Des milliers de déplacés somaliens affectés par les fortes pluies dans la région

Points de presse, 4 novembre 2011

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahečić à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 4 novembre 2011 au Palais des Nations à Genève.

Des milliers de déplacés somaliens ont été affectés par de lourdes pluies et des inondations dans certaines régions de la Somalie, du Kenya et de l'Ethiopie.

A Mogadiscio, la capitale somalienne, les pluies ont inondé les abris de quelque 2800 personnes dans le camp de déplacés de Sigale. En réponse, le HCR a distribué 4500 kits d'assistance contenant des bâches en plastique, des piquets, des seaux en plastique et du savon. Davantage de distributions sont prévues dans les camps de déplacés les plus affectés.

Les pluies diluviennes ont également perturbé le système de transport et ralenti le rythme du déplacement interne en Somalie. Néanmoins, nous observons toujours des mouvements de population. La semaine dernière, plus de 2200 personnes se sont déplacées depuis Afgooye et Daynile, au nord de Mogadiscio, vers des régions plus au sud de la capitale dans le district de Banadir. Des personnes ont indiqué qu'elles fuient l'insécurité générale, alors que d'autres essayent de retourner dans leur région d'origine par anticipation d'une dégradation de la sécurité.

Dans le complexe des camps de réfugiés de Dadaab au Kenya, quelque 5000 réfugiés dans les camps d'Ifo 2 East et West ont perdu leur maison qui a été emportée par les inondations. Le HCR et ses partenaires les ont transportés dans des parties qui n'ont pas été touchées par les inondations dans les camps, leur donnant des couvertures et des matelas parallèlement à des travaux de drainage dans les zones inondées.

Les pluies ont également entravé l'accès par la route dans certaines parties du camp et ont endommagé des latrines. Nous observons une hausse inquiétante des cas de diarrhée et une détérioration générale de la santé des réfugiés, avec environ 600 personnes venant chaque jour dans les dispensaires. Dans le cadre des efforts pour contenir une épidémie, nous avons débuté des campagnes de sensibilisation pour encourager les réfugiés à se laver les mains, à faire bouillir l'eau et à boire seulement de l'eau potable.

Des réfugiés en nombre plus limité arrivent à Dadaab, du fait des précipitations et de l'insécurité croissante dans la région frontalière entre le Kenya et la Somalie. Des équipes de surveillance ont identifié de récents arrivants vivant chez des proches dans les camps.

Dans la région de Dolla Ado en Ethiopie, il y a eu davantage de réfugiés arrivés le mois dernier par rapport aux deux mois précédents. Avec plus de 8800 nouveaux arrivants, le mois d'octobre arrive au quatrième rang dans le nombre d'arrivées cette année après les mois de juin, de juillet et de mai. Les arrivées récentes ont eu lieu durant la première quinzaine d'octobre, probablement du fait des pénuries alimentaires et de l'insécurité croissante dans la région de Gedo en Somalie. Ces deux dernières semaines, les pluies et les routes inondées ont ralenti ces mouvements.

Les quatre camps à Dollo Ado ont désormais atteint leur pleine capacité d'accueil. La construction d'un cinquième camp, Buramino, devrait être achevée d'ici deux semaines. Parallèlement, quelque 6000 récents nouveaux arrivants vivent temporairement dans un centre de transit, où ils reçoivent un abri, des vivres, de l'eau et des soins de santé.

Cette année, quelque 330 000 Somaliens ont déjà fui la sécheresse et l'insécurité en quête d'un refuge dans les pays voisins, au Kenya, en Ethiopie, au Yémen et à Djibouti. Alors que les récentes précipitations dans ces régions pourraient améliorer la situation dans les régions affectées par la sécheresse, il est peu probable qu'elles diminuent la famine à moins que des activités agricoles puissent reprendre avec des conditions de sécurité améliorées.

Pour de plus amples informations, veuillez svp contacter :

  • A Dollo Ado, Ethiopie : Stiofainin Nic Iomhaird, portable +252 618 017 852
  • A Dadaab, Kenya : Sonia Aguilar, portable +254 705 253 292
  • A Nairobi, Kenya (bureau pour la Somalie) : Andy Needham, portable +254 733 120 931
  • (bureau pour le Kenya) : Emmanuel Nyabera, portable +254 733 995 975
  • (bureau régional) : Vivian Tan, portable +254 735 337 608
    Needa Jehu-Hoyah, portable +254 734 564 018
• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Nouvelles arrivées en Ethiopie

La contrée isolée de Dolo Ado devient le refuge de quelque 10 000 Somaliens fuyant la violence dans leur pays.

Depuis le début de l'année, environ 10 000 Somaliens ont traversé la frontière en quête de refuge et ils sont arrivés à Dolo Ado, un lieu isolé, brûlé par le soleil et situé au sud-est de l'Ethiopie - où les habitants sont majoritairement de l'ethnie somali. La plupart ont fui l'insécurité après le retrait des troupes éthiopiennes du centre et du sud de la Somalie et la reprise de ces régions par des insurgés. Au pic de l'afflux au début du mois de février 2009, quelque 150 personnes franchissaient la frontière chaque jour. En réponse à cette situation, une équipe d'urgence du HCR a été envoyée sur place pour aider à gérer un centre de transit à Dolo Ado. De plus, le HCR a fait parvenir des convois contenant des articles de secours, y compris des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des bâches en plastique. Les efforts humanitaires sont coordonnés avec d'autres agences des Nations Unies et des ONG pour assurer que les besoins sont satisfaits. Bien que de nombreux Somaliens déplacés à l'intérieur du sud et du centre de la Somalie ont commencé à rentrer, principalement vers Mogadiscio, de nombreux Somaliens restent à Dolo Ado car ils ont besoin de protection. Etant donné les faibles perspectives de rapatriement dans un avenir proche, un nouveau camp est actuellement en cours de préparation et les cas des réfugiés sont maintenant examinés.

Nouvelles arrivées en Ethiopie

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Ce week-end, l'UNHCR a commencé, avec l'aide de l'armée américaine, le largage aérien d'urgence d'environ 200 tonnes de biens de secours destinés aux milliers de réfugiés affectés par de graves inondations dans les camps de réfugiés de Dadaab au nord du Kenya.

Ces largages aériens offrent un spectacle impressionnant. Un avion cargo C-130 a largué, à chaque rotation, 16 tonnes de bâches en plastique, de moustiquaires, de tentes et de couvertures, au-dessus d'un site préalablement évacué de toute présence humaine et animale. Des réfugiés ont ensuite chargé le matériel dans des camions pour l'acheminer vers les camps.

Dadaab, un complexe de trois camps accueillant quelque 160 000 réfugiés, principalement originaires de Somalie, a été coupé du monde par un mois de fortes pluies qui ont emporté la seule route permettant de relier les camps isolés depuis la capitale kenyane, Nairobi. Le transport aérien s'est avéré la seule solution pour faire parvenir les secours vers les camps.

L'UNHCR a transféré 7 000 réfugiés parmi les plus touchés depuis Ifo vers le camp d'Hagadera, à quelque 20 kilomètres plus loin. 7 000 autres réfugiés ont été transférés vers un nouveau site, appelé Ifo 2, situé plus en altitude.

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.