Des centaines de personnes rentrent en Libye pour tenter la traversée vers l'Europe

Articles d'actualité, 17 mai 2011

© HCR/F.Noy/mai 2011
Un navire des gardes-côtes italiens se prépare à accoster au port de Lampedusa. Il transporte 142 personnes qui se sont enfuies de Tripoli, dont 30 femmes et trois enfants. Ces passagers ont été secourus avant le naufrage de leur bateau en mer.

GENÈVE, 17 mai (HCR) Le HCR a indiqué mardi que des centaines de personnes déracinées retournent en Libye depuis la Tunisie et l'Egypte pour embarquer vers l'Europe.

« Parmi elles, il y a des réfugiés, y compris des membres des communautés somalienne, éthiopienne et érythréenne des camps de Choucha en Tunisie à la frontière avec la Libye », a indiqué Melissa Fleming, porte-parole du HCR, aux journalistes à Genève.

Le HCR mène des discussions avec ces communautés, en les informant sur les risques encourus lors de cette traversée et du retour sur le territoire libyen. En mars, le HCR a appris par la communauté somalienne dans le camp de Choucha que deux Somaliens ont été tués par balles en Libye.

A ce jour, environ 14 000 personnes sont arrivées par bateau en Italie et à Malte depuis la Libye. Sur ce nombre, 1 669 personnes sont arrivées vendredi et samedi. Par ailleurs, d'après des témoignages de survivants et de proches, plus de 1 200 personnes sont portées disparues depuis le 25 mars.

Le HCR a rencontré à Tripoli des réfugiés qui prévoient d'effectuer cette traversée périlleuse. « Ils ont tous pleinement conscience du lourd tribut en vies humaines, mais ils nous ont expliqué n'avoir plus rien à perdre. Un Erythréen nous a indiqué qu'il préférait mourir en quête de sécurité plutôt que de continuer à vivre dans le danger », a indiqué Melissa Fleming.

Un grand nombre d'entre eux vivaient en Libye depuis plusieurs années, ils y avaient été emprisonnés plusieurs fois. Ils sont originaires de pays comme l'Erythrée et la Somalie où un retour sûr n'est pas envisageable.

D'après les témoignages des personnes arrivées en Italie, le HCR estime que des milliers de personnes vont encore tenter cette traversée. La majorité des arrivants ont fait le voyage à bord de bateaux surchargés de passagers et qui sont impropres à la navigation. De plus, ces embarcations prennent la mer sans skipper ni équipage qualifiés pour manœuvrer le bateau, ce qui multiplie encore les risques.

« Le HCR réitère son appel à tous les navires en Méditerranée selon lequel toute embarcation bondée quittant la Libye en ce moment doit être considérée comme étant en situation de détresse », a indiqué Melissa Fleming.

La porte-parole a également noté que le HCR espère pouvoir bientôt réétablir une présence internationale dans l'ouest de la Libye. « Parallèlement, notre personnel local et nos partenaires fournissent de l'aide aux réfugiés et aux demandeurs d'asile », a-t-elle affirmé.

« Nous prévoyons d'étendre nos programmes d'assistance pour atténuer les privations dont souffrent de nombreux réfugiés. Un grand nombre d'entre eux nous ont affirmé que le seul fait de survivre est une lutte au quotidien après le départ de la population expatriée et la chûte de l'économie libyenne. »

Le HCR a déployé des équipes qui mènent des entretiens avec des demandeurs d'asile et des réfugiés en Egypte et en Tunisie pour examiner leurs demandes et pour soumettre leur dossier de candidature pour une réinstallation, lorsque cela est possible.

Melissa Fleming a indiqué que c'est avec une grande tristesse que le HCR a appris que « des personnes en bonne voie pour une réinstallation suite à des entretiens menés l'année dernière en Libye ont perdu la vie en tentant récemment de rejoindre l'Europe. Les personnes pour lesquelles une demande est en cours et les cas de personnes vulnérables ont la priorité dans notre calendrier d'entretiens. »

Le HCR estime que 6 000 personnes auront besoin, dans les prochains mois, d'une réinstallation depuis les frontières en Egypte et en Tunisie, ainsi que 2 000 personnes depuis le Caire. A ce jour, 11 pays de réinstallation ont offert plus de 900 places de réinstallation. Les Etats-Unis ont offert un nombre de places de réinstallation significatif mais toutefois indéterminé.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Sauvetage en mer

Guide des principes et des mesures qui s'appliquent aux migrants et aux réfugiés

A la dérive vers l'Italie

Chaque année, la mer Méditerranée - une destination estivale parmi les plus prisées en Europe - se transforme en cimetière. Des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants s'y noient, au cours de leur tentative désespérée pour atteindre des pays de l'Union européenne (UE).

La distance entre l'île italienne de Lampedusa et la côte libyenne est tout juste de 290 kilomètres. En 2006, quelque 18 000 personnes ont traversé ce bras de mer - la plupart dans des embarcations gonflables équipées de moteurs hors-bord. Certains cherchaient du travail, d'autres voulaient retrouver des membres de leur famille ou d'autres encore fuyaient la persécution, le conflit ou les violences. Ils n'avaient pas d'autre choix que celui de fuir, en quête de sécurité, via des itinéraires clandestins.

Parmi ceux qui ont réussi à atteindre Lampedusa, quelque 6 000 d'entre eux ont demandé l'asile. Et près de la moitié ont été reconnus comme réfugiés ou ont obtenu la protection des autorités italiennes.

En août 2007, les autorités à Lampedusa ont ouvert un nouveau centre de réception pour assurer que les personnes arrivant par bateau ou secourues en mer soient accueillies dans la dignité, et hébergées de façon appropriée, et qu'elles puissent recevoir des soins de santé.

A la dérive vers l'Italie

Rentrer chez soi

Depuis deux semaines, le HCR travaille avec le Gouvernement tunisien, le Croissant-Rouge tunisien et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour répondre aux conséquences de l'afflux massif de plus de 90 000 personnes qui ont fui les violences en Libye. La plupart sont des travailleurs migrants originaires de l'Égypte, de la Tunisie, du Bangladesh, de la Chine, de la Thaïlande et du Viet Nam. Des dizaines de milliers de ces personnes sont rentrées chez elles par avion, à la suite d'un appel du HCR et de l'OIM aux gouvernements pour mettre en oeuvre un pont aérien et les rapatrier.

Rentrer chez soi

Une foule dense à la frontière tunisienne

À la frontière entre la Libye et la Tunisie, une foule dense de plusieurs milliers de personnes attendant avec angoisse de quitter l'insécurité de la Libye s'est rassemblée dans un no man's land, du côté libyen de la frontière, le 2 mars 2011. Il s'agissait pour la plupart de jeunes hommes et principalement de travailleurs migrants originaires de Tunisie et d'Égypte. Ils cherchaient désespérément à rentrer dans leur pays d'origine ou à trouver un refuge et la sécurité en Tunisie. Après plusieurs nuits passées à la belle étoile, beaucoup étaient épuisés et affamés. Alors que la foule se pressait en direction du poste frontière, plusieurs individus ont été blessés. Le Croissant-Rouge tunisien a dispensé des soins médicaux à ceux qui en avaient besoin. Des employés du HCR se trouvaient également du côté tunisien de la frontière, en appui aux autorités tunisiennes et aux organisations humanitaires.

Une foule dense à la frontière tunisienne

Libye : Africains en dangerPlay video

Libye : Africains en danger

La guerre civile se termine en Libye, mais les ressortissants d'Afrique subsaharienne craignent des représailles.
Italie : A. Jolie et A. Guterres se rendent à Lampedusa Play video

Italie : A. Jolie et A. Guterres se rendent à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie et le chef du HCR António Guterres se sont rendus compte par eux-mêmes des conditions de promiscuité pour les migrants, y compris des réfugiés, à Lampedusa.
Tunisie : réfugiés libyensPlay video

Tunisie : réfugiés libyens

Le mois dernier, plus de 50 000 personnes, des Berbères pour la plupart, ont traversé la frontière à Dehiba depuis la Libye vers la Tunisie. Certaines d'entre elles expliquent pourquoi elles ont fui la Libye.