Le Prince Albert II de Monaco rend visite à un enfant réfugié iraquien opéré du cœur

Articles d'actualité, 15 juin 2011

© Gaëtan Luci / Palais Princier
Le Prince Albert II de Monaco joue avec Basim Omar Basim âgé de cinq ans durant une visite au Centre cardio-thoracique de Monaco Monte-Carlo.

PARIS, France, 15 juin (HCR) Manifestant son soutien à un accord médical avec le HCR, le Prince Albert II de Monaco a rendu visite à un enfant réfugié âgé de cinq ans qui est en convalescence après une opération du cœur à Monte Carlo.

Le Prince de Monaco s'est rendu auprès de Basim Omar Basim jeudi dernier au Centre cardio-thoracique, où l'enfant a subi une opération chirurgicale vitale rendue possible grâce à un accord entre le HCR et la Direction de la Coopération Internationale monégasque. Le petit garçon avait déjà subi une opération à Monaco en 2009, mais il avait besoin de revenir pour en subir une autre cette année.

Basim avait été choisi parmi d'autres malades par deux chirurgiens monégasques, François Bourlon, un cardiologue, et Tristan Lascar, un chirurgien orthopédique, qui s'étaient rendus à Damas en 2009 pour examiner des enfants réfugiés iraquiens dont la pathologie n'était pas opérable en Syrie. Leur voyage avait été pris en charge par le HCR et le Gouvernement de Monaco.

Le petit garçon avait été transporté gracieusement par avion vers Monaco par l'organisation caritative Aviation sans Frontières. Les fonds nécessaires pour mener ce programme médical ont été réunis en 2008 par diverses organisations caritatives à l'occasion des 50 ans du Prince Albert. Le HCR a géré les modalités administratives et logistiques du projet et a travaillé conjointement avec le Croissant-Rouge arabe syrien pour identifier les enfants ayant besoin de soins. Durant leur séjour à Monaco, les jeunes patients sont hébergés par des familles d'accueil sélectionnées et assistées par l'ONG Rencontres africaines.

Basim est né en Syrie après que sa famille ait fui l'Iraq en 2006 car son père avait reçu plusieurs menaces de mort et son magasin avait été bombardé. Le garçon souffrait d'une maladie génétique au niveau du cœur qui avait nécessité une opération palliative en Syrie lorsqu'il avait un an seulement. Il avait été opéré une deuxième fois à Monaco en juillet 2009.

« Nous sommes très heureux de ce partenariat », a indiqué Philippe Leclerc, le représentant du HCR pour la France et Monaco. « Nous espérons que davantage d'évacuations médicales suivront dans un futur proche », a-t-il ajouté. Un second enfant devrait arriver depuis la Syrie en septembre pour un traitement au Centre radio-thoracique.

« Comme tous les enfants de son âge, Basim aime jouer à l'ordinateur et aux consoles vidéo, il fait également des dessins et des coloriages. Il apprécie aussi le chocolat », a indiqué Lamis Hermassi, qui est en charge des problèmes liés à la santé au bureau du HCR à Damas, et qui connaît bien Basim et ses parents.

La Principauté de Monaco, située sur la Côte d'Azur en France, est la seconde plus petite nation indépendante au monde. Sa surface est de 196 hectares et environ 32 000 personnes y habitent, ce qui en fait l'un des pays les plus densément peuplés au monde.

Par William Spindler à Paris, France

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Iraq: Déplacement massif depuis Mossoul

Ces derniers jours, des centaines de milliers d'Iraquiens ont fui les combats dans la ville de Mossoul et d'autres cités du nord de l'Iraq. Des employés du HCR sont sur le terrain pour suivre les déplacements et aider les personnes dans le besoin. Les besoins sont immenses. Le HCR fait son possible pour assurer la protection et fournir des abris ainsi que des articles de secours, notamment des tentes. De nombreux déplacés ont quitté leurs maisons sans rien d'autre que les vêtements portés ce jour-là. Certains n'ont pas d'argent pour payer le logement, la nourriture, l'eau potable ou les soins de santé. Ils arrivent aux postes de contrôle entre le gouvernorat de Ninive et la région du Kurdistan d'Iraq sans savoir où aller, ni comment payer leurs dépenses.

Les agences des Nations Unies, les organisations humanitaires et les fonctionnaires gouvernementaux coordonnent leurs efforts pour aider les personnes dans le besoin. Les agences des Nations Unies lancent un appel de fonds supplémentaire d'urgence. Le HCR espère fournir des kits d'urgence ainsi que des milliers de tentes et travaille également avec ses partenaires pour protéger et aider les personnes déplacées.

L'exode dans le nord s'ajoute aux déplacements de populations massifs cette année dans le gouvernorat iraquien d'Anbar, où les combats depuis janvier ont contraint quelque 500 000 personnes à fuir cette province pour chercher refuge dans des zones plus sûres.

Iraq: Déplacement massif depuis Mossoul

Crise en Iraq : Trouver un logement

Des dizaines de milliers de personnes ont fui vers les gouvernorats d'Erbil et de Duhok dans la région du Kurdistan d'Iraq la semaine dernière. Ces déplacés ont trouvé abri dans des écoles, des mosquées, des églises et des camps de transit après une éruption de violence qui déchire certaines régions du centre et du nord de l'Iraq. Le HCR et ses partenaires font leur possible pour répondre aux besoins urgents en termes d'abri. Le HCR a livré près de 1 000 tentes dans un camp de transit en cours de construction par les autorités et les ONG à Garmawa, près de Duhok.

De nombreux déplacés originaires de Mossoul arrivent aux postes de contrôle entre le gouvernorat de Ninive et la région du Kurdistan iraquien. Ils ont des ressources limitées et n'ont pas les moyens de se payer un logement. Certains sont hébergés par des proches. D'autres résident à l'hôtel en puisant dans leurs maigres ressources.

Dans le village d'Alqosh, quelque 150 personnes (soit 20 familles) sont arrivées avec de rares effets personnels en plus des vêtements qu'ils portaient le jour où ils ont fui. Ces déplacés vivent dans plusieurs salles de classe d'une école primaire depuis la semaine dernière. Tous ces locaux sont actuellement bondés. Un membre du groupe a expliqué qu'il vivait auparavant dans un appartement loué à Mossoul et qu'il menait une vie de famille normale. Toutefois, à Alqosh, ils craignent pour le bien-être et l'éducation de leurs enfants ainsi que la présence de serpents et de scorpions.

Crise en Iraq : Trouver un logement

Enfants d'Erbil : des réfugiés syriens dans une zone urbaine en Irak

Les enfants qui ont trouvé refuge dans des zones urbaines avec leurs familles, font partie des réfugiés syriens parmi les plus vulnérables. A la différence de ceux qui sont hébergés dans des camps, les réfugiés qui vivent en ville dans des pays comme l'Irak, la Turquie et la Jordanie, ont souvent du mal à accéder à l'aide et à la protection. Dans un camp de réfugiés, il est plus facile pour des organisations humanitaires comme le HCR de fournir un abri et une assistance régulière, notamment des vivres, des soins de santé et un accès à l'éducation. Trouver les réfugiés en zones urbaines, sans parler de les aider, n'est pas une tâche facile.

En Irak, environ 100 000 réfugiés syriens sur les 143 000 présents dans le pays, vivraient en zones urbaines - dont 40% d'enfants âgés de moins de 18 ans. Les photos suivantes, prises par Brian Sokol dans la ville d'Erbil au nord de l'Irak, donnent un aperçu de la vie de certains de ces jeunes réfugiés urbains. Elles montrent la dureté de la vie quotidienne mais aussi la résilience, l'adaptabilité et le courage de ces jeunes dont la vie a été bouleversée au cours des deux dernières années.

La vie est difficile à Erbil, la capitale de la région du Kurdistan en Iraq. Le coût de la vie est élevé et il n'est pas facile de trouver du travail. Les réfugiés doivent aussi consacrer une part importante de leurs ressources limitées au loyer. Le HCR et ses partenaires, dont le Gouvernement régional kurde, se démènent pour aider les personnes dans le besoin.

Enfants d'Erbil : des réfugiés syriens dans une zone urbaine en Irak

Philippines : survivre au typhon Haiyan, un an après la devastationPlay video

Philippines : survivre au typhon Haiyan, un an après la devastation

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan a balayé le centre des Philippines, dévastant tout sur son passage et tuant des milliers de personnes. Un an après, la reconstruction dure toujours. Sur l'île de Leyte, Bartolome témoigne de la vie de sa famille, pendant plusieurs semaines dans un bateau échoué après la destruction de leur maison.
Iraq: Un généreux donateurPlay video

Iraq: Un généreux donateur

L'afflux de réfugiés est important à Dohouk où Fahrad a construit un camp, avec des tentes, de l'électricité, de l'eau ... un lieu de refuge. Sa compassion est sincère ... Dans son enfance, il avait également dû fuir sa maison.
Myanmar: Créer des liensPlay video

Myanmar: Créer des liens

Les ateliers de formation à la couture pour les déplacées kachin au Myanmar sont un succès. Ils leur permettent d'acquérir une compétence professionnelle, de construire une camaraderie entre bénéficiaires en créant des liens et des réseaux de soutien et, enfin, de renforcer leur confiance.