Apatridie : Plus de 3 000 apatrides ont obtenu la nationalité turkmène

Articles d'actualité, 7 décembre 2011

© HCR/B.Baloch
Une femme apatride arbore fièrement son nouveau passeport turkmène lors d'une cérémonie le mois dernier à Achkhabat.

DASHOGUZ, Turkménistan, 7 décembre (HCR) Dès qu'elle a obtenu ses documents de citoyenneté, Guljahan Egenova a commencé à penser à la nouvelle vie qui l'attend. « Je suis fière », a déclaré la jolie jeune femme de 24 ans au cours d'une cérémonie qui s'est tenue récemment à Dashoguz, une ville au nord du Turkménistan.

Elle était apatride depuis 1995, lorsque ses parents se sont installés au Turkménistan. « Avec ma nouvelle citoyenneté, j'ai le droit de poursuivre des études supérieures, j'ai le droit de voter et je pourrai voyager librement », dit la jeune femme avec un grand sourire.

Guljahan était l'une des 20 000 personnes enregistrées comme apatrides lors de deux opérations menées par le Gouvernement turkmène et le HCR depuis 2007. Plus de 3 000 d'entre elles ont obtenu la citoyenneté turkmène en vertu de deux décrets présidentiels adoptés au début de l'année.

La plupart de ceux ayant été enregistrés étaient apatrides depuis l'éclatement de l'Union soviétique en 1991. Ils provenaient, entre autres, de l'Arménie, de l'Azerbaïdjan, de la Moldavie, de la Fédération de Russie, du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan. Sans citoyenneté, les droits élémentaires que la plupart des gens tiennent pour acquis n'étaient pas à leur portée.

Le mois dernier, le Service national des migrations du Turkménistan a organisé dans la capitale, Achkhabat, et à Dashoguz des cérémonies de remise de passeport pour certains de ces nouveaux citoyens. Tandis que les hommes et les femmes s'avançaient pour recevoir leurs nouveaux documents de voyage, des jeunes filles en robes brodées traditionnelles portant un chapeau rond coloré leur offraient des bouquets de fleurs.

Certains avaient été enregistrés comme apatrides durant la dernière campagne d'enregistrement menée par le gouvernement de mai à juillet. Plus de 20 équipes formées de fonctionnaires turkmènes, de membres du personnel du HCR et d'une organisation non gouvernementale locale, Keik Okara, ont sillonné le pays et enregistré quelque 8 000 personnes. En 2007, environ 5 000 personnes ont été enregistrées comme apatrides. Pas moins de 7 000 enfants de moins de 18 ans ont aussi été enregistrés comme apatrides avec leurs parents.

L'exercice de cette année avait été précédé par une campagne d'information massive dans les cinq provinces du Turkménistan. Après chacune des campagnes d'enregistrement, les autorités turkmènes ont procédé à une vérification approfondie pour s'assurer que les individus n'étaient pas ressortissants d'un autre pays, et qu'ils étaient apatrides.

Le Président turkmène Gurbanguly Berdimuhamedov a émis des décrets en juillet et octobre 2011 afin d'accorder la citoyenneté turkmène à plus de 3 000 personnes dont l'apatridie avait été vérifiée. On s'attend à ce que davantage de personnes encore obtiennent leur citoyenneté une fois leur statut d'apatride vérifié.

Batyr Sapbiyev, chargé de protection du HCR à Achkhabat, a remercié le gouvernement pour ce « geste humanitaire remarquable » et il a ajouté que « ce travail continue, car il y a encore des demandes de citoyenneté de la part de personnes apatrides. » Des centres d'aide juridique financés par le HCR à Achkhabat et dans les provinces ont été établis.

Elviva Oranzur, une mère de deux enfants, est parmi ceux qui ont demandé la citoyenneté turkmène. Pour elle, être apatride c'est comme « être en cage ou enfermé dans une boîte. On ne peut pas faire enregistrer son mariage. Si je veux étudier, je ne peux pas. On a l'impression de n'être personne », a-t-elle indiqué au HCR à Achkhabat.

La jeune femme de 25 ans est née en Russie en 1986 de mère russe et de père turkmène. La famille s'est installée au Turkménistan un an plus tard, mais son père est retourné en Russie et a disparu de leur vie. Lorsque l'Union soviétique a éclaté en 1991, Elviva et ses deux frères sont devenus apatrides.

Mais maintenant son rêve d'obtenir la citoyenneté semble sur le point de se concrétiser. « La première chose que je voudrais faire, ce serait de faire enregistrer mon mariage », dit-elle, en ajoutant : « J'en serais d'autant plus heureuse que mes enfants pourraient ainsi obtenir leur citoyenneté. »

Le Turkménistan concrétisera parallèlement son engagement à aider les personnes apatrides en adhérant mercredi à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides. Cet événement se déroulera dans le cadre d'une conférence ministérielle historique organisée par le HCR à Genève.

Par Babar Baloch à Dashoguz, au Turkménistan

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les apatrides

Des millions d'apatrides sont pris au piège dans un vide juridique, avec des droits fondamentaux limités.

Réunion ministérielle des Etats parties aux Conventions

La plus importante réunion jamais organisée par le HCR sur les réfugiés et les apatrides.

À la frontière : bloqués à Saloum

Suite à l'éclatement de violence en Libye au mois de février 2011, des dizaines de milliers de personnes ont afflué en Égypte, au poste frontalier de Saloum. Si la plupart d'entre eux étaient égyptiens, près de 40 000 ressortissants de pays tiers se sont également présentés à la frontière où ils ont dû attendre leur rapatriement. Aujourd'hui, alors que cela fait déjà plusieurs mois que l'actualité sur cette région ne fait plus la une, plus de 2 000 personnes y vivent toujours. Composé principalement de jeunes Soudanais célibataires, ce groupe compte également des femmes, des enfants, des malades et des personnes âgées, qui attendent qu'une solution leur soit trouvée. Même si la vaste majorité d'entre eux seront sans doute réinstallés dans des pays tiers, cela ne sera ni le cas de ceux arrivés après octobre ni de ceux qui se sont vu refuser le statut de réfugié. Du côté égyptien de la frontière, les conditions de vie sont difficiles. Un terrain a été choisi pour accueillir un nouveau camp. Travaillant en étroite collaboration avec les autorités frontalières, le HCR joue un rôle vital en apportant protection et assistance aux réfugiés.

À la frontière : bloqués à Saloum

L'apatridie à Sri Lanka : les « Tamouls des collines »

À Sri Lanka, le pittoresque « pays des collines » est parsemé de centaines de plantations de thé. La plupart des gens qui y travaillent sont des descendants de Tamouls venus d'Inde entre 1820 et 1840, à l'époque où l'île était une colonie britannique. Les « Tamouls des collines » ont contribué, dans des proportions considérables, à la prospérité économique de Sri Lanka pendant près de deux siècles ; pourtant, jusqu'à une époque très récente, la législation draconienne du pays sur la nationalité rendait leur accession à la citoyenneté presque impossible. Dépourvus de papiers, ils ne pouvaient voter, travailler dans la fonction publique, ouvrir un compte en banque ou voyager librement.

Par le passé, les Tamouls des collines ont fait l'objet d'un certain nombre d'accords bilatéraux qui leur donnaient la possibilité d'opter pour la nationalité sri-lankaise ou la nationalité indienne. Cependant, selon les estimations, il y avait encore 300 000 apatrides d'origine indienne dans l'île en 2003.

La situation s'est très sensiblement améliorée lorsque le Parlement a voté, en octobre de la même année, une loi accordant la nationalité aux personnes d'origine indienne établies à Sri Lanka depuis 1964, ainsi qu'à leurs descendants. Le HCR, les pouvoirs publics et des organisations locales ont mené une campagne pour informer les Tamouls des collines de la publication de la loi et des démarches à accomplir pour acquérir la nationalité. À la fin de l'année 2003, plus de 190 000 apatrides ont obtenu la nationalité sri-lankaise en dix jours - une extraordinaire réussite, qui s'inscrit dans l'effort mené à l'échelle mondiale pour réduire les cas d'apatridie.

De plus, en 2009, le parlement a amendé la réglementation existante, afin d'accorder la nationalité aux personnes qui se sont réfugiées en Inde pour échapper au conflit qui sévissait à Sri Lanka et qui vivent actuellement dans des camps. Il est donc plus facile aux réfugiés de regagner leur pays s'ils le souhaitent.

L'apatridie à Sri Lanka : les « Tamouls des collines »

L'apatridie au Bangladesh : Les Biharis

Le sort des Biharis, dont les ancêtres ont rejoint le Bangladesh depuis l'Inde suite à l'indépendance et à la partition du sous-continent indien en 1947, est lié à la séparation du Bangladesh et du Pakistan. L'est du Pakistan est devenu l'Etat indépendant du Bangladesh en 1971. Alors que de nombreux Biharis ourdouphones ont été transférés au Pakistan, près de 300 000 autres sont restés au Bangladesh. Pendant de nombreuses années, leurs droits en tant que citoyens n'ont pas été reconnus. Un grand nombre d'entre eux vivaient dans des camps et des zones d'installation spontanées et, de ce fait, ils n'avaient qu'un accès limité à l'éducation et ils éprouvaient des difficultés à trouver du travail.

En 2008, une décision de principe de la Haute Cour bangladaise a accordé la citoyenneté bangladaise aux ourdouphones. Le gouvernement a accordé le droit de vote aux adultes juste à temps avant les élections générales de décembre 2008 et leur a délivré des cartes d'identité nationale. Aujourd'hui cette population demeure une minorité linguistique ayant besoin de logements décents et d'un meilleur accès à l'emploi.

On compte environ 12 millions d'apatrides à travers le monde. Ces individus sont pris au piège d'un vide juridique et bénéficient d'un accès limité aux droits fondamentaux.

L'apatridie au Bangladesh : Les Biharis