Le HCR célèbre le 60e anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés

Articles d'actualité, 28 juillet 2011

© HCR/G.Gordon
Des réfugiés de Côte d'Ivoire attendent d'être enregistrés dans un camp au Libéria, après avoir fui la violence dans leur pays d'origine au début de cette année.

GENÈVE, 28 juillet (HCR) Les bureaux du HCR à travers le monde célèbrent aujourd'hui son 60e anniversaire de la Convention de Genève relative au statut des réfugiés, alors que le déplacement forcé devient de plus en plus complexe et que les pays en développement font leur possible pour héberger une grande majorité des réfugiés dans le monde.

La Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés a été officiellement adoptée le 28 juillet 1951 pour résoudre le problème relatif aux réfugiés en Europe après la Seconde Guerre mondiale. Ce traité mondial définit qui est un réfugié une personne qui craint avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques et il énonce les droits et obligations qui s'imposent entre les pays d'accueil et les réfugiés. En tant que fondement juridique pour le travail du HCR, cette Convention a permis à l'agence d'aider des milliers de personnes déracinées à recommencer leur vie durant les 60 dernières années.

De nos jours, cette Convention demeure la pierre angulaire de la protection internationale des réfugiés. Elle s'est adaptée durant six décennies de changements considérables, mais elle est aujourd'hui confrontée à des défis inégalés.

« Les causes du déplacement forcé se multiplient », a indiqué le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres. « Les personnes déracinées le sont non seulement à cause du conflit et de la persécution mais également du fait de la pauvreté extrême et de l'impact du changement climatique. Ces facteurs sont de plus en plus étroitement liés. »

En Somalie, plus de 170 000 personnes ont fui vers les pays voisins depuis janvier, citant la famine, la sécheresse et l'insécurité pour expliquer leur départ. Près d'un million d'autres ont quitté la Libye en proie au conflit avec, parmi elles, des réfugiés et des demandeurs d'asile, mais également des migrants économiques recherchant ailleurs une vie meilleure.

« Nous avons besoin de frontières prenant en compte la protection, afin que les personnes craignant pour leur vie ou pour leur liberté continuent à la trouver », a indiqué António Guterres. « Parallèlement, nous avons besoin de moyens innovants pour combler les insuffisances de plus en plus évidentes dans le système de protection internationale et pour promouvoir les valeurs de tolérance et d'inclusion plutôt que la peur et la méfiance. »

Les pays en développement accueillent 80% des réfugiés dans le monde et les récentes crises en Somalie, en Libye et en Côte d'Ivoire se sont ajoutées à cette charge. Alors que l'Afrique de l'Est lutte pour faire face à la pire sécheresse jamais vue depuis 60 ans, le Kenya, l'Ethiopie et Djibouti hébergent près de 450 000 réfugiés somaliens et les chiffres augmentent chaque jour. La Tunisie et l'Egypte ont reçu la majeure partie de l'exode depuis la Libye dans un contexte de turbulences avec le printemps arabe. Alors que le Libéria se remet à peine de plusieurs années de guerre civile, ce pays abrite plus de 150 000 Ivoiriens ayant fui les violences post-électorales et l'incertitude prévalant dans leur pays natal.

En comparaison, les 27 pays de l'Union européenne ont ensemble reçu un peu plus de 243 000 demandes d'asile l'année dernière, soit environ 29% du total observé dans le monde entier.

« L'Europe se doit envers ces personnes, envers tous les réfugiés et envers elle-même, de respecter les valeurs de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés », a indiqué le Haut Commissaire, en ajoutant que l'Union européenne a la capacité d'accroître sa part de responsabilité pour accueillir des réfugiés et des demandeurs d'asile.

« A présent, un système d'asile véritablement commun reste encore à mettre en place, alors que persistent des différences entre les Etats membres dans leur réception et leur traitement des demandeurs d'asile. Le 60e anniversaire de la Convention relative au statut des réfugiés, nous l'espérons, donnera un nouvel élan à un véritable Système européen commun d'asile. L'Europe pourrait également faire davantage pour la réinstallation des réfugiés », a indiqué António Guterres, en faisant référence à la procédure selon laquelle des réfugiés se trouvant dans un pays, souvent dans le monde en développement, sont réinstallés définitivement dans de nouveaux pays, souvent des pays développés.

Le Danemark a été le premier Etat à ratifier la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Après 60 ans, 148 Etats (soit les trois quarts des nations dans le monde) sont parties de la Convention et/ou de son Protocole de 1967. Nauru est le plus récent signataire, ayant ratifié la convention en juin cette année. Toutefois il y a des régions du monde en particulier l'Asie du Sud et du Sud-Est ainsi que le Moyen-Orient où la majorité des Etats doivent encore ratifier la Convention.

En décembre, l'Organisation des Nations Unies pour les réfugiés organisera une réunion ministérielle des Etats parties à la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Les Etats pourront réaffirmer leur engagement à la Convention en tant qu'instrument clé en matière de protection des réfugiés et s'engager à instaurer des actions concrètes pour résoudre les problèmes sur les questions de réfugiés et de l'apatridie. La réunion visera également à élaborer des pistes sur les lacunes en protection dans l'environnement, à évolution rapide, du déplacement forcé.

Selon le HCR, une seule personne forcée de fuir la guerre ou la persécution, c'est déjà trop. Pour marquer le 60e anniversaire de la Convention, l'agence a lancé la campagne « un seul réfugié privé d'espoir, c'est déjà trop », visant à donner une dimension humaine à cette question souvent réduite à des chiffres en présentant des témoignages de réfugiés et d'autres personnes déracinées sur leur vécu.

Pour plus d'information, consultez : http://www.unhcr.fr/1initiative

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Convention et Protocole relatifs au Statut des Réfugiés

Le texte intégral de la Convention, document clé de voûte de la protection des réfugiés, et du protocole, levant les restrictions temporelles et géographiques limitant à l'origine son application.

Le défi du déplacement forcé en Afrique

L'Afrique est le continent le plus touché par la tragédie du déplacement forcé. Alors que des millions de réfugiés ont pu rentrer en Angola, au Burundi, au Libéria, au Rwanda et au Sud-Soudan ces quinze dernières années, le nombre des personnes déplacées internes a néanmoins continué de croître. Début 2009, en plus de quelque 2,3 millions de réfugiés, quelque 11,6 millions de personnes étaient considérées comme des déplacés internes suite à des conflits survenant dans toute l'Afrique.

Pour répondre au déplacement forcé sur le continent africain, l'Union africaine organise un sommet spécial sur les réfugiés, les rapatriés et les personnes déplacées internes du 19 au 23 octobre à Kampala, la capitale ougandaise. Des chefs d'Etat et de gouvernement étudieront les défis et les moyens de trouver des solutions au déplacement forcé. Ils devraient également adopter une Convention pour la protection et l'assistance des personnes déplacées internes en Afrique, qui devrait être le premier instrument international juridique ayant force de loi en matière de déplacement interne et d'une portée continentale. Cette galerie de photos met en lumière la vie des déracinés de force vivant en Afrique, dont certains reçoivent une aide du HCR.

Le défi du déplacement forcé en Afrique