Retour de réfugiés dans la province de l'Equateur ; Le HCR encourage la réconciliation

Articles d'actualité, 19 octobre 2011

© HCR/C.Schmitt
A Dongo, dans la province Equateur en RDC, la cérémonie d'inauguration haute en couleurs pour le lancement de Radio Racodo.

DONGO, République démocratique du Congo, 19 octobre (HCR) C'était il y a presque deux ans maintenant, mais Elisabeth* entend encore les cris de sa mère durant son viol perpétré par des hommes en armes dans une orgie de violence nourrie par un litige sur des étangs poissonneux dans la province Equateur, au nord de la RDC.

« Un matin, ils sont arrivés très tôt. C'était un jeudi. Nous ne savions même pas qu'il y avait la guerre », a expliqué Elisabeth, se rappelant l'attaque contre la petite ville de Dongo le 29 octobre 2009. « J'étais à l'hôpital. Je me suis cachée derrière les herbes hautes et j'ai vu trois hommes éventrer une femme enceinte. »

Ce n'était que le début. Les yeux et le cœur encore emplis de l'horreur et de la barbarie, elle a couru chez elle. « Des hommes armés étaient en train de violer ma mère dans notre maison. Après le viol, ils l'ont tuée. Je me cachais dans un trou, mais je l'ai entendue pleurer », a ajouté Elisabeth, encore traumatisée. Elle a traversé la rivière Oubangui située non loin, en quête d'un refuge au Congo.

Comme elle, plus de 130 000 civils ont fui vers les pays voisins, pour la plupart au Congo. Quelque 100 000 autres ont trouvé refuge dans d'autres parties de la province Equateur. Depuis, la plupart ont regagné leurs villages.

Malgré son appréhension, Elisabeth a également choisi de rentrer plus tôt cette année vers Dongo avec ses quatre enfants. Seulement 2000 autres réfugiés congolais environ ont traversé la rivière Oubangui dans l'autre sens pour rentrer dans leurs villages d'origine. Toutefois, beaucoup reviennent régulièrement pour surveiller leurs terres. Le HCR vient en aide à ces rapatriés et encourage la réconciliation entre les communautés enyele et munzaya.

« La vie de l'autre côté de la rivière au Congo était difficile. Nous devions louer une maison mais sans argent, sans emploi et rien à faire. Je suis revenue à Dongo dès que j'ai entendu que la sécurité était restaurée », a expliqué Elisabeth, qui est désormais travailleur social. Elle est employée par le partenaire local opérationnel du HCR, AIDES, pour aider d'autres rapatriés à reconstruire leur vie.

Les nouvelles des progrès qu'ils accomplissent arrivent aux oreilles des réfugiés au Congo. Chaque jour, des réfugiés rentrent par leurs propres moyens, selon un rythme régulier mais en petit nombre. Les maisons doivent être reconstruites à Dongo. Le HCR a financé la construction d'un nouveau logement pour Elisabeth. Un marché fonctionne à nouveau et les habitants trouvent des moyens de subvenir à leurs besoins.

Elisabeth est optimiste pour l'avenir. « Je dis à mes frères qui vivent au Congo qu'ils peuvent rentrer. Il n'y a pas de guerre, on peut recommencer à travailler dans les champs et les enfants vont à l'école. Nous pouvons même marcher dans la rue tard le soir », a expliqué Elisabeth avec un sourire.

« Je rends visite aux personnes qui ont choisi de rentrer chez elles, je recense leurs besoins, je rencontre les malades et je procède à leur suivi. Mon rôle est de les aider à recommencer leur vie ici. A Dongo, tout le monde me connaît », a-t-elle affirmé, en expliquant son travail.

Le HCR vient en aide aux rapatriés qui sont rentrés spontanément en leur fournissant des produits de première nécessité, comme des bâches en plastique, des matelas, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des moustiquaires. Le programme d'abri géré par l'agence aide les personnes les plus vulnérables à reconstruire leur maison.

En partenariat avec d'autres agences, le HCR gère également un programme pour encourager la réconciliation entre les communautés rivales, qui a mené à la signature d'un pacte de non-agression en mars dernier.

Dans le cadre du programme de réconciliation, une radio communautaire financée par le HCR a commencé à émettre en début de mois. Radio Racodo est basée à Dongo et elle peut être entendue par des réfugiés de l'autre côté de la rivière Oubangui. Elle a été créée pour intensifier le partage d'information et le dialogue entre les communautés rivales.

Elisabeth apprécie d'écouter la radio. « S'il y a des problèmes dans une ville ou un quartier, nous en sommes informés grâce à la radio », a-t-elle expliqué. « Je crois que c'est un bon moyen d'encourager la réconciliation », a-t-elle indiqué, en ajoutant que les programmes sur la résolution de conflit, les droits des femmes, la santé, l'hygiène et la prévention des maladies l'ont particulièrement intéressée.

Toutefois, alors qu'Elisabeth a commencé à reconstruire sa vie, la blessure morale causée par le souvenir traumatisant est toujours présente. «Je n'oublierai jamais les hurlements de ma mère. Ils résonnent dans mes cauchemars », a-t-elle expliqué au HCR, tout en ajoutant : « Je n'oublierai jamais, mais je peux pardonner. »

* Nom fictif pour des raisons de protection

Par Céline Schmitt à Dongo, République démocratique du Congo

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.