38 000 déplacés internes sont rentrés chez eux depuis le camp de Jalozaï au Pakistan

Points de presse, 7 juin 2011

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 7 juin 2011 au Palais des Nations à Genève.

Au Pakistan, la toute dernière phase de l'opération de rapatriement des personnes qui avaient été déplacées par les combats dans les zones tribales s'est achevée le dimanche 5 juin. Ces deux derniers mois, 38 000 personnes ont été bénéficiaires de l'opération de rapatriement depuis le camp de Jalozaï le plus important des quatre camps de déplacés internes dans cette région. La plupart des déplacés sont retournés chez eux dans la Bajaur Agency, alors qu'un petit nombre sont rentrés dans la région voisine de Mohmand Agency. Ces deux régions sont situées dans le nord des Zones tribales sous administration fédérale, localisées à la frontière avec l'Afghanistan.

Le Gouvernement du Pakistan, qui a organisé l'opération de retour volontaire, a déclaré que la sécurité a été rétablie dans la région de Bajaur, à l'exception de Loi Sam. Le Gouvernement travaille actuellement à identifier un autre site dans la région de Bajaur Agency pour environ 3 000 familles qui habitaient à Loi Sam et dont les maisons ont été endommagées par les combats. Les zones déclarées sûres dans la région de Mohmand incluent Lower Mohmand et certaines parties d'Upper Mohmand.

Le déplacement depuis les zones tribales pakistanaises avait commencé en 2008 suite à une répression du gouvernement contre les insurgés.

Avant de quitter l'installation de Jalozaï, il a été demandé aux familles de s'enregistrer pour confirmer leur intention de partir. Puis elles ont reçu une date de transport vers leur village d'origine pour elles ainsi que leurs possessions. Le personnel du HCR a suivi de près l'ensemble du processus pour assurer que les retours étaient volontaires.

Le HCR a appuyé cette opération menée par le gouvernement en finançant le transport des rapatriés. Nous avons également installé des entrepôts à Khar dans la région de Bajaur Agency et à Ghalanaï dans la région de Mohmand. Les familles rapatriées ont reçu des articles ménagers essentiels. Des tentes ont également été fournies aux familles dont la maison a été endommagée par le conflit. Elles seront utilisées comme abri temporaire pendant la réparation de leur maison. D'autres agences des Nations Unies fournissent également de l'aide. Le Programme alimentaire mondial a embauché des rapatriés dans le cadre de programme « argent contre travail », l'UNICEF fournit des trousses d'hygiène et l'OMS offre des soins de santé via une organisation partenaire.

A l'apogée de la crise de déplacement en 2009, plus de 21 000 famillles (environ 147 000 personnes) ont été enregistrées à Jalozaï. Cependant, la vaste majorité des déplacés environ 90% vivent en dehors des camps. Ils sont hébergés chez des amis, des proches ou ils louent un logement.

Environ 5 000 familles (soit 26 000 personnes) vivent encore à Jalozaï. La plupart d'entre elles sont originaires de localités qui sont toujours considérées comme potentiellement dangereuses pour les retours. Jalozaï a longtemps été l'un des plus importants de camps au Pakistan. Avant 2008, des dizaines de milliers de réfugiés afghans y étaient hébergés.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Islamabad, Pakistan : Tim Irwin, portable +92 300 815 3692
  • A Genève : Babar Baloch, portable +41 79 557 9106
• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Séisme au Pakistan : Mobilisation contre les grands froids

Bien que l'hiver dans le nord du Pakistan s'avère moins rude que prévu, les survivants du séisme doivent néanmoins faire face à de très basses températures, accompagnées de neige, de fortes pluies et de glissements de terrain.

Pour les aider, l'UNHCR a distribué des couvertures, des bâches en plastique, des tentes et des réchauds ainsi que des vêtements chauds pour les enfants dans le village de Danna, au nord de la ville de Muzaffarabad. Dans les camps de la Province frontière du Nord-Ouest (PFNO), des tentes communautaires chauffées ont été installées. Dans le Cachemire pakistanais, étant donné l'espace restreint dans les camps, des poêles individuels sont distribués aux familles. Les équipes de l'UNHCR enseignent l'utilisation sans danger de ces poêles, ainsi que la prévention des risques de feu. Enfin, les partenaires de l'UNHCR mènent le recensement des personnes déplacées par le séisme, pour fournir aux survivants l'aide dont ils ont besoin dès maintenant et pour le travail de reconstruction qui sera entrepris par la suite.

L'UNHCR fournit actuellement une assistance matérielle et technique aux autorités pakistanaises dans quelque 160 camps de secours accueillant près de 140 000 personnes affectées par le séisme du 8 octobre 2005.

Séisme au Pakistan : Mobilisation contre les grands froids

Photo-reportage sur les inondations au Pakistan

La photo-journaliste Alixandra Fazzina est lauréate, entre autres récompenses, de la distinction Nansen 2010 pour les réfugiés. Elle se trouve actuellement sur le terrain au Pakistan.

Photo-reportage sur les inondations au Pakistan

Urgence 2010 au Pakistan : Inondations

Des pluies torrentielles causant des inondations et des crues soudaines ont affecté au moins un million de personnes dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest au Pakistan. Plus de mille personnes ont perdu la vie lorsque des torrents d'eau boueuse ont brutalement déferlé et envahi leurs maisons la semaine dernière. Les moussons sont monnaie courante au Pakistan mais, cette fois, les pluies ont été plus fortes que les prévisions annoncées et c'est la pire inondation qu'ait jamais connue le pays. Des maisons, des routes et d'autres infrastructures publiques ont été emportées par des torrents d'eau boueuse ayant soudain englouti les villages. Le HCR a mis en oeuvre une réponse humanitaire pour assister les autorités et aider les personnes affectées par les inondations. Les équipes de secours dépêchées sur place par les autorités locales dans les provinces du Balouchistan et de Khyber-Pakhtunkhwa ont commencé à distribuer des tentes fournies par le HCR et d'autres articles d'aide humanitaire. Davantage de biens de secours sont actuellement acheminés.

Urgence 2010 au Pakistan : Inondations

Pakistan: Un lieu chauffé pour l'hiverPlay video

Pakistan: Un lieu chauffé pour l'hiver

L'hiver approche dans le nord-ouest du Pakistan. Le HCR aide des milliers de sans-abri victimes des inondations à construire des logements.
Pakistan: 3 mois que ça durePlay video

Pakistan: 3 mois que ça dure

Trois mois après les inondations qui ont dévasté le Pakistan, des centaines de milliers de personnes dans la Province de Sindh ont toujours des difficultés à survivre. Le HCR fournit une aide à un grand nombre d'entre elles.
Pakistan : La détresse d'un agriculteurPlay video

Pakistan : La détresse d'un agriculteur

Les inondations ont détruit les cultures de dizaines de milliers de fermiers pakistanais. Voici l'histoire de l'un d'entre eux.