parvenir à ce résultat. »

Malgré sa tristesse de voir son ami s'en aller, John Borl Akol a déclaré : « Je suis content pour lui. Le conflit au Soudan ne le regardait pas. Il était au mauvais endroit au mauvais moment. Il va me manquer, mais je serai heureux de lui dire au revoir lorsqu'il entreprendra la première étape de son voyage de retour vers la Thaïlande. »

Par Pumla Rulashe à Assosa, en Éthiopie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Nouvelles arrivées en Ethiopie

La contrée isolée de Dolo Ado devient le refuge de quelque 10 000 Somaliens fuyant la violence dans leur pays.

Depuis le début de l'année, environ 10 000 Somaliens ont traversé la frontière en quête de refuge et ils sont arrivés à Dolo Ado, un lieu isolé, brûlé par le soleil et situé au sud-est de l'Ethiopie - où les habitants sont majoritairement de l'ethnie somali. La plupart ont fui l'insécurité après le retrait des troupes éthiopiennes du centre et du sud de la Somalie et la reprise de ces régions par des insurgés. Au pic de l'afflux au début du mois de février 2009, quelque 150 personnes franchissaient la frontière chaque jour. En réponse à cette situation, une équipe d'urgence du HCR a été envoyée sur place pour aider à gérer un centre de transit à Dolo Ado. De plus, le HCR a fait parvenir des convois contenant des articles de secours, y compris des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des bâches en plastique. Les efforts humanitaires sont coordonnés avec d'autres agences des Nations Unies et des ONG pour assurer que les besoins sont satisfaits. Bien que de nombreux Somaliens déplacés à l'intérieur du sud et du centre de la Somalie ont commencé à rentrer, principalement vers Mogadiscio, de nombreux Somaliens restent à Dolo Ado car ils ont besoin de protection. Etant donné les faibles perspectives de rapatriement dans un avenir proche, un nouveau camp est actuellement en cours de préparation et les cas des réfugiés sont maintenant examinés.

Nouvelles arrivées en Ethiopie

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Ethiopie : Arrivée à AssosaPlay video

Ethiopie : Arrivée à Assosa

Zenab vivait dans le village de son mari dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan, avant qu'il n'ait été attaqué. Elle a perdu trois frères et a ensuite traversé une épreuve difficile lors du voyage vers l'Ethiopie avec ses enfants.