Appel à la communauté internationale pour ramener le calme dans un camp à la frontière tunisienne

Articles d'actualité, 27 mai 2011

© HCR/F.Kayal
Les résidents du camp de Choucha dorment dans des abris de fortune ou en plein air, depuis que le camp a été détruit aux deux tiers.

CAMP de CHOUCHA, Tunisie, 27 mai (HCR) Le HCR a lancé un appel d'urgence aux donateurs et aux pays de réinstallation pour intensifier l'assistance au bénéfice de milliers de réfugiés et de travailleurs migrants pris au piège dans des affrontements survenus cette semaine dans un camp près de la frontière entre la Tunisie et la Libye.

Jusqu'à récemment, le camp de Choucha dans l'est de la Tunisie accueillait plus de 4 000 travailleurs migrants et réfugiés pour la plupart des Somaliens, des Erythréens et des Soudanais qui avaient fui le conflit en Libye depuis le mois de mars. Dimanche soir, un incendie dans ce camp a causé la mort de quatre Erythréens et a détruit 20 tentes. Une enquête est actuellement en cours pour en déterminer la cause.

Lundi, un groupe important de travailleurs migrants a manifesté autour du bureau du HCR dans le camp, pour exiger une réinstallation immédiate, a indiqué Melissa Fleming, porte-parole du HCR, vendredi lors d'un point de presse à Genève. « Notre personnel et d'autres travailleurs humanitaires ont reçu des menaces de mort et ont été forcés de quitter les lieux. »

Certains des manifestants ont bloqué la route nationale entre le point de passage frontière de Ras Ajdir et le reste de la Tunisie, générant ainsi la colère de la communauté locale tunisienne. Mardi matin tôt, des affrontements ont eu lieu entre plusieurs groupes dans le camp. Le bilan de ces heurts serait d'au moins deux morts. Malgré les efforts des militaires tunisiens pour ramener le calme, la situation a dégénéré lorsque 500 habitants des environs ont fait une descente dans le camp. Dans le chaos, d'autres tentes ont été pillées et brûlées. Les autorités tunisiennes ont ramené le calme mardi soir mais, durant toute cette journée, il a été impossible de fournir une assistance dans le camp.

Mercredi matin, une petite équipe inter agence, dirigée par le HCR, s'est rendue sur place et a découvert que le camp de Choucha avait été détruit ou pillé aux deux tiers. Les résidents du camp ont perdu la plupart voire la totalité de leurs affaires. Désormais, un grand nombre d'entre eux dorment soit sous des abris de fortune, soit en plein air. En coordination avec le HCR, l'armée tunisienne leur a distribué des matelas, des couvertures et des vivres.

Jeudi matin, la plupart des agences et des ONG sont revenues dans le camp et ont repris leurs activités.

Des efforts sont en cours pour ramener le calme. Le personnel du HCR a rencontré les représentants de toutes les communautés dans le camp de Choucha ainsi que les autorités tunisiennes centrales et locales. La sécurité dans le camp, ainsi que la recherche de solutions séparées pour les migrants et les réfugiés, restent la priorité absolue.

« La Tunisie a été, depuis février, le théâtre d'un déplacement de population massif depuis la Libye et les pressions qui en découlent doivent être atténuées », a indiqué Melissa Fleming du HCR. « Nous réitérons notre appel aux donateurs et aux pays de réinstallation pour le versement de ressources supplémentaires au programme d'évacuation humanitaire mené par l'OIM, et pour la mise à disposition de davantage de places de réinstallation pour les réfugiés. »

Le HCR a publié un appel de fonds s'élevant à 80 millions de dollars pour la réponse à la situation d'urgence en Tunisie entre mars et août de cette année. A ce jour, l'agence pour les réfugiés a seulement reçu une contribution d'un montant légèrement supérieur à 48 millions de dollars.

Par Firas Kayal au camp de Choucha, Tunisie, et Andrej Mahecic à Genève

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

Pendant deux décennies de conflit et de chaos en Somalie, Mohammed Ousman est resté à Mogadiscio où il enseignait l'art alors que d'autres fuyaient le pays. Mais la vie est devenue impossible pour continuer le travail de création artistique, après que des militants d'Al Shabaab aient tué son frère. Quatre de ses neuf enfants ont également été assassinés. Mohammed a fermé sa « Picasso Art school » et il a épousé la veuve de son frère, selon la coutume somalienne. Toutefois, sans emploi, cet homme de 57 ans luttait pour subvenir aux besoins de ses deux familles et, finalement, il lui en a coûté sa première famille. Mohammed a décidé de partir, il a pris l'avion vers Berbera au Somaliland à la fin 2011 puis il a traversé vers le camp de réfugiés d'Aw Barre en Ethiopie, où il a rejoint sa seconde épouse et ses cinq enfants. Le HCR a transféré Mohammed et sa famille à Addis-Abeba pour des raisons de protection, en pensant qu'il pourrait mieux y gagner sa vie en exerçant son art. Mais il découvre que la vente de peintures et de dessins peut être difficile. Il compte sur le soutien du HCR. Les images de l'artiste et sa famille ont été prises par Kisut Gebre Egziabher du HCR.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

La lauréate 2012 de la distinction Nansen pour les réfugiés est Mme Hawa Aden Mohamed, ex-réfugiée dont l'oeuvre visionnaire a changé la vie de Somaliennes de tout âge. Celle que beaucoup appellent « maman Hawa » a fondé et dirige un ambitieux programme d'éducation à Galkayo, en Somalie, dont l'objet est d'aider ces femmes à affirmer leurs droits, à acquérir d'indispensables compétences et à renforcer leur rôle social. Cette galerie de photos présente les activités de « maman Hawa » au Centre d'éducation de Galkayo pour la Paix et le développement, où des déplacées internes peuvent apprendre à lire, suivre une formation professionnelle et aussi recevoir une aide humanitaire, notamment sous forme de nourriture.

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Plus de 800 personnes ont participé à la cérémonie annuelle de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés à Genève le 1er octobre 2012. La lauréate de cette année, Hawa Aden Mohamed, est somalienne. Elle n'a pas pu se joindre à la cérémonie pour des raisons de santé, mais elle avait enregistré un message vidéo. En l'absence de l'ex-réfugiée, le Haut Commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, a remis la distinction à sa soeur, Shukri Aden Mohamed.

L'humanitaire de 63 ans, éducatrice et défenseur des droits de la femme, plus connue sous le nom de « Maman Hawa », a été honorée pour son dévouement inlassable - dans des conditions extrêmement difficiles - pour aider les réfugiés et les déplacés, principalement des femmes et des jeunes filles mais aussi de jeunes garçons.

Elle a surtout été reconnue - en tant que co-fondatrice du Centre d'éducation de Galkayo pour la paix et le développement en Somalie dans la région de Puntland - pour avoir aidé des milliers de femmes et de jeunes Somaliennes déplacées, beaucoup d'entre elles ayant été victimes de viol. Le centre assure l'enseignement secondaire ainsi que l'apprentissage de l'autonomie.

Durant la cérémonie de remise, les spectacteurs ont entendu une allocution de la militante pour la paix libérienne, Leymah Gbowee, co-lauréate du prix Nobel de la paix 2011. Une vidéo a été diffusée en l'honneur de Mama Hawa. La cantatrice soprano et Ambassadrice honoraire à vie auprès du HCR, Barbara Hendricks, et le musicien suisse, Bastian Baker ont interprêté des morceaux musicaux.

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.