16 Journées d'action : Des couples en RDC résistent à la stigmatisation liée au viol

Articles d'actualité, 30 novembre 2011

© HCR/S.Schulman
Une femme de retour chez elle avec un fagot de bois de chauffe dans l'est de la République démocratique du Congo. La violence contre les femmes est une menace très concrète dans cette région.

KAVUMU, République démocratique du Congo, 30 novembre (HCR) Le viol est répandu dans les régions de l'est de la République démocratique du Congo mais, pour de nombreuses femmes, les conséquences sont souvent pires que l'acte lui-même.

En plus du traumatisme et d'autres problèmes de santé, les victimes sont rejetées par leur mari et leur famille. Elles sont perçues comme dangereusement souillées et, en quelque sorte, responsables de ce qui leur est arrivé. Bon nombre d'entre elles sont déplacées dans la région très instable de l'Est, subissant traumatisme sur traumatisme, horreur après horreur.

« Je ne pouvais pas vivre avec une personne violée par des Interamwe », déclare Simon*, 29 ans. Sa femme Angélique* a été violée il y a près de quatre ans par un groupe de miliciens, la plupart d'origine hutue, alors qu'elle rentrait d'un marché dans la province du Sud-Kivu. Il était plus inquiet d'être infecté par le VIH que du bien-être de sa femme de 35 ans.

Jean-Paul, 50 ans, s'est retrouvé dans une situation très confuse après le viol de sa femme de 49 ans, Sylvie*, alors qu'il avait été forcé de regarder la scène. « J'étais stressé, traumatisé. Ce n'était plus comme avant. Il y avait une autre odeur dans la maison », affirme-t-il. Il a décidé de quitter la maison familiale. Il explique au HCR : « Je ne pouvais pas avoir des relations sexuelles avec une femme qui avait été violée. » Il lui était très difficile de parler de cette épreuve.

Des histoires semblables, on en retrouve dans de nombreux villages de l'Est. Toutefois, dans un petit nombre de cas, les couples parviennent à se retrouver grâce à l'aide d'un projet dirigé par une organisation locale d'aide humanitaire appelée CAMPS (Centre d'assistance médico-psychosociale). Le HCR appuie cette petite agence qui travaille à prévenir la violence sexuelle et sexiste dans l'est de la République démocratique du Congo et apporte une aide aux victimes, qu'elles soient déracinées ou non.

Simon et Angélique, Jean-Paul et Sylvie font partie de ceux qui ont repris leur vie à deux avec l'aide de l'ONG CAMPS. Mais la réconciliation est un processus lent, difficile et pratiquement impossible si la femme est atteinte du VIH ou se retrouve enceinte.

Angélique revenait avec 15 autres femmes d'une ville voisine où elles s'étaient rendues pour vendre des fruits et des légumes frais de leur jardin, lorsqu'elles ont été attaquées. Elle a ressenti une telle honte après le viol qu'elle a passé une semaine à errer dans la forêt avant de revenir la maison.

« Je n'ai rien dit à mon mari. Je suis allée me mettre au lit, j'étais malade, je ne parlais pas, je ne mangeais plus », confie Angélique, des larmes coulant sur son visage. Simon a été informé peu après mais, plutôt que de lui témoigner de la compassion, comme cette mère de quatre enfants le déplore : « Il a pris toutes mes affaires et m'a jetée dehors. Il m'a dit que j'étais malade, que j'avais le VIH. » Elle a cherché refuge auprès de sa famille, mais son père et ses enfants se sont montrés aussi distants que son mari. « Je me demandais où je pourrais trouver du poison pour me suicider », avoue-t-elle. Seule sa mère est revenue sur sa décision et l'a hébergée.

C'était un cas typique pour le CAMPS. Son personnel enquête sur des affaires de viol et tente de sensibiliser les hommes qui ont rejeté leur femme, en tentant de les inciter à les voir comme des victimes. Leur travail porte ses fruits : sur les 800 couples ayant bénéficié d'une aide psychologique depuis janvier 2011, 400 se sont réconciliés.

Simon était séparé d'Angélique depuis plus de trois ans lorsqu'il a reçu l'appel, mais il n'était pas intéressé. « J'étais à la maison lorsque j'ai vu des gens arriver. C'était le CAMPS. Ils voulaient me parler de ma femme et je leur ai dit qu'elle devrait aller vivre avec son homme dans la forêt », se rappelle-t-il.

Malgré son amertume et sa vive réaction, il a tout de même accepté de participer aux séances d'aide psychologique du CAMPS. Des discussions avec le personnel et avec d'autres maris ayant accepté le retour de leur femme lui ont finalement fait changer d'avis. Il affirme maintenant qu'il sait que sa femme n'était coupable de rien. Angélique est toujours hantée par l'attaque. Elle a pleuré tout au long de l'entrevue. « Je suis souvent malade. Si une personne court derrière moi, je commence aussi à courir. »

Simon et Angélique se sont retrouvés depuis huit mois et assurent qu'ils vivent en harmonie. Mais certaines choses ont changé. « Je lui interdis de vendre ses produits au marché. Elle doit rester à la maison », insiste Simon. Mais les ventes au marché constituaient un revenu essentiel et la famille lutte désormais pour joindre les deux bouts.

L'exemple de ses pairs a également motivé Jean-Paul à reprendre une vie commune avec sa femme. « D'autres hommes sont revenus avec leur femme et cela m'a aidé », reconnaît-il. Mais comme pour Simon, le facteur décisif a été d'apprendre que sa femme était séronégative.

Bagalwa Dieudonné, un psychologue chevronné du CAMPS, précise qu'il est rare qu'un couple se réconcilie lorsque la femme est séropositive. Il mentionne un cas où l'amour semblait vaincre tous les obstacles, tout en soulignant qu'ils n'ont plus de relations sexuelles. Dans la société patriarcale, les hommes refusent toujours de porter des préservatifs. La moitié de la bataille consiste d'abord à changer les attitudes.

Par Céline Schmitt au Sud-Kivu, République démocratique du Congo

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Femmes

Les femmes et les jeunes filles sont tout spécialement vulnérables aux abus dans des situations de déplacement massif.

Plaidoyer

Plaider pour la cause des réfugiés constitue une part importante des activités menées par le HCR pour protéger les populations relevant de sa compétence.

Manuel du HCR pour la protection des femmes et des filles

Ce guide décrit certains des défis en matière de protection auxquels sont confrontées les femmes et les filles relevant de la compétence du HCR et esquisse diverses stratégies devant être adoptées avec les partenaires pour relever ces défis. Première édition, publiée en janvier 2008.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

Turquie : Fuir la violence  Play video

Turquie : Fuir la violence

Le témoignage d'un civil qui a fui avec sa famille en Turquie, un pays qui accueille près de 90 000 réfugiés syriens dans 13 camps.
Mexique : Fuir la violence des gangsPlay video

Mexique : Fuir la violence des gangs

Des dizaines de milliers de personnes, victimes de la violence des gangs, fuient chaque année vers le Mexique en quête de protection.
Kirghizistan : Un an aprèsPlay video

Kirghizistan : Un an après

Il y a un an, lors de l'éruption de violence au Kirghizistan, Saliya et sa famille se sont cachés dans la cave de leur maison durant trois jours, alors que les combats faisaient rage. Aujourd'hui la vie revient lentement à la normale.