Reprise du rapatriement des Congolais alors que le statut de réfugié va prendre fin au Gabon

Points de presse, 29 juillet 2011

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Fatoumata Lejeune-Kaba à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 29 juillet 2011 au Palais des Nations à Genève.

Au Gabon, nous travaillons avec le gouvernement afin de trouver des solutions pour les derniers réfugiés congolais restant dans le pays avant que leur statut de réfugié ne prenne fin dimanche.

La clause de cessation s'appliquera à quelque 9 500 réfugiés et demandeurs d'asile congolais vivant aujourd'hui au Gabon. Ils font partie de près de 20 000 personnes qui avaient fui la guerre civile au Congo entre 1997 et 2003, et qui avaient cherché asile au Gabon voisin. Environ la moitié d'entre eux sont rentrés dans leur pays les années suivantes.

En janvier 2011, le Gouvernement du Gabon a annoncé son projet de déclarer la fin du statut de réfugié pour les ressortissants congolais se trouvant sur son territoire. Les autorités considèrent que ces réfugiés peuvent désormais rentrer en sécurité dans leur pays natal et les ont appelés au retour. Il avait alors été possible, pour les personnes souhaitant rester au Gabon, de demander des permis de résidence selon les dispositions et les conditions énoncées dans la loi gabonaise. Les personnes qui ont pu obtenir ces permis resteraient au Gabon en tant que migrants légaux et ne seraient plus des réfugiés.

Environ 450 réfugiés ont demandé le rapatriement durant les dix derniers jours. Davantage se sont fait connaître alors que des équipes mobiles composées de membres du personnel du HCR, de la Commission nationale pour les réfugiés et de la Croix-Rouge gabonaise vient vers eux à travers le Gabon pour enregistrer leur choix et leur porter assistance en fonction de ce qu'ils ont choisi.

Un convoi de retour part ce jour, et trois autres vont suivre vendredi prochain. La semaine dernière, 51 réfugiés sont rentrés depuis le sud du Gabon et ont été accueillis au point de passage frontière par des membres du personnel du HCR. Nous avons établi une présence dans les zones de retour à Dolisie et à Pointe-Noire au Congo pour mieux suivre les conditions de retour et aider les rapatriés à la réintégration dans leur village d'origine.

A ce jour, plus de 1 000 réfugiés congolais ont demandé le permis de résidence pour rester au Gabon et 217 d'entre eux se sont vus accorder cette carte à Libreville, la capitale, où la Direction générale de la documentation et de l'immigration (DGDI) délivre une moyenne de 40 cartes par jour. Des équipes mobiles pour l'immigration en délivrent par ailleurs 60 autres par jour dans le reste du pays. Le HCR aide les réfugiés à recevoir un permis de résidence en payant la taxe administrative de 150 000 CFA (300 dollars) à acquitter par réfugié.

Le HCR se félicite des mesures prises par les autorités gabonaises pour informer les fonctionnaires de l'immigration sur les nouvelles procédures, et particulièrement sur leurs assurances qu'il n'y aurait aucune arrestation après la prise d'effet de la clause de cessation le 31 juillet. Ces mesures permettront aux réfugiés, après cette date, de continuer à demander un permis de résidence, de faire valoir une dispense de l'application de la clause de cessation ou de demander le rapatriement. Nous travaillons très étroitement avec les autorités gabonaises pour mettre en œuvre ces procédures de transition.

La dernière clause de cessation avait été déclarée en Afrique le 31 décembre 2008 pour les réfugiés sierra-léonais. Ils étaient rentrés massivement après le regain de stabilité dans leur pays après 11 ans d'une très violente guerre civile.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Genève : Fatoumata Lejeune-Kaba, portable +41 79 249 3483

  • En mission au Gabon : Céline Schmitt, portable + 241 04 15 42 17 ou + 243 81 700 94 84

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Rapatriement

Le HCR travaille avec le pays d'origine et les pays d'accueil pour aider les réfugiés à rentrer chez eux.

Rapatriement en RDC depuis l'Angola

Le HCR a repris le programme de rapatriement librement consenti pour les réfugiés angolais vivant en République démocratique du Congo (RDC). Quelque 43 000 Angolais ont fait part de leur souhait de rentrer chez eux dans le cadre d'un projet qui avait été suspendu il y a quatre ans pour diverses raisons. Un premier groupe de 252 civils angolais a quitté le 4 novembre 2011 le centre de transit du HCR de la ville de Kimpese, à l'ouest de la RDC. Ils ont traversé la frontière quelques heures plus tard et ont été chaleureusement accueillis par des fonctionnaires et des habitants de Mbanza Congo. Au cours des deux premières semaines de l'opération de rapatriement, plus de 1 000 réfugiés angolais sont rentrés chez eux depuis la province du Bas-Congo à l'ouest et de Katanga au sud. Sur les 113 000 réfugiés angolais vivant dans les pays de la région, 80 000 sont hébergés par la RDC.

Rapatriement en RDC depuis l'Angola

Trouver un chez-soi

Reconstruire sa vie dans la dignité et la sécurité, 1953-2003 : Inspirée du thème de la Journée mondiale du réfugié 2004: "Trouver un chez-soi: refaire sa vie dans la sécurité et la dignité", cette galerie de photos retrace les actions du HCR destinées à aider les personnes les plus vulnérables à retrouver un foyer, que ce soit par le rapatriement volontaire, l'intégration locale ou la réinstallation dans un pays tiers.

Trouver un chez-soi

Des réfugiés tanzaniens rentrent à Zanzibar

Le HCR a organisé le rapatriement volontaire de 38 réfugiés tanzaniens originaires de Zanzibar qui résidaient depuis plus de dix ans à Mogadiscio, la capitale de la Somalie. Le groupe, qui comprenait 12 familles, a été transporté à bord de deux vols spécialement affrétés par le HCR depuis Mogadiscio vers Zanzibar le 6 juillet 2012. De là, sept familles ont été raccompagnées jusqu'à leurs villages sur l'île de Pemba, tandis que cinq familles décidaient de rester et de reconstruire leur vie sur l'île principale de Zanzibar, Unguja. Les chefs de familles étaient de jeunes hommes quand ils avaient quitté Zanzibar en janvier 2001, après avoir fui les émeutes et la violence suite aux élections d'octobre 2000. Ils faisaient partie des 2 000 réfugiés qui ont fui l'île tanzanienne de Pemba. Le reste de la communauté de réfugiés tanzaniens à Mogadiscio, environ 70 personnes, décide d'attendre et de voir comment la situation se déroule pour les personnes de retour à Zanzibar, avant de prendre la décision de rentrer.

Des réfugiés tanzaniens rentrent à Zanzibar