Recouvrer son enfance, pas à pas

La parole aux réfugiés, 6 mai 2011

© HCR/A.Desgroseillers
Albert, un jeune réfugié de RDC, lit devant ses camarades de classe à l'école au camp de réfugiés du 15 avril de Bétou, au Congo.

BETOU, Congo, 6 mai (HCR) Vendredi 10h30, c'est l'heure de la récréation pour les centaines d'enfants de l'école du camp de réfugiés du 15 avril à Bétou dans le nord-est du Congo. Les rires et les cris fusent de toutes parts ; petits et grands courent sur la terre battue. Au milieu de la cohue, un garçon prend en chasse l'un de ses camarades qui fait presque deux fois sa taille? Faute de le rattraper, il lui lance une pierre dans le dos.

Le petit a 9 ans et il s'appelle Albert. « C'est un enfant qui supporte très mal la contrariété », explique son enseignant de 2e année, Dénago Samuel. « Mais c'est un élève brillant qui réussit mieux que la moyenne. »

Ce sont des résultats encourageants pour un enfant qui n'allait pas à l'école il y a un an parce qu'il était trop violent. « Il se bagarrait beaucoup avec les autres, c'était un enfant complètement renfermé qui ne parlait pratiquement pas et qui restait toute la journée dans les jupes de sa mère », se rappelle Maguelone Arsac, chargée de protection pour le HCR à Bétou.

Il y a un an, Albert venait tout juste de retrouver sa famille, après avoir vécu deux longs mois avec l'ennemi dans sa RDC natale en taisant son identité de peur d'être tué.

Albert appartient à l'un des groupes ethniques ciblés par les rebelles qui ont embrasé sa région natale dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) vers la fin 2009. Dans le chaos d'une attaque contre son village, Albert s'est retrouvé seul, séparé de sa famille. Pendant que 116 000 habitants de sa région traversaient la frontière tracée par le fleuve Oubangui pour fuir les violences et se réfugier au Congo, Albert est resté dans la zone de combats, recueilli par la femme d'un rebelle.

« Une femme m'a dit de mentir et de dire que j'étais d'une autre ethnie si on me le demandait », raconte-t-il nerveusement, le regard dans le vide. De sa vie avec les rebelles, il ne dit pas grand-chose : « Je les voyais partir le matin, j'entendais les coups de feu, je voyais la fumée. Je savais qu'ils étaient en train de piller et de tuer. »

Deux mois après, alors que ses ravisseurs perdaient du terrain face aux forces armées, Albert a réussi à s'échapper et à traverser le fleuve Oubangui vers la sécurité. Une fois au Congo, il a retrouvé sa famille grâce au travail des fonctionnaires du HCR auxquels il a été confié par sa protectrice. Mais la joie de revoir sa mère et ses huit frères et sœurs à Bétou à 50 kilomètres au nord du lieu où il avait été retrouvé a vite été remplacée par la douleur d'apprendre que son père avait été tué dans les combats.

Aujourd'hui, l'équilibre d'Albert demeure précaire. Sans le soutien d'un père, toute sa famille a été plongée dans une extrême vulnérabilité. Sa mère est rentrée en RDC il y a quelque mois et il vit avec sa tante ainsi que ses frères et sœurs au camp de réfugiés du 15 avril. Le plus souvent, il ne mange qu'un repas par jour, malgré les rations alimentaires reçues par sa famille.

Grâce au HCR, Albert reçoit désormais un soutien psychologique pour l'aider à vaincre son traumatisme et la violence qu'il a emmagasinée en lui. « On sent que c'est un petit garçon qui est en train de resocialiser. Il est dans un cadre de vie plus organisé, maintenant il va à l'école, il joue avec les autres », explique Maguelone Arsac. Albert reçoit aussi des fournitures scolaires de la part du HCR pour l'aider dans ses études.

Aujourd'hui, Albert dit qu'il gardera toujours au fond de lui le souvenir de ce qu'il qualifie de « mauvaise histoire où l'on tue des gens en cascade. »

Quant à ses projets futurs, il veut d'abord apprendre à lire et à écrire. Ensuite, il veut devenir infirmier parce que, dit-il : « Quand les gens sont malades et qu'ils souffrent, on leur donne des médicaments ou on leur fait des piqûres, et ils guérissent. »

Le 12 mars, les parties au conflit en RDC dans la province Equateur ont signé un accord de paix après un dialogue communautaire d'un an, appuyé par le HCR. Cette réconciliation devrait ouvrir la voie au retour de réfugiés comme Albert.

Par Anouk Desgroseilliers
A Bétou, Congo

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Education

L'éducation joue un rôle fondamental pour aider les jeunes déracinés à retrouver l'espoir et la dignité.

Enfants

Les enfants représentent près de la moitié de la population relevant de la compétence du HCR. Ils ont besoin de soins spécifiques.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.