Le HCR appelle à agir pour améliorer la situation humanitaire à Lampedusa

Points de presse, 22 mars 2011

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 22 mars 2011 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR appelle les autorités italiennes à agir d'urgence pour réduire le surpeuplement sur l'île de Lampedusa. La situation humanitaire se dégrade pour les 5 000 migrants, pour la plupart des Tunisiens, qui se trouvent dans cette île italienne isolée.

La proportion des migrants par rapport à la population locale atteint désormais un migrant pour un habitant. Le surpeuplement cause des tensions au sein de la population locale et parmi les migrants. La population locale vit cette situation avec une nervosité compréhensible. Nous exhortons les autorités italiennes à augmenter le nombre de transferts depuis l'île vers le continent pour réduire le surpeuplement sur Lampedusa et pour permettre au centre de réception de l'île de fonctionner normalement.

Le centre de réception de l'île de Lampedusa, dont la capacité initiale d'accueil est de 850 personnes, accueille actuellement quelque 2 000 personnes. Environ 3 000 personnes sont sans abri et dorment dans la rue ou dans les installations portuaires. Malgré les efforts courageux des travailleurs humanitaires locaux, un grand nombre des arrivants sur l'île ne trouvent pas d'abri contre la pluie et les températures froides. Les conditions d'hygiène sont alarmantes.

La vaste majorité des migrants à Lampedusa a quitté la Tunisie du fait des difficultés économiques. Seul un petit nombre d'entre eux ont fait part de leur intention de déposer une demande d'asile. La plupart sont en quête d'opportunités d'emploi.

Au vu du développement rapide de la crise en Afrique du Nord, le HCR en appelle à la solidarité européenne avec l'Italie qui est confrontée à ce nouveau défi. Il est essentiel que la situation à Lampedusa n'empêche pas l'Italie de se préparer à accueillir d'éventuels arrivants fuyant la situation en Libye, qui pourraient avoir des besoins en matière de protection internationale. Dans ce contexte, le HCR reste confiant sur le fait que les mécanismes visant à contrôler la migration irrégulière assureront toutefois l'accès au territoire pour les personnes ayant besoin de déposer une demande d'asile.

Plus de 15 000 migrants tunisiens sont arrivés à Lampedusa depuis la mi-janvier. Environ les deux tiers d'entre eux ont été transférés vers d'autres destinations en Italie.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •
Asile et migration

Asile et migration

Tous dans le même bateau : les défis de la migration mixte à travers le monde.

Migration mixte

Les migrants diffèrent des réfugiés, mais ces deux populations voyagent parfois côte à côte.

Magazine Réfugiés N° 148

Magazine Réfugiés N° 148

Réfugié ou migrant ? Pourquoi cette question compte

Migration internationale

Le lien qui existe entre les mouvements de réfugiés et les migrations plus larges fait l'objet d'une attention croissante.

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

A la dérive vers l'Italie

Chaque année, la mer Méditerranée - une destination estivale parmi les plus prisées en Europe - se transforme en cimetière. Des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants s'y noient, au cours de leur tentative désespérée pour atteindre des pays de l'Union européenne (UE).

La distance entre l'île italienne de Lampedusa et la côte libyenne est tout juste de 290 kilomètres. En 2006, quelque 18 000 personnes ont traversé ce bras de mer - la plupart dans des embarcations gonflables équipées de moteurs hors-bord. Certains cherchaient du travail, d'autres voulaient retrouver des membres de leur famille ou d'autres encore fuyaient la persécution, le conflit ou les violences. Ils n'avaient pas d'autre choix que celui de fuir, en quête de sécurité, via des itinéraires clandestins.

Parmi ceux qui ont réussi à atteindre Lampedusa, quelque 6 000 d'entre eux ont demandé l'asile. Et près de la moitié ont été reconnus comme réfugiés ou ont obtenu la protection des autorités italiennes.

En août 2007, les autorités à Lampedusa ont ouvert un nouveau centre de réception pour assurer que les personnes arrivant par bateau ou secourues en mer soient accueillies dans la dignité, et hébergées de façon appropriée, et qu'elles puissent recevoir des soins de santé.

A la dérive vers l'Italie

Rentrer chez soi

Depuis deux semaines, le HCR travaille avec le Gouvernement tunisien, le Croissant-Rouge tunisien et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour répondre aux conséquences de l'afflux massif de plus de 90 000 personnes qui ont fui les violences en Libye. La plupart sont des travailleurs migrants originaires de l'Égypte, de la Tunisie, du Bangladesh, de la Chine, de la Thaïlande et du Viet Nam. Des dizaines de milliers de ces personnes sont rentrées chez elles par avion, à la suite d'un appel du HCR et de l'OIM aux gouvernements pour mettre en oeuvre un pont aérien et les rapatrier.

Rentrer chez soi

Une foule dense à la frontière tunisienne

À la frontière entre la Libye et la Tunisie, une foule dense de plusieurs milliers de personnes attendant avec angoisse de quitter l'insécurité de la Libye s'est rassemblée dans un no man's land, du côté libyen de la frontière, le 2 mars 2011. Il s'agissait pour la plupart de jeunes hommes et principalement de travailleurs migrants originaires de Tunisie et d'Égypte. Ils cherchaient désespérément à rentrer dans leur pays d'origine ou à trouver un refuge et la sécurité en Tunisie. Après plusieurs nuits passées à la belle étoile, beaucoup étaient épuisés et affamés. Alors que la foule se pressait en direction du poste frontière, plusieurs individus ont été blessés. Le Croissant-Rouge tunisien a dispensé des soins médicaux à ceux qui en avaient besoin. Des employés du HCR se trouvaient également du côté tunisien de la frontière, en appui aux autorités tunisiennes et aux organisations humanitaires.

Une foule dense à la frontière tunisienne

Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Italie : A. Jolie et A. Guterres se rendent à Lampedusa Play video

Italie : A. Jolie et A. Guterres se rendent à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie et le chef du HCR António Guterres se sont rendus compte par eux-mêmes des conditions de promiscuité pour les migrants, y compris des réfugiés, à Lampedusa.
Tunisie : réfugiés libyensPlay video

Tunisie : réfugiés libyens

Le mois dernier, plus de 50 000 personnes, des Berbères pour la plupart, ont traversé la frontière à Dehiba depuis la Libye vers la Tunisie. Certaines d'entre elles expliquent pourquoi elles ont fui la Libye.