Otage de la LRA puis, avec l'aide du HCR, entrepreneur en herbe

Articles d'actualité, 13 octobre 2011

© HCR/J.Katsurama
Les classes d'alphabétisation pour adultes comme celle-ci à Dungu ont pour objectif d'aider des femmes traumatisées à retrouver une vie normale au nord-est de la RDC.

DUNGU, République démocratique du Congo, 13 octobre (HCR) Quand Marie*, 16 ans tout juste, regarde son petit garçon gai et enjoué, Honoré*, elle se rappelle intimement des 25 ans de terreur perpétuée par les rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur à l'encontre des villageois innocents en Ouganda et dans les pays voisins.

Marie s'est échappée après avoir été esclave sexuelle de la LRA, et son fils, âgé de deux ans environ, est né après qu'elle ait subi des mois de viols par les soldats de la LRA. Pourtant, elle ne se focalise pas sur le passé, mais elle reconstruit sa vie et regarde vers l'avenir, grâce à sa famille et à des programmes financés par le HCR.

« L'aide que j'ai reçue du HCR m'a aidé à surmonter les traumatismes subis en tant qu'otage de la LRA », indique la jeune femme. « Maintenant, j'ai l'impression que j'ai retrouvé une vie normale. »

Sa vie a été bouleversée après qu'elle ait été enlevée avec ses camarades de classe par la LRA il y a trois ans depuis leur village dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), près de la frontière avec le Soudan du Sud. Les miliciens armés n'ont pas emmené les adolescents les plus âgés. Ils ont attaché les enfants à la taille et les ont forcés à les suivre. Ils ont été forcés à porter la nourriture, les vêtements et les meubles que la LRA avait pillés depuis leur village vers la base permanente des rebelles.

Les rebelles de la LRA ont menacé les enfants avec ce qu'ils présentaient comme une huile magique dont ils leur badigeonnaient les paumes et le front et des menaces de mort, qui se sont concrétisées avec l'exécution de l'un des amis de Marie après qu'il ait essayé de s'enfuir.

Ce garçon est l'une des 30 000 personnes ayant trouvé la mort durant la terreur semée par la LRA qui a également déplacé deux millions de personnes dans la seule région du nord de l'Ouganda. Aujourd'hui la LRA reste active dans les pays voisins, en RDC, au Soudan du Sud et en République centrafricaine.

Pour Marie, la vie s'est résumée au travail forcé dans les champs le jour et à l'esclavage sexuel la nuit, tout en étant forcée de feindre une attitude enjouée. Elle a donné naissance à son bébé dans ce qu'elle décrit comme un camp secret établi spécialement pour les esclaves sexuelles enceintes. Elle se rappelle une douleur indicible sans avoir reçu aucune aide médicale.

Durant sa grossesse, les militaires ougandais avaient intensifié la pression sur la LRA et, en juin 2010, Marie a réussi à s'échapper durant des affrontements. Des soldats ougandais l'ont ramenée avec son bébé, à Dungu, la capitale du district. A son grand soulagement, sa famille l'a accueillie à son retour et lui a donné une maison pour elle et son bébé sur les terres familiales.

« J'étais transportée de joie de retrouver ma famille après une période si longue », se rappelle-t-elle.

Son premier défi a consisté à se remettre du traumatisme. Marie a bénéficié d'un programme d'aide psycho-sociale géré par le HCR et ses partenaires pour aider les victimes de violences sexuelles à surmonter leur traumatisme et à retrouver une vie normale.

« La stigmatisation portée en continu sur les anciennes victimes de violences sexuelles demeure un immense problème dans l'est du Congo », indique Jorge Holly, chef du bureau du HCR dans la Province orientale. « C'est pourquoi le HCR appuie ces programmes pour l'autonomisation afin de réduire les risques de stigmatisation et d'isolement social subis par tant de rescapées de violences sexuelles. »

Cette année, le HCR a déjà fourni une aide psycho-sociale à 348 femmes à Dungu, dans une région où le viol est endémique. Des classes d'alphabétisation ont pour objectif d'aider les femmes traumatisées à se réintégrer dans la société, tout en fournissant également une plateforme pour l'éducation sur la violence à l'encontre des femmes.

Marie a repris le chemin de l'école et elle espère participer à un programme du HCR où sont enseignés la cuisine, la couture, la gestion des finances personnelles pour qu'elles puissent acquérir une autonomie.

Avec toutes les épreuves qu'elle a subies, Marie possède la maturité de quelqu'un de bien plus âgé et elle évoque son expérience avec calme. Elle câline Honoré, qu'elle considère comme un cadeau de Dieu, et elle dit « qu'une fois la nouvelle formation terminée, j'espère pouvoir commencer à vendre les légumes que je cultive pour pouvoir subvenir aux besoins de mon enfant et payer mon éducation. »

* Noms fictifs pour raisons de protection

Par Sebastian Frowein
A Dungu, République démocratique du Congo

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Femmes

Les femmes et les jeunes filles sont tout spécialement vulnérables aux abus dans des situations de déplacement massif.

Education

L'éducation joue un rôle fondamental pour aider les jeunes déracinés à retrouver l'espoir et la dignité.

Manuel du HCR pour la protection des femmes et des filles

Ce guide décrit certains des défis en matière de protection auxquels sont confrontées les femmes et les filles relevant de la compétence du HCR et esquisse diverses stratégies devant être adoptées avec les partenaires pour relever ces défis. Première édition, publiée en janvier 2008.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Crise en République Centrafricaine : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de refugiés.

Donnez pour cette crise

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Une crise humanitaire silencieuse a lieu au nord de la République centrafricaine, où au moins 295 000 personnes ont été forcées de quitter leurs maisons depuis mi-2005. Environ 197 000 personnes sont déplacées internes et quelque 98 000 autres ont trouvé refuge au Tchad, au Cameroun et au Soudan. Toutes sont victimes des combats entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales.

Nombre des déplacés internes vivent dans la brousse, non loin de leurs villages. Ils y ont construit des abris de paille et d'herbe, ils cultivent des légumes et ils crééent même des écoles de brousse pour leurs enfants. Cependant, l'accès à l'eau potable et aux soins de santé demeure un vaste problème. De nombreux enfants souffrent de diarrhées et du paludisme, mais leurs parents ont trop peur de les emmener dans des hôpitaux ou des cliniques pour les faire soigner.

Des gardiens de troupeaux au nord de la République centrafricaine sont la proie des zaraguinas - des bandits qui enlèvent des enfants contre rançon. Les villageois sont alors contraints de vendre leur bétail pour pouvoir payer les rançons.

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.