La Fondation IKEA donne 62 millions de dollars pour le complexe de camps de réfugiés le plus vaste au monde

Communiqués de presse, 30 août 2011

GENÈVE, 30 août 2011 Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés a annoncé aujourd'hui une contribution inégalée d'un montant de 62 millions de dollars qui sera versée par la Fondation IKEA et visant à intensifier l'aide humanitaire aux milliers de personnes hébergées à Dadaab, au Kenya, dans le complexe de camps de réfugiés le plus vaste au monde.

La contribution, qui sera échelonnée sur trois ans, permettra de venir en aide à un total de 120 000 personnes soit près du quart de la population réfugiée actuelle à Dadaab. C'est la plus importante contribution privée jamais reçue dans toute l'histoire du HCR, qui a été créé il y a 60 ans. C'est également la première fois qu'un organisme privé choisit de financer directement des opérations dans un camp de réfugiés, Dadaab étant le complexe de réfugiés le plus vaste au monde.

« Ce geste humanitaire de la Fondation IKEA intervient à un moment critique », a indiqué António Guterres, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés et le chef du HCR. « La crise frappant la corne de l'Afrique continue de s'aggraver avec des milliers de personnes fuyant la Somalie chaque semaine. Nous sommes extrêmement reconnaissants vis-à-vis de la Fondation IKEA. Cette aide tombe aujourd'hui à point nommé. »

Dadaab se situe dans une région reculée au nord-est du Kenya et ce complexe de camps de réfugiés avait été ouvert au début des années 90. En 2011, le nombre d'arrivées a augmenté de façon spectaculaire du fait du conflit et de la sécheresse en Somalie. La capacité d'accueil initiale du complexe de Dadaab était prévue pour 90 000 personnes. Aujourd'hui, quelque 440 000 personnes y sont hébergées, avec 150 000 d'entre elles qui sont arrivées ces derniers mois. De ce fait, une pression considérable est portée sur les personnes travaillant et vivant dans le complexe des camps de réfugiés de Dadaab. Parmi les nouveaux arrivants, beaucoup souffrent de malnutrition et leur état de santé est dégradé.

Le don de la Fondation IKEA fournira un appui immédiat au HCR pour intensifier son aide et sauver des vies dans le camp.

« Cette initiative est un prolongement audacieux mais naturel de l'engagement de longue date de la Fondation IKEA, pour améliorer la vie quotidienne des enfants et des familles nécessiteux dans des pays en développement », a indiqué Per Heggenes, le Directeur général de la Fondation IKEA. « Soutenir le HCR à la fois dans l'immédiat et à long terme, c'est l'un des moyens les plus efficaces d'agir concrètement et d'améliorer la vie de milliers d'enfants réfugiés et de leurs familles. »

Le HCR, l'organisation des Nations Unies pour les réfugiés, dépend des contributions versées pour aider des millions de réfugiés et d'autres personnes déplacées à travers le monde. La plupart de ces contributions proviennent des gouvernements. Avec le don de 62 millions de dollars, la Fondation IKEA ouvre une nouvelle voie dans l'aide aux réfugiés de la part d'un organisme privé.

Au sujet de la Fondation IKEA

L'objectif de la Fondation IKEA est de donner un meilleur départ dans la vie à des enfants et à des jeunes, en finançant des programmes intégrés sur le long terme. Nous travaillons avec des partenaires stratégiques solides sur leurs approches innovantes pour des résultats à grande échelle dans quatre domaines fondamentaux de la vie d'un enfant. Les programmes financés actuellement bénéficient à environ 100 millions d'enfants. Pour en savoir plus sur la Fondation IKEA.

Pour de plus amples informations :

Consultez la rubrique du site Internet du HCR sur la crise somalienne. Pour faire un don au HCR, rendez-vous sur la page suivante : situation d'urgence dans la corne de l'Afrique. Suivez le HCR en français sur Facebook et sur Twitter.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Partenaires du secteur privé et fondations

Nos partenaires du secteur privé nous aident de manière constructive à trouver des solutions pour les personnes déracinées.

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Ce week-end, l'UNHCR a commencé, avec l'aide de l'armée américaine, le largage aérien d'urgence d'environ 200 tonnes de biens de secours destinés aux milliers de réfugiés affectés par de graves inondations dans les camps de réfugiés de Dadaab au nord du Kenya.

Ces largages aériens offrent un spectacle impressionnant. Un avion cargo C-130 a largué, à chaque rotation, 16 tonnes de bâches en plastique, de moustiquaires, de tentes et de couvertures, au-dessus d'un site préalablement évacué de toute présence humaine et animale. Des réfugiés ont ensuite chargé le matériel dans des camions pour l'acheminer vers les camps.

Dadaab, un complexe de trois camps accueillant quelque 160 000 réfugiés, principalement originaires de Somalie, a été coupé du monde par un mois de fortes pluies qui ont emporté la seule route permettant de relier les camps isolés depuis la capitale kenyane, Nairobi. Le transport aérien s'est avéré la seule solution pour faire parvenir les secours vers les camps.

L'UNHCR a transféré 7 000 réfugiés parmi les plus touchés depuis Ifo vers le camp d'Hagadera, à quelque 20 kilomètres plus loin. 7 000 autres réfugiés ont été transférés vers un nouveau site, appelé Ifo 2, situé plus en altitude.

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Inondations dans les camps de réfugiés au Kenya

Des inondations dans le nord-est du Kenya à la mi-novembre ont causé des dégâts dans les trois camps de réfugiés du complexe de Dadaab. Plus de 100 000 réfugiés sur les 160 000 qui y sont accueillis ont été affectés par ces inondations, en particulier au camp d'Ifo. Les réfugiés ont perdu leurs abris et les latrines ont été inondées et détruites. La route d'accès principale reliant Dadaab au reste du Kenya a été coupée par les inondations dues aux fortes pluies, empêchant tout approvisionnement d'aide par voie terrestre.

L'UNHCR a commencé à transférer les réfugiés - souvent avec des charrettes, tirées par des ânes - vers un lieu plus en sécurité, le camp de Hagadera, situé à 20 kilomètres et à une altitude plus élevée. La mise en place d'un pont aérien a permis d'apporter du carburant pour les générateurs, des kits médicaux d'urgence, des bâches en plastique et des pelles pour remplir des sacs de sable afin de consolider les digues anti-inondations. Des biens de premier secours ainsi que de la nourriture ont été distribués aux réfugiés démunis.

L'ampleur de ces inondations rappelle celle des inondations massives ayant suivi les pluies record d'El Nino en 1997, qui avaient submergé toutes les basses terres de l'est du Kenya.

Inondations dans les camps de réfugiés au Kenya

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.