Le mauvais temps et le conflit aggravent la situation des civils en Somalie

Points de presse, 11 novembre 2011

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 11 novembre 2011 au Palais des Nations à Genève.

La poursuite du conflit et le mauvais temps en Somalie aggravent encore la situation humanitaire déjà désastreuse. Notre personnel se trouvant dans la ville frontalière de Dobley au sud-ouest du pays nous indique que le nombre de réfugiés traversant vers le Kenya est en baisse. Les pluies ont rendu les routes impraticables et la crainte d'être pris dans le conflit sont les deux principales raisons citées.

La ville de Dobley est située à 18 kilomètres de la frontière et les arrivées continuent. Les arrivants expliquent à notre personnel qu'ils avaient fui car une rumeur annonçait des affrontements militaires imminents dans la zone. Il y a également des menaces de retour forcé par al Shabaab vers leurs villages d'origine. Le week-end dernier, six camions transportant près de 180 personnes déplacées depuis le district d'Afgooye, qui venaient pour la plupart du camp de déplacés K50, sont arrivés à Dobley après avoir voyagé 27 jours par des routes inondées. Les arrivants ont indiqué avoir reçu l'ordre d'Al Shabaab de retourner chez eux dans leurs fermes mais ils ont décidé de se rendre à Dobley en quête d'une aide humanitaire.

A Mogadiscio, le HCR, conjointement avec d'autres agences partenaires, finalise une évaluation de la situation des déplacés dans la capitale somalienne. L'évaluation a pour objectif de cartographier la présence d'installations de déplacés et d'obtenir des données de base relatives à la démographie et à la taille des ménages. Les coordonnées GPS de toutes les installations dans 14 des 16 quartiers ont été enregistrées (deux n'étaient pas accessibles pour des raisons de sécurité) et une étude de 7 000 ménages a été menée par plus de 500 agents de recensement. Selon les résultats préliminaires, il y a près de 300 installations de déplacés de tailles diverses, l'exploration GPS de deux autres quartiers de la ville restant encore à être effectuée. Des informations chiffrées sur l'ampleur de la population déplacée à Mogadiscio seront présentées aux responsables du Gouvernement fédéral de transition à Mogadiscio la semaine prochaine, avant d'être communiquées à la communauté humanitaire.

Parallèlement, à Nairobi, un rapport du HCR a été publié hier. Il passe en revue les dommages causés aux civils par le conflit militaire et les moyens d'y répondre. Le rapport a été préparé par l'ONG internationale CIVIC à partir de plus de 100 entretiens avec des civils somaliens, des agences humanitaires, les Nations Unies, les donateurs internationaux et le personnel d'AMISOM entre février et juillet, à Mogadiscio, au complexe des camps de réfugiés de Dadaab et parmi les diasporas somaliennes à travers le monde. Le rapport 'Civilian Harm in Somalia: Creating an Appropriate Response' se concentre sur l'assistance aux civils affectés par le conflit. Il n'y a actuellement aucune obligation juridique pour les parties au conflit de présenter des réparations aux civils affectés par des opérations militaires.

Le HCR souligne l'impératif moral de l'indemnisation des civils dans le cadre d'activités militaires portant atteinte à la vie, à l'intégrité physique, à la liberté des personnes ainsi qu'aux biens. Nous exhortons également les donateurs à fournir le soutien financier nécessaire pour la mise en œuvre des recommandations listées dans ce rapport et qu'une politique efficace sur l'indemnisation puisse être élaborée par l'AMISOM.

Parmi les recommandations de ce rapport de 60 pages figure l'établissement d'un mécanisme pour suivre, analyser, enquêter et répondre à tous les dommages causés aux civils. Le rapport appelle également toutes les parties au conflit en Somalie à cesser immédiatement les attaques visant les civils et les agences humanitaires.

Pour davantage d'information à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Nairobi, Kenya (bureau du HCR pour la Somalie) : Andy Needham, portable +254 733 120 931
  • (bureau régional du HCR) : Vivian Tan, portable +254 735 337 608
  • A Genève :Andrej Mahecic, portable : +41 79 200 76 17
• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

Pendant deux décennies de conflit et de chaos en Somalie, Mohammed Ousman est resté à Mogadiscio où il enseignait l'art alors que d'autres fuyaient le pays. Mais la vie est devenue impossible pour continuer le travail de création artistique, après que des militants d'Al Shabaab aient tué son frère. Quatre de ses neuf enfants ont également été assassinés. Mohammed a fermé sa « Picasso Art school » et il a épousé la veuve de son frère, selon la coutume somalienne. Toutefois, sans emploi, cet homme de 57 ans luttait pour subvenir aux besoins de ses deux familles et, finalement, il lui en a coûté sa première famille. Mohammed a décidé de partir, il a pris l'avion vers Berbera au Somaliland à la fin 2011 puis il a traversé vers le camp de réfugiés d'Aw Barre en Ethiopie, où il a rejoint sa seconde épouse et ses cinq enfants. Le HCR a transféré Mohammed et sa famille à Addis-Abeba pour des raisons de protection, en pensant qu'il pourrait mieux y gagner sa vie en exerçant son art. Mais il découvre que la vente de peintures et de dessins peut être difficile. Il compte sur le soutien du HCR. Les images de l'artiste et sa famille ont été prises par Kisut Gebre Egziabher du HCR.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

La lauréate 2012 de la distinction Nansen pour les réfugiés est Mme Hawa Aden Mohamed, ex-réfugiée dont l'oeuvre visionnaire a changé la vie de Somaliennes de tout âge. Celle que beaucoup appellent « maman Hawa » a fondé et dirige un ambitieux programme d'éducation à Galkayo, en Somalie, dont l'objet est d'aider ces femmes à affirmer leurs droits, à acquérir d'indispensables compétences et à renforcer leur rôle social. Cette galerie de photos présente les activités de « maman Hawa » au Centre d'éducation de Galkayo pour la Paix et le développement, où des déplacées internes peuvent apprendre à lire, suivre une formation professionnelle et aussi recevoir une aide humanitaire, notamment sous forme de nourriture.

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Plus de 800 personnes ont participé à la cérémonie annuelle de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés à Genève le 1er octobre 2012. La lauréate de cette année, Hawa Aden Mohamed, est somalienne. Elle n'a pas pu se joindre à la cérémonie pour des raisons de santé, mais elle avait enregistré un message vidéo. En l'absence de l'ex-réfugiée, le Haut Commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, a remis la distinction à sa soeur, Shukri Aden Mohamed.

L'humanitaire de 63 ans, éducatrice et défenseur des droits de la femme, plus connue sous le nom de « Maman Hawa », a été honorée pour son dévouement inlassable - dans des conditions extrêmement difficiles - pour aider les réfugiés et les déplacés, principalement des femmes et des jeunes filles mais aussi de jeunes garçons.

Elle a surtout été reconnue - en tant que co-fondatrice du Centre d'éducation de Galkayo pour la paix et le développement en Somalie dans la région de Puntland - pour avoir aidé des milliers de femmes et de jeunes Somaliennes déplacées, beaucoup d'entre elles ayant été victimes de viol. Le centre assure l'enseignement secondaire ainsi que l'apprentissage de l'autonomie.

Durant la cérémonie de remise, les spectacteurs ont entendu une allocution de la militante pour la paix libérienne, Leymah Gbowee, co-lauréate du prix Nobel de la paix 2011. Une vidéo a été diffusée en l'honneur de Mama Hawa. La cantatrice soprano et Ambassadrice honoraire à vie auprès du HCR, Barbara Hendricks, et le musicien suisse, Bastian Baker ont interprêté des morceaux musicaux.

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.