Lauréats Nansen et animés par le devoir d'aider les survivants du golfe d'Aden

Articles d'actualité, 13 septembre 2011

© SHS
Nasser Salim Ali Al-Hamairy (en chemise blanche) s'adresse à un groupe de nouveaux arrivants sur la côte du Yémen par bateau.

GENÈVE, 13 septembre (HCR) Depuis que Nasser Salim Ali Al-Hamairy a fondé la Société pour la solidarité humanitaire (SHS) en 1995, cette ONG yéménite est venue en aide et a sauvé la vie de dizaines de milliers de personnes arrivées sur les côtes du Yémen après avoir fui la corne de l'Afrique sur des bateaux de passeurs. Chaque année, des centaines d'autres périssent durant la traversée périlleuse du golfe d'Aden le personnel de SHS enterre beaucoup d'entre elles dont les corps sans vie sont rejetés sur la côte. L'ONG s'est vue décerner la distinction Nansen cette année et elle s'efforce également d'améliorer l'aide humanitaire et d'aider les communautés locales. Nasser Salim Ali Al-Hamairy s'est entretenu de son organisation au téléphone avec Melissa Fleming, porte-parole en chef du HCR.

Parlez-nous d'une journée type pour le personnel de SHS

A quatre heures du matin, notre équipe côtière commence la patrouille, en recherchant de nouveaux arrivants. Cela continue jusqu'à 7 heures du matin. La plupart des jours, nos patrouilles coïncident avec l'arrivée d'un bateau rempli de réfugiés. Les équipes de SHS regroupent les réfugiés, ils sont généralement éparpillés le long de la côte et commencent à fournir une aide à ceux qui en ont besoin avec des vivres, des vêtements et une aide médicale immédiate. Puis ils vérifient qu'il n'y ait pas de personnes portées disparues et, si c'est le cas, ils mènent une recherche pour les trouver.

Les réfugiés survivants sont plus tard transférés dans des centres de transit où ils peuvent se doucher, se reposer et recevoir d'autres soins médicaux plus approfondis si besoin. Parallèlement, notre bureau à Aden et les bureaux du HCR sur le terrain sont informés sur le nombre et le statut des arrivants? après trois ou quatre heures, les réfugiés sont transportés vers les centres d'enregistrement de Mayfa'a ou d'Ahoor. Le nombre des bateaux arrivant chaque jour s'élève parfois jusqu'à sept.

Beaucoup d'arrivants sont très faibles après la traversée périlleuse, et certains meurent durant le voyage. Comment arrivez-vous à tenir devant des situations pénibles, vous-même et votre personnel ?

Ce travail humanitaire, pour notre personnel, est devenu leur devoir. Ce travail, c'est leur destin, sous n'importe quelle condition. Même s'ils sont confrontés à une tragédie, ils aident les personnes vulnérables et la société. Ils ressentent une obligation de faire ce travail. Il y a des moments de tragédie, mais ils sont inévitables.

Les troubles au Yémen et la famine dans la corne de l'Afrique ont-ils affecté le nombre de personnes tentant la traversée vers le Yémen ?

Oui, la famine en Somalie a accru l'afflux des réfugiés. Plus de 4 000 réfugiés et de migrants [illégaux] ont traversé le golfe d'Aden en août 2011, c'est le nombre le plus élevé depuis 13 ans. C'est normalement la saison des tempêtes avec une mer forte, alors normalement le nombre des arrivants baisse. Parallèlement, la crise au Yémen et la dégradation de la situation de sécurité ont affecté les réfugiés en limitant leur capacité de déplacement à l'intérieur de notre pays.

Y a-t-il des histoires personnelles qui vous ont particulièrement touché ?

Il y en a trop. Par exemple, une fois, je suis allé sur la côte avec l'une de nos équipes et nous avons trouvé un bateau qui avait chaviré. Il y avait plus de 24 corps sans vie, mais il y avait encore plus de survivants. En aidant ces personnes, nous avons soudain entendu des bruits venant depuis le dessous du bateau. Nous avons alors entendu que deux femmes étaient prises au piège sous le bateau et qu'elles criaient à l'aide. Le chef de nos patrouilles côtières et d'autres membres de l'équipe se sont encordés et ils ont plongé dans la mer. Ils ont réussi à sauver les femmes depuis le dessous le bateau en les ramenant à l'air libre. Neuf jours plus tard, ce même chef de patrouille est mort dans un accident de voiture lors d'une autre mission de sauvetage.

Que signifie le fait de se voir décerner la distinction Nansen pour les réfugiés ?

A SHS, nous sommes très heureux de recevoir la distinction Nansen. Nous n'aurions jamais pensé recevoir un tel prix ! Se voir décerner cette distinction motivera notre personnel pour dédier plus encore leur vie au travail humanitaire. Maintenant ils sentent que leur travail est réellement apprécié et considéré par les autres.

Avez-vous un message pour les personnes qui pensent à traverser un jour vers le Yémen ?

J'ai trois messages. Le premier, c'est pour la communauté internationale svp aidez à rétablir la sécurité pour les Somaliens à l'intérieur de leur propre pays. Mon second message va aux organisations humanitaires, pour leur demander d'intensifier leurs efforts au bénéfice des personnes déplacées internes dans des régions sûres de la Somalie pour qu'elles ne décident pas de risquer leur vie en traversant le golfe d'Aden. Enfin, je voudrais demander aux réfugiés et aux migrants de se rappeler des accidents mortels en mer et de ne pas risquer leur vie. Beaucoup de ceux qui ont quitté la Somalie ne sont jamais arrivés vivants au Yémen. Certains sont décédés en mer et leur corps sans vie est rejeté sur les côtes du Yémen. D'autres sont mangés par les requins en pleine mer.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Fridtjof Nansen

Un homme d'action et de vision

La distinction Nansen pour les réfugiés

La distinction Nansen pour les réfugiés

Attribuée chaque année à des personnes ou des organisations en reconnaissance de leurs services exceptionnels à la cause des réfugiés.

La distinction Nansen 2011 pour les réfugiés

Cette année, lors de la cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés à Genève, le HCR a rendu hommage à la célèbre actrice Angelina Jolie et à l'organisation humanitaire yéménite, la Société pour la solidarité humaine (SHS), pour leur travail exceptionnel en faveur des réfugiés durant tant d'années.

Angelina Jolie a été honorée pour son travail à titre d'ambassadrice de bonne volonté pour le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés qui dure depuis 10 ans. L'actrice américaine a rejoint le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres pour remettre la distinction Nansen à Nasser Salim Ali Al-Hamairy pour le travail de son ONG qui sauve des vies et aide des dizaines de milliers personnes désespérées arrivées sur la côte du Yémen depuis la corne de l'Afrique.

L'année 2011 marque le 150e anniversaire de la naissance de Nansen, ce qui en fait une date mémorable pour cette distinction. Cette dernière a été créée en 1954 en l'honneur de Fridtjof Nansen, explorateur, scientifique, diplomate et homme politique norvégien, premier Haut Commissaire de la Société des Nations pour les réfugiés en 1921. La distinction Nansen est remise chaque année à une personne ou une organisation en reconnaissance de services exceptionnels rendus à la cause des réfugiés. Elle comprend une médaille commémorative et une somme de 100 000 dollars offerts par les Gouvernements de la Suisse et de la Norvège. Cette somme est consacrée à des projets élaborés et choisis par le lauréat en matière de protection et d'assistance aux personnes déracinées.

La distinction Nansen 2011 pour les réfugiés

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

Traite d'êtres humains dans le Golfe d'Aden

Fin mars, au cours d'une période de six jours, plus de 1 100 Somaliens et Éthiopiens sont arrivés sur le territoire yéménite, après avoir traversé le Golfe d'Aden à bord de bateaux de passeurs depuis Bossasso, en Somalie. Au moins 28 personnes sont mortes lors de ces voyages - d'asphyxie, des coups reçus ou de noyade - et plusieurs ont été gravement blessées par les trafiquants. D'autres souffrent de problèmes dermatologiques en raison d'un contact prolongé avec de l'eau de mer, des excréments, de l'essence ou d'autres produits chimiques.

Au cours d'une récente visite au Yémen, la Haut Commissaire assistante pour la protection, Erika Feller, s'est engagée à mieux faire connaître cette situation, à lancer un appel pour des fonds supplémentaires et pour une action internationale afin de venir en aide au Yémen, et à développer des projets qui amélioreront les conditions de vie et l'autosuffisance des réfugiés au Yémen.

Depuis janvier 2006, le Yémen a reçu près de 30 000 personnes originaires de Somalie, d'Éthiopie et d'autres pays, alors que plus de 500 personnes sont mortes pendant leur traversée. Au moins 300 sont également portées disparues. L'UNHCR aide déjà le Yémen en fournissant de l'assistance, des soins et un logement à plus de 100 000 réfugiés qui se trouvent dans le pays.

Traite d'êtres humains dans le Golfe d'Aden

Yémen : les déplacements se poursuiventPlay video

Yémen : les déplacements se poursuivent

Au Yémen, les combats continuent dans le nord. Le HCR fait état de l'augmentation du nombre de familles en fuite. Les camps de déplacés ont désormais dépassé leur capacité d'accueil. 22/12/2009
Yémen : Attendre la restauration de la paixPlay video

Yémen : Attendre la restauration de la paix

Le Gouvernement yéménite a déclaré que la guerre était finie dans le nord du pays. Toutefois, la plupart des 280 000 personnes déplacées par la violence hésitent encore à rentrer dans leurs villages d'origine.
Le défunt sénateur Edward Kennedy - Lauréat de la distinction Nansen pour les réfugiés 2009Play video

Le défunt sénateur Edward Kennedy - Lauréat de la distinction Nansen pour les réfugiés 2009

Le lauréat de la distinction Nansen pour les réfugiés 2009 est le défunt sénateur Edward Kennedy. Cette distinction lui a été attribuée à titre posthume pour son inlassable travail au service des réfugiés durant 40 ans en tant que sénateur américain.