Le HCR débute un pont aérien d'urgence vers l'est de la Turquie

Points de presse, 28 octobre 2011

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 28 octobre 2011 au Palais des Nations à Genève.

En réponse à l'appel à l'aide du Croissant-Rouge turc mardi, la première rotation d'un pont aérien humanitaire du HCR sur un total de quatre rotations pour aider les victimes du séisme dévastateur dans l'est de la Turquie devrait atterrir à Erzurum ce soir (vendredi 28 octobre). L'avion-cargo Iliouchine 76 transportera à son bord 37 tonnes de biens de secours du HCR depuis notre entrepôt de matériel d'aide d'urgence situé à Dubaï. Les trois prochains vols sont prévus pour arriver à Erzurum samedi, dimanche et lundi.

Chaque vol transportera environ 500 tentes et 10 000 couvertures. Avec les ressources dont nous disposons déjà en Turquie, notre réponse humanitaire immédiate à la situation d'urgence pour les victimes du séisme comprend 4000 tentes, 50 000 couvertures et 10 000 matelas. Le matériel livré par avion-cargo sera chargé dans des camions et acheminé immédiatement vers Van et dans les environs pour être distribué. Notre réponse s'effectue dans le cadre d'un effort concerté de l'équipe des Nations Unies dans le pays.

L'impact réel du séisme est actuellement en cours d'évaluation. La population de la seule ville de Van s'élève à plus de 400 000 personnes, dont beaucoup ont perdu leur maison. Des centaines de bâtiments se sont effondrés et des milliers d'autres ne peuvent plus être habités. Les besoins en abri sont immenses. Plus de 25 000 tentes ont déjà été distribuées par les autorités et, en plus de ce matériel, le Gouvernement turc a demandé 40 000 tentes équipées pour les conditions hivernales et 40 000 abris temporaires.

Le HCR est présent à Van depuis 1995. Lorsque le séisme a frappé cette région dimanche, nos équipes sur le terrain venaient en aide à plus de 2000 réfugiés et demandeurs d'asile vivant sur place. Nous n'avons pour le moment aucune information sur le bilan parmi ces deux groupes, mais beaucoup ont perdu leur logement et leurs possessions. Notre personnel, qui s'est porté volontaire pour rester à Van, travaille étroitement avec les autorités turques qui mènent les interventions de recherche et de sauvetage ainsi que l'effort humanitaire dans son ensemble.

Pour appuyer les efforts humanitaires menés par les autorités, notre opération en Turquie déploie des équipes supplémentaires pour la protection qui arrivent demain à Van pour venir en aide aux réfugiés et aux demandeurs d'asile sur la façon d'accéder à l'aide humanitaire et pour identifier les besoins spécifiques qu'ils pourraient avoir y compris la possibilité d'un transfert pour les personnes les plus vulnérables ou ayant des besoins médicaux particuliers.

Pour de plus amples informations, veuillez svp contacter :

  • En Turquie, Metin Corabatir, portable +90 533 572 8716

  • A Genève, Andrej Mahecic, portable +41 79 200 7617

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Réponse aux situations d'urgence

Le HCR s'engage à accroître sa capacité à répondre aux situations d'urgence complexes.

Au-delà de la frontière

En 2010, la frontière entre la Grèce et la Turquie est devenue le point d'entrée principal vers l'Union européenne pour les migrants irréguliers et les demandeurs d'asile, avec plus de 132 000 nouveaux arrivants. Certains sont des migrants en quête d'une vie meilleure, tandis que d'autres fuient la violence et la persécution dans des pays comme l'Afghanistan, l'Erythrée, l'Iraq ou la Somalie. Le voyage est périlleux et de nombreuses noyades sont à déplorer lors des tentatives de traversée de la Méditerranée ou de la rivière Eros entre la Grèce et la Turquie à bord de frêles embarcations. Les insuffisances du système d'asile grec sont exacerbées par la charge imposée par des dizaines de milliers de personnes dans l'attente de l'examen de leurs demandes d'asile. Les centres de réception pour les nouveaux arrivants, y compris des demandeurs d'asile, sont grandement insuffisants. L'année dernière, des équipes du HCR se sont rendues dans plusieurs de ces centres surpeuplés où hommes, femmes et enfants étaient détenus dans des pièces exiguës et manquant d'infrastructures. Le HCR travaille avec le Gouvernement grec pour améliorer son système d'asile et a appelé les autres Etats européens à apporter leur soutien à la Grèce.

Au-delà de la frontière

Environ 90 000 réfugiés syriens sont hébergés dans les camps en Turquie

A la mi-septembre, plus de 200 000 réfugiés syriens avaient traversé la frontière vers la Turquie. Le HCR estime que la moitié d'entre eux sont des enfants, et beaucoup ont vu leur foyer détruit par le conflit avant de s'enfuir vers la frontière en quête de sécurité.

Les autorités turques ont monté, pour les réfugiés, des camps très bien organisés construits le long du sud de la frontière avec la Syrie. La Turquie porte assistance à 120 000 réfugiés depuis l'éruption du conflit en Syrie. On compte actuellement 12 camps accueillant 90 000 réfugiés et quatre autres sont en cours de construction. La Turquie a déjà dépensé près de 300 millions de dollars, continue de gérer les camps ainsi que de fournir des vivres et des services médicaux.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a fourni à la Turquie des tentes, des couvertures et des batteries d'ustensiles de cuisines à distribuer aux réfugiés. Le HCR propose également des conseils opérationnels et des lignes directrices, tandis que le personnel de l'organisation facilite les mesures de rapatriement volontaire des réfugiés.

La plupart des réfugiés ayant traversé la frontière vers la Turquie sont originaires du nord de la Syrie, notamment la ville d'Alep. Dans un premier temps, certains vivaient dans des écoles ou d'autres bâtiments publics. Depuis, ils ont été transférés dans des camps où les familles vivent dans des tentes ou des conteneurs aménagés en logements et où tous les services essentiels sont assurés.

Environ 90 000 réfugiés syriens sont hébergés dans les camps en Turquie

Le HCR fournit des tentes pour les survivants du séisme en Chine

L'agence pour les réfugiés a fourni à la Chine 11 000 tentes, dont le besoin se fait désespérement ressentir, pour aider à l'hébergement d'urgence, suite au tremblement de terre destructeur qui a frappé la province du Sichuan le 12 mai 2008 et laissé cinq millions de sans-abri.

Les tentes, fabriquées en Chine pour le HCR, ont été transportées vers la zone du séisme. Un premier lot de 2 000 tentes a été acheminé par voie aérienne vers Chengdu le 25 mai et le solde de 9 000 pièces est arrivé peu après. Ces tentes permettent d'abriter 55 000 personnes. Elles ont été distribuées dans les villes d'Aba, de Deyang et de Guangyuan, qui sont proches de l'épicentre du tremblement de terre.

Le HCR fournit des tentes pour les survivants du séisme en Chine

Turquie : L'exil de Faysal depuis Kobané en SyriePlay video

Turquie : L'exil de Faysal depuis Kobané en Syrie

Plus de 170 000 personnes ont fui la ville de Kobané au nord de la Syrie pour échapper à une violente offensive menée par des militants ISIS. Faysal a réussi à s'échapper en Turquie avant que les combats ne s' intensifient. Toutefois, il a encore une famille qui a dû rester dans la ville frontalière assiégée.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.
Des réfugiés syriens en milieu urbain en TurquiePlay video

Des réfugiés syriens en milieu urbain en Turquie

En Turquie, on compte plus de 650 000 réfugiés syriens. Quelque 200 000 d'entre eux sont hébergés dans des camps de réfugiés le long de la frontière. Mais plus de 460 000 réfugiés vivent dans des conditions plus précaires en milieu urbain, beaucoup d'entre eux dans la ville d'Urfa au sud du pays. Abdul témoigne sur les difficultés de la vie en ville.