Concours vidéo pour des étudiants hongrois sur le travail d'une section du HCR

Articles d'actualité, 16 mai 2011

© HCR/B.Szandelszky
Organisé par le HCR et le Service de la gestion des approvisionnements, des articles de secours du HCR sont chargés à bord d'un avion-cargo en Allemagne pour être transportés vers la toute dernière situation d'urgence.

BUDAPEST, Hongrie, 16 mai (HCR) Le HCR travaille avec des étudiants de l'université hongroise à Budapest pour développer des vidéos innovantes sur la logistique, les achats et les stocks d'urgence. Le résultat est impressionnant.

Seize groupes d'étudiants de l'Université d'art appliqué Moholy-Nagy à Budapest ont participé à ce concours unique visant à présenter le travail du Service du HCR pour la gestion des approvisionnements, qui joue un rôle vital dans les opérations de l'agence à travers le monde.

Des membres du personnel du HCR et de cette prestigieuse université devaient départager 15 vidéos et un jeu interactif. « Ce choix fut extrêmement difficile car les vidéos se déclinaient toutes sur un ton positif et original », a indiqué Amin Awad, directeur du Département des situations d'urgence et de la sécurité.

Lors d'une cérémonie à Budapest vendredi dernier, Adrian Costache, un réalisateur talenteux, a été nommé lauréat de ce concours. Agé de 31 ans, il est né en Roumanie. Il a reçu un trophée et une petite somme d'argent. Sa vidéo saisissante montre la rapidité de réaction du Service de la gestion des approvisionnements lors d'une situation d'urgence.

L'un des juges, Edith Champagne, responsable du Service vidéo du HCR, a félicité Adrain Costache pour « son excellente utilisation des visuels et des chiffres dans la présentation de ce service. » Elle a également loué la qualité du montage et la structure du scénario.

A la seconde et à la troisième place, Beatrix Simko et Andras Bodor, ont également reçu une petite somme d'argent qui les aidera dans leur travail créatif. Une interview avec un employé du HCR en charge des approvisionnements ainsi qu'un jeu interactif ont également reçu les félicitations du jury.

Le niveau moyen des présentations était excellent. Les étudiants ont adopté différentes approches sur le sujet, y compris une animation, une annonce dans les services publics et une promotion de produits.

Une étudiante, Reka Jahoda, a incorporé des dessins et des textes rédigés par des enfants réfugiés du Centre de réception de Debrecen dans l'est de la Hongrie. Elle a expliqué au HCR être « sincèrement touchée par le travail des enfants, originaires pour la plupart d'Afghanistan et du Congo, qui étaient heureux de pouvoir montrer leurs dessins. »

La vidéo lauréate sera utilisée à des fins promotionnelles lors d'une conférence sur la gestion des approvisionnements en juin et lors de la Journée mondiale du réfugié le 20 juin.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Réponse aux situations d'urgence

Le HCR s'engage à accroître sa capacité à répondre aux situations d'urgence complexes.

Hongrie 50e anniversaire : l'insurrection hongroise de 1956

L'insurrection hongroise spontanée a commencé le 23 octobre 1956. Deux semaines plus tard, elle fut réprimée par une intervention militaire soviétique, qui provoqua une vague de réfugiés en Autriche et en Yougoslavie. Début 1957, ils étaient au nombre de 200 000, dont 180 000 en Autriche et 20 000 en Yougoslavie.

Des centaines de bénévoles travaillèrent au sein d'organisations humanitaires locales et internationales pour nourrir et héberger les réfugiés, tandis que les Autrichiens et la communauté internationale mettaient en place une opération de secours sans précédant.

L'UNHCR se retrouva coordinateur général, et en collaboration avec la Croix-Rouge et le Comité intergouvernemental pour les migrations européennes (CIME), a aidé à coordonner les opérations de secours et de protection, ainsi qu'un programme de réinstallation sans précédent.

En deux ans, plus de 180 000 Hongrois avaient été réinstallés dans 37 pays, à travers cinq continents. Les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l'Allemagne de l'Ouest, l'Australie, la Suisse, la France, la Suède et la Belgique accueillirent chacun plus de 5 000 réfugiés. L'Italie, les Pays-Bas, Israël, le Brésil, la Norvège, le Danemark, l'Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande et l'Argentine en acceptèrent tous plus de 1 000. Le restant fut envoyé dans 19 pays, allant de la République dominicaine à la Turquie. Certains Hongrois se sont intégrés en Autriche (8 000) et en Yougoslavie (700), tandis que 11 000 rentrèrent chez eux de manière spontanée.

Hongrie 50e anniversaire : l'insurrection hongroise de 1956

Hongrie 50e anniversaire : la vie des réfugiés hongrois

Les 200 000 Hongrois ayant fui leur pays après la répression de l'insurrection de 1956 ont formé le plus grand groupe de réfugiés en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale. Dans le monde entier, des dizaines de pays leur ont offert la réinstallation et une nouvelle maison. Cependant, quelque 8 000 d'entre eux sont restés en Autriche et s'y sont intégrés.

Une petite proportion de réfugiés a pu être hébergée dans des hôtels ou des appartements privés, cependant la grande majorité a d'abord été accueillie dans des camps. Ceux-ci étaient constitués en majorité d'anciens baraquements en bois. La vie dans certains de ces camps était difficile, notamment l'hiver, avec une mauvaise isolation contre le froid et des équipements sanitaires situés en plein air.

Peu à peu, les réfugiés qui n'ont pas été réinstallés ont commencé à mener une vie plus « normale ». Les enfants ont été scolarisés et ont rapidement appris l'allemand, alors que les adultes ont trouvé assez vite du travail grâce au développement économique autrichien.

Avec l'aide d'un financement important de l'UNHCR, les autorités autrichiennes ont mené pour les réfugiés un programme de fermeture des camps, de construction d'appartements et même de lotissements entiers de nouvelles maisons. Pendant un temps, l'UNHCR a été le second plus grand constructeur en Autriche.

Hongrie 50e anniversaire : la vie des réfugiés hongrois

Retour sur le passé : Quand les frontières entre la Hongrie et l'Autriche ont été ouvertes aux Allemands de l'Est

Il est peu fréquent qu'une simple phrase fasse précipitamment réagir un photographe, mais le photographe hongrois Barnabas Szabo n'a pas eu besoin d'entendre davantage que ce que le Ministre hongrois des Affaires étrangères de l'époque, Guyla Horn, avait annoncé à la télévision il y a 25 ans - le 10 septembre 1989 : A minuit, la Hongrie ouvrirait sa frontière avec l'Autriche pour laisser les réfugiés d'Allemagne de l'Est quitter le pays. « Dès la toute première phrase, je me suis levé d'un bond, j'ai pris mon appareil photo, j'ai couru chercher ma vieille Trabant et je suis parti vers la frontière », se souvient-il. Cette décision capitale de la Hongrie a offert la liberté à des dizaines de milliers d'Allemands de l'Est qui arrivaient par larges flux en Hongrie depuis mai. Au départ, ils avaient trouvé refuge à l'Ambassade d'Allemagne de l'Ouest mais, au fur et à mesure que leur nombre augmentait, des camps de réfugiés avaient été créés à Budapest et au bord du Lac Balaton. L'effondrement du mur de Berlin a suivi à peine deux mois plus tard. Fin 1989, le communisme était balayé de l'Europe de l'Est. Après avoir visité le camp de réfugiés abandonné à Csilleberc le lendemain de l'ouverture de la frontière, un autre photographe hongrois, Tamas Szigeti, a photographié la hâte avec laquelle les personnes sont parties, abandonnant des vêtements, des jouets et même des repas à moitié terminés. Peu importait l'incertitude de la nouvelle vie qui les attirait, les Allemands de l'Est étaient clairement prêts à quitter la crainte et la dictature communiste pour toujours.

Retour sur le passé : Quand les frontières entre la Hongrie et l'Autriche ont été ouvertes aux Allemands de l'Est