Déjà 100 000 personnes ont convergé vers Mogadiscio ; Les femmes et les enfants, principales victimes du conflit, de la famine et de la sécheresse

Points de presse, 26 juillet 2011

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Vivian Tan à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 26 juillet 2011 au Palais des Nations à Genève.

Le mois dernier, selon les statistiques du HCR, près de 40 000 déplacés somaliens ont fui la sécheresse et la famine pour rejoindre Mogadiscio en quête de vivres, d'eau, d'abri et d'assistance. Quelque 30 000 autres sont arrivés dans des installations situées à 50 kilomètres du centre de la capitale. Jusqu'à 100 000 déplacés au total auraient rejoint Mogadiscio ces deux derniers mois. Leur nombre augmente quotidiennement, avec environ 1 000 arrivées chaque jour en juillet.

Badbado, l'une des plus importantes installations de déplacés à Mogadiscio, est situé à neuf kilomètres à l'ouest de Mogadiscio sur la route d'Afgooye. Hier, lundi, le représentant du HCR en Somalie et le chef de notre bureau à Mogadiscio y ont rendu visite aux déplacés à Badbado, où se trouvent actuellement environ 28 000 personnes (soit environ 5 000 familles). Davantage arrivent encore chaque jour après avoir fui des zones affectées par la sécheresse et la famine dans le sud de la Somalie. D'autres sont transférées par les autorités locales depuis des installations situées dans le centre de la ville.

Nos collègues se sont rendus compte par eux-mêmes du désespoir des déplacés tiraillés par la faim et qui se massaient auprès d'un point de distribution de vivres organisée par des organisations caritatives locales. Etant donné le nombre croissant de déplacés en quête d'aide alimentaire, les quantités distribuées ne suffisent pas à couvrir les besoins, causant des bousculades voire des pillages. De ce fait, certaines personnes parmi les plus faibles et les plus vulnérables ne reçoivent aucune aide, bien que les organisations caritatives fassent leur possible.

Notre représentant en Somalie, Bruno Geddo, s'est entretenu avec une mère qui avait voyagé durant 11 jours avec ses cinq enfants en quête d'aide, depuis la région de Bakool touchée par la famine. Cependant, du fait de la quantité limitée de vivres, elle a été forcée de mendier presque chaque jour pour pouvoir nourrir sa famille. Il s'est également entretenu avec un homme âgé qui venait, après la perte de son troupeau, de la région de Lower Shabelle également déclarée comme étant touchée par la famine. L'homme a indiqué qu'il ne pouvait se frayer un chemin parmi la foule pour atteindre le point de distribution. De ce fait, il est laissé pour compte sans aide alimentaire lors des distributions de vivres organisées par des organisations caritatives ou par des marchands locaux.

Même si des personnes arrivent à obtenir de la nourriture et de l'eau lors de la distribution, ils manquent souvent de récipients pour les transporter. Souvent, ils utilisent des sacs en plastique. Pour répondre à ce besoin, le HCR commencera la distribution de 4 000 colis d'assistance pour 24 000 personnes la semaine prochaine. Ce kit inclut des jerrycans, des seaux, des plats, des assiettes, des récipients, des verres et d'autres ustensiles afin qu'ils puissent transporter l'eau et la nourriture qu'ils reçoivent. Nous avons également fourni une tente-entrepôt qui servera pour créer un dispensaire dans l'installation de Badbado. Bruno Geddo a indiqué que les conditions de vie y sont très difficiles, ainsi que la situation en matière de protection. Le HCR a déjà distribué du matériel d'abri, y compris des bâches en plastique, à Badbado.

Cette année, dans la région sud-centre de la Somalie, le HCR a distribué plus de 17 000 colis d'assistance d'urgence au bénéfice de 102 000 personnes. Dans les prochains jours, 19 000 colis supplémentaires seront distribués, contenant des articles essentiels comme des bâches en plastique pour l'abri, des nattes de couchage et des couvertures, des seaux et des jerrycans pour l'eau, des batteries de cuisine, des ustensiles, des assiettes et des bols pour la nourriture au bénéfice de 114 000 personnes. Quelque 40 000 colis supplémentaires fournis par le HCR et contenant des biscuits à haute teneur énergétique, des solutions orales pour la réhydratation et des comprimés de purification de l'eau seront distribués à environ 240 000 personnes dans les prochains jours.

Kenya

Au Kenya, le HCR a débuté hier une opération pour transférer des réfugiés somaliens qui vivent hors des camps de réfugiés de Dadaab vers un nouveau site appelé Ifo Extension. Plus de 500 tentes pour des familles de cinq personnes ont été montées, portant ainsi la capacité d'accueil à 2 500 personnes au moins. Des familles y ont déjà été transférées. Davantage devraient arriver aujourd'hui et demain dans le cadre de ce transfert. Un second site, appelé Kambioos, va également ouvrir dans les prochains jours, pour aider à décongestionner les alentours du camp de réfugiés de Dagahaley.

Les camps de Dadaab reçoivent chaque jour environ 1 300 nouveaux réfugiés fuyant le conflit, la sécheresse, la famine et l'insécurité en Somalie. Les réfugiés somaliens arrivent dans un état de santé alarmant, déshydratés et souffrant de malnutrition sévère, tout spécialement les enfants.

La plupart des nouveaux arrivants s'installent spontanément hors de l'enceinte des trois camps existants de Dadaab Dagahaley, Ifo et Hagadera sur des terrains qui ne sont pas adaptés pour l'habitation. Dans les alentours du seul camp d'Ifo, quelque 35 000 Somaliens ont installé des abris de fortune, ce qui pèse sur le fragile environnement semi-aride, accroît les tensions avec les communautés locales hôtes et le risque d'incendie ou d'épidémies. La zone est également inondable durant la saison des pluies.

Le 14 juillet, le Premier Ministre kényan a annoncé une extension prévue de longue date à Ifo, pour décongestionner Dadaab. Pendant la poursuite des préparatifs pour l'ouverture de ce nouveau camp, le HCR aide des familles réfugiées qui avaient précédemment déjà commencé à s'installer dans le nouveau site par leurs propres moyens.

Nous remercions de nouveau le Kenya pour sa grande générosité envers les réfugiés dans cette crise et, durant des décennies, nous soulignons de nouveau le besoin d'une solidarité internationale pour soutenir le Kenya ainsi que les autres pays qui supporte une telle charge.

Ethiopie

En Ethiopie, la situation globale en terme de nutrition dans les camps reculés de Dollo Ado près de la frontière somalienne reste préoccupante. Les taux de malnutrition restent élevés parmi les nouveaux arrivants. A présent, près de 30% des enfants somaliens âgés en dessous de cinq ans dans le centre de transit et le camp de Kobe à Dolla Ado suivent un traitement contre la malnutrition aiguë. Dans le camp de Malkadida, 33% des enfants âgés de moins de cinq ans suivent un traitement contre la malnutrition aiguë, en comparaison avec un taux de 22% à Bolkomanyo, le troisième camp du complexe de Dollo Ado.

Le HCR et ses partenaires font leur possible pour améliorer cette situation. Save the Children (USA) a commencé un ravitaillement supplémentaire deux fois par jour au centre de transit pour tous les enfants âgés de moins de cinq ans, dont beaucoup sont très affaiblis par la faim et une longue marche depuis la Somalie. Certaines familles indiquent avoir marché plus de cinq semaines vers Dollo Ado.

De plus, tous les réfugiés attendant d'être enregistrés et transférés dans des camps de réfugiés reçoivent deux repas chauds par jour. Quelque 26 000 repas au total sont actuellement préparés pour plus de 13 000 réfugiés se trouvant au centre de transit. Précédemment la nourriture était fournie pour couvrir les besoins des réfugiés au centre de transit seulement pour deux semaines.

Vendredi, on comptait 114 646 Somaliens dans les camps de Dollo Ado. De plus, 41 000 autres se trouvent dans la zone de Jijiga où ils arrivent en plus petit nombre. Cela porte le nombre total des réfugiés somaliens en Ethiopie à plus de 156 000. Le nombre des arrivées a baissé à quelques centaines par jour alors qu'il y a un mois, le nombre des arrivées quotidiennes était de 2 000. Le camp de Kobe, qui a ouvert au mois de juin, est désormais complet avec plus de 25 000 personnes. Un nouveau camp, Hilaweyn, sera bientôt prêt, avec une capacité d'accueil allant jusqu'à 60 000 personnes. Les travaux de préparation ont été ralentis par le caractère rocailleux et accidenté du terrain, qui a rendu difficile le creusement de latrines. Nous espérons que le camp ouvrira dans les deux prochaines semaines.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Nairobi, bureau régional du HCR : Ron Redmond, portable +254 734 564 019

  • A Nairobi, bureau régional du HCR : Needa Jehu-Hoyah, portable +254 734 564 018

  • A Nairobi, bureau du HCR au Kenya : Emmanuel Nyabera, portable: +254 773 995 975

  • Au camp de Dadaab, Kenya : William Spindler, portable +254 715 455 992

  • Au Kenya, bureau du HCR pour la Somalie : Andy Needham, portable +254 733 120 931

  • En Ethiopie : Milicent Mutuli, portable +251 911 207 906

  • En Ethiopie : Kisut Gebre Egziabher, portable +251 911 208 901

  • A Genève : Vivian Tan, portable +41 79 881 9174

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Nouvelles arrivées en Ethiopie

La contrée isolée de Dolo Ado devient le refuge de quelque 10 000 Somaliens fuyant la violence dans leur pays.

Depuis le début de l'année, environ 10 000 Somaliens ont traversé la frontière en quête de refuge et ils sont arrivés à Dolo Ado, un lieu isolé, brûlé par le soleil et situé au sud-est de l'Ethiopie - où les habitants sont majoritairement de l'ethnie somali. La plupart ont fui l'insécurité après le retrait des troupes éthiopiennes du centre et du sud de la Somalie et la reprise de ces régions par des insurgés. Au pic de l'afflux au début du mois de février 2009, quelque 150 personnes franchissaient la frontière chaque jour. En réponse à cette situation, une équipe d'urgence du HCR a été envoyée sur place pour aider à gérer un centre de transit à Dolo Ado. De plus, le HCR a fait parvenir des convois contenant des articles de secours, y compris des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des bâches en plastique. Les efforts humanitaires sont coordonnés avec d'autres agences des Nations Unies et des ONG pour assurer que les besoins sont satisfaits. Bien que de nombreux Somaliens déplacés à l'intérieur du sud et du centre de la Somalie ont commencé à rentrer, principalement vers Mogadiscio, de nombreux Somaliens restent à Dolo Ado car ils ont besoin de protection. Etant donné les faibles perspectives de rapatriement dans un avenir proche, un nouveau camp est actuellement en cours de préparation et les cas des réfugiés sont maintenant examinés.

Nouvelles arrivées en Ethiopie

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Ce week-end, l'UNHCR a commencé, avec l'aide de l'armée américaine, le largage aérien d'urgence d'environ 200 tonnes de biens de secours destinés aux milliers de réfugiés affectés par de graves inondations dans les camps de réfugiés de Dadaab au nord du Kenya.

Ces largages aériens offrent un spectacle impressionnant. Un avion cargo C-130 a largué, à chaque rotation, 16 tonnes de bâches en plastique, de moustiquaires, de tentes et de couvertures, au-dessus d'un site préalablement évacué de toute présence humaine et animale. Des réfugiés ont ensuite chargé le matériel dans des camions pour l'acheminer vers les camps.

Dadaab, un complexe de trois camps accueillant quelque 160 000 réfugiés, principalement originaires de Somalie, a été coupé du monde par un mois de fortes pluies qui ont emporté la seule route permettant de relier les camps isolés depuis la capitale kenyane, Nairobi. Le transport aérien s'est avéré la seule solution pour faire parvenir les secours vers les camps.

L'UNHCR a transféré 7 000 réfugiés parmi les plus touchés depuis Ifo vers le camp d'Hagadera, à quelque 20 kilomètres plus loin. 7 000 autres réfugiés ont été transférés vers un nouveau site, appelé Ifo 2, situé plus en altitude.

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.