Le nombre des Ivoiriens exilés dans les pays voisins atteint 150 000

Points de presse, 8 avril 2011

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 8 avril 2011 au Palais des Nations à Genève.

Des milliers de réfugiés ivoiriens continuent d'affluer vers les pays voisins dans un contexte d'incertitude sur l'issue de la crise politique. Près de 150 000 réfugiés ivoiriens se trouvent désormais dans douze pays de l'Afrique de l'ouest.

La plupart des réfugiés (135 000) sont hébergés au Libéria. Durant la seule journée de mercredi, plus de 4 500 Ivoiriens seraient entrés au sud-est du pays dans le comté de Maryland. Deux réfugiés blessés par balles ont été transférés à l'hôpital. Certains des nouveaux arrivants ont indiqué au personnel du HCR qu'ils fuyaient une éruption de combats ce jour-là dans la ville côtière ivoirienne de Tabou, le long du fleuve Cavally. Un autre groupe a expliqué avoir fui après avoir entendu parler du massacre de plus de 800 personnes à Douékoué, à 150 kilomètres au nord.

Les réfugiés avec lesquels nous nous sommes entretenus sont visiblement fatigués et affamés après un long voyage vers le comté de Maryland, à pied dans la brousse, en canoé sur le fleuve Cavally ou par la mer. Certains indiquent avoir vu des corps sans vie durant leur voyage vers le Libéria.

Les membres du personnel du HCR dans le comté de Maryland rapportent avoir entendu de lourds bombardements en Côte d'Ivoire de l'autre côté du fleuve Cavally.

Les combats sont toujours aussi violents à Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire, ce qui pousse davantage de civils à l'exil au Ghana. Quelque 2 000 Ivoiriens ont traversé la frontière vers le Ghana la semaine dernière, ce qui porte à 7 200 le total des réfugiés dans ce pays. Le Ghana a établi un second camp pour accueillir des réfugiés. En plus du camp d'Ampain près de la frontière, le nouveau camp de Kassap a reçu 446 réfugiés transférés par le HCR la semaine dernière.

A l'est de la Côte d'Ivoire, quelque 200 Ivoiriens arrivent quotidiennement au Togo depuis ces derniers jours, ce qui porte à 2 300 le total de réfugiés ivoiriens. Douze pays dans la région accueillent des réfugiés ivoiriens depuis le début de la crise post-électorale en Côte d'Ivoire en novembre dernier.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Nouveaux afflux de réfugiés ivoiriens au Libéria

Fin mars, plus de 100 000 réfugiés ivoiriens avaient franchi la frontière vers l'est du Libéria depuis que les tensions politiques latentes liées aux élections présidentielles controversées en Côte d'Ivoire voisine ont tourné à la violence en février. La majorité d'entre eux sont allés vers le département de Nimba au Libéria mais, signe que les combats se sont déplacés, quelque 6 000 Ivoiriens ont récemment traversé la frontière vers le département de Grand Gedeh. La plupart des nouveaux arrivants se sont installés dans des villages reculés - certains inaccessibles en voiture. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a envoyé une mission pour évaluer les besoins des réfugiés dans la région.

La photographe Glenna Gordon a photographié les nouveaux arrivants près de Zwedru dans le sud-est du Libéria.

Nouveaux afflux de réfugiés ivoiriens au Libéria

Côte d'Ivoire : Fuir en quête d'un refuge

Le HCR a exprimé son inquiétude croissante pour les civils pris au piège dans le quartier d'Abobo à Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire, après plusieurs jours de combats violents opposant l'ex-rébellion ivoirienne des Forces nouvelles (FN), alliée à Alassane Ouattara, et les forces du président sortant Laurent Gbagbo. Les perspectives restent sombres. Le quartier d'Abobo comptait 1,5 million d'habitants et beaucoup d'entre eux ont fui. Mais des groupes armés auraient empêché d'autres habitants de quitter le quartier. Le HCR est particulièrement préoccupé pour les personnes vulnérables, comme les malades et les personnes âgées, qui ne peuvent pas partir.

Au total, près de 70 000 réfugiés ivoiriens ont déjà fui vers l'est du Libéria depuis l'élection présidentielle de fin novembre.

Côte d'Ivoire : Fuir en quête d'un refuge

Des réfugiés transférés dans un nouveau camp au Libéria

Le HCR a commencé à transférer des réfugiés ivoiriens vers un nouveau camp dans la ville de Bahn, au nord-est du Libéria. Ces prochaines semaines, le HCR espère transférer jusqu'à 15 000 réfugiés dans ce site, construit sur un terrain gagné sur la jungle. Ils font partie des quelque 40 000 civils qui ont fui la Côte d'Ivoire pour échapper aux tensions politiques croissantes dans leur pays depuis l'élection présidentielle de fin novembre.

Le nombre final de réfugiés qui seront emmenés à Bahn dépendra du nombre de personnes souhaitant être réinstallées depuis des villages proches de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Libéria. Initialement, la plupart des réfugiés ont été accueillis par les communautés hôtes et ils ont vécu au côté des habitants. Le mauvais état des routes a compliqué l'acheminement des biens de secours par les institutions humanitaires. Les stocks de vivres, de médicaments et d'eau ont baissé, rendant les conditions de vie difficiles aussi bien pour la population locale que pour les réfugiés.

Au camp de Bahn, les réfugiés auront accès aux services de base comme les soins de santé, l'eau potable et l'enseignement primaire.

Des réfugiés transférés dans un nouveau camp au Libéria

Libéria : Aide d'un pays voisinPlay video

Libéria : Aide d'un pays voisin

Alphonse Gongleba a fui vers le Libéria avec sa famille il y a quelques mois. Il apprécie l'aide qu'il reçoit dans ce pays, voisin de sa Côte d'Ivoire natale.
Libéria : Un nouveau camp pour les réfugiés de Côte d'IvoirePlay video

Libéria : Un nouveau camp pour les réfugiés de Côte d'Ivoire

Le HCR aménage un camp dans le nord-est du Libéria pour héberger des milliers de réfugiés ivoiriens. La communauté locale participe aux travaux.
Libéria : Le camp de Bahn ouvrePlay video

Libéria : Le camp de Bahn ouvre

Le HCR a ouvert un nouveau camp dont la capacité d'accueil est de plus de 15 000 réfugiés ivoiriens à Bahn dans l'est du Libéria. Un premier groupe de réfugiés arrive.