Le chef du HCR de retour en Tunisie auprès des réfugiés libyens

Articles d'actualité, 17 juin 2011

© HCR/R.Nuri
Le Haut Commissaire António Guterres, au camp de Choucha, s'entretient avec un réfugié qui avait failli perdre la vie il y a quelques semaines en tentant de rejoindre l'Italie par bateau.

CAMP DE CHOUCHA, Tunisie, 17 juin (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres est retourné cette semaine en Afrique du Nord et il a lancé un nouvel appel à la communauté internationale pour aider des pays comme la Tunisie qui accueille des centaines de milliers de personnes déracinées par la violence en Libye.

António Guterres s'est rendu au camp de Choucha près de la frontière tunisienne avec la Libye jeudi. Il a souligné que la communauté internationale ne pourrait pas laisser la crise en Libye déstabiliser la Tunisie. Il a prévenu que la générosité tunisienne, qui intervient à une période essentielle de sa propre histoire, ne devrait pas être considérée comme acquise.

Pour sa seconde visite au camp de Choucha depuis l'éruption de la crise libyenne en février, le Haut Commissaire a rendu hommage au peuple et au Gouvernement tunisiens pour leur remarquable générosité dans l'accueil de plus de 540 000 personnes ayant fui la Libye, y compris des travailleurs migrants, des réfugiés et des demandeurs d'asile.

Le chef du HCR a rencontré plusieurs réfugiés, dont certains d'entre eux ne peuvent ni rentrer dans leur pays ni rester en Tunisie. Il a promis de faire son possible pour trouver une solution à leur situation. « Nous vous aiderons et j'espère que vous aurez une vie meilleure », a-t-il indiqué à un réfugié éthiopien qui avait failli perdre la vie il y a quelques semaines en tentant de rejoindre l'Europe par bateau. « Je suis personnellement engagé dans une action de lobbying auprès des pays pour que davantage de places de réinstallation soient mises à disposition. Il est urgent que ces personnes puissent reconstruire leur vie. »

António Guterres a expliqué qu'il avait décidé de retourner en Tunisie juste avant la Journée mondiale du réfugié (20 juin) « car nous devons tout mettre en œuvre pour aider la Tunisie à garder ses frontières ouvertes à tous, y compris ceux qui pourraient arriver sans aucun document d'identité valable. » Il a affirmé que ce pays d'Afrique du Nord ne devrait pas porter cette charge tout seul.

« Aujourd'hui, de nombreuses familles tunisiennes accueillent quelque 70 000 réfugiés libyens. Cette aide s'avère coûteuse au plan personnel pour les familles hôtes mais elle s'inscrit dans la longue tradition musulmane de l'hospitalité envers les réfugiés. Je suis touché par leur si grande générosité et nous voulons accroître notre soutien au bénéfice de ces fières communautés », a indiqué le chef du HCR.

Des milliers de personnes continuent à traverser la frontière non loin de là à Ras Adjir dans les deux directions. En mars et avril, le HCR et l'Organisation internationale pour les migrations ont aidé plus de 100 000 migrants asiatiques et africains à rentrer dans leur pays dans le cadre d'un programme d'évacuation humanitaire massive.

Dans les premiers jours, la plupart des arrivants en Tunisie étaient des Tunisiens ou des étrangers qui travaillaient en Libye. Depuis la mi-avril, la majorité des arrivants sont désormais des ressortissants libyens. De nombreux Libyens repassent la frontière vers la Libye après avoir acheté de la nourriture et de l'essence, mais 70 000 d'entre eux restent en Tunisie où ils sont pris en charge par la communauté locale et le HCR.

Au plus fort de l'exode depuis la Libye début mars, le camp de Choucha accueillait plus de 22 000 personnes. Aujourd'hui, il en accueille 3 500, pour la plupart des réfugiés et des demandeurs d'asile originaires d'environ 30 pays. Pour tenter de fuir la Libye, certains des réfugiés de Choucha ont embarqué dans des bateaux bondés dans une tentative désespérée, et souvent fatale, pour rejoindre l'Europe.

Elias, un réfugié éthiopien de l'ethnie oromo, a indiqué à António Guterres qu'il avait essayé de rejoindre la petite île italienne de Lampedusa par bateau. Toutefois le bateau est tombé en panne d'essence et il a commencé à dériver. Seulement 9 parmi les 72 passagers ont survécu, Elias a expliqué, ajoutant : « Nous espérons que vous nous aiderez à trouver une nouvelle vie. »

Certaines des personnes avec lesquelles le Haut Commissaire s'est entretenu lui ont expliqué que la vie à Choucha est très difficile. Fin mai, un incendie a causé la mort de quatre réfugiés érythréens. Dans la violence et le chaos qui ont suivi, deux tiers du camp ont été détruits. Le HCR a rapidement mis en œuvre la reconstruction du camp.

« Je me suis réveillé au milieu de la nuit et j'ai vu l'incendie. J'ai couru pour réveiller mes amis mais c'était trop tard. J'ai ressenti la chaleur des flammes. Puis je ne me souviens plus de rien avant de me réveiller à l'hôpital », a indiqué Ibrahim, l'un des réfugiés érythréens qui ont été secourus dans les flammes ayant détruit plus de 20 tentes.

Le Haut Commissaire a assuré le jeune homme de sa compassion, tout en soulignant combien il est important de respecter les lignes directrices du HCR sur la planification des camps, y compris celle préconisant de garder des distances suffisantes entre les tentes pour minimiser le risque d'incendie.

António Guterres a également rencontré des réfugiés somaliens dans le camp. « Ces personnes ont tant souffert. Elles ont d'abord été forcées de quitter la Somalie, puis le Soudan et maintenant la Libye. Il est d'une importance capitale de mettre fin à ces souffrances. Des solutions sont nécessaires d'urgence pour ce groupe et d'autres », a-t-il indiqué.

Avant de quitter le camp, le Haut Commissaire a appelé à davantage de soutien parmi les donateurs pour aider à améliorer la situation des personnes déplacées et des communautés hôtes en Tunisie. Il a également noté que le HCR a reçu la moitié des fonds qui lui sont nécessaires pour mener les opérations durant les six premiers mois de la crise d'urgence.

Vendredi, António Guterres devrait visiter un camp hébergeant des Berbères qui ont fui vers la Tunisie au point de passage frontière de Dehiba pour échapper aux combats dans les Montagnes de l'Ouest en Libye. Il rencontrera également des réfugiés qui sont hébergés au sein de familles d'accueil à Tataouine et Médénine.

Par Andrej Mahecic au camp de Choucha, Tunisie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Journée mondiale du réfugié 2011

En 2011, la Journée mondiale du réfugié célébrée chaque année le 20 juin a pour thème « 1 seul réfugié privé d'espoir, c'est déjà trop ».

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.